Effectuez-vous chaque jour DEUX journées de travail?

Merci à Daniel Dubois pour son article sur Radio Univers, dont voici quelques extraits :

« Jean-Paul Galibert fut l’invité de l’édition 2014 de Penser l’actuel organisée par la librairie Planète Io de Rennes. Nous vous proposons ici d’écouter le débat d’idées qui a eu lieu à cette occasion. Pour l’heure revenons à son essai: les Chronophages. 7 principes de l’hypercapitalisme, éditions Lignes.

« L’hypercapitalisme apparaît comme un projet de domination de l’ensemble du monde. Maître en l’art subtil de vendre le rien et le néant au prix du réel, il tente une conquête de l’être (et donc des existences) dans sa totalité. Son projet est ontologique: que la rentabilité soit le principe, la cause unique, le seul critère de l’être et du non-être. » écrit-il en quatrième de couverture.

En bon philosophe du contemporain Galibert pointe du doigt ce qu’on a sous les yeux. En nous poussant à le tenir à l’oeil: « L’hypercapitalisme prend notre temps de travail, mais aussi notre temps de loisir, le temps de nos vies. » disait-il à Rennes.

Avec à l’esprit ces appareils électroniques divers à écrans plats très en usage, publicité télévisuelle et sur Internet, économie dématérialisée, qui nous bouffent le temps « disponible ». Il pointe aussi le port de ces vêtements et objets dont la marque est arborée ostensiblement. Il pointe également ces grandes sociétés : « la société la mieux cotée en bourse sera celle qui se sera le mieux autodétruite durant l’exercice considéré. Dans cette course, dont la seule fin semble être l’entretien d’une sorte de spectacle de valorisation destiné aux actionnaires du monde, l’entreprise peut et doit se détruire. » Locaux, emplois, usines, à la casse pour devenir une entreprise imaginaire (la marque). Quant à la marchandise elle-même -avec son emballage, le prix du rien ou du vide, l’obsolescence, la péremption-, quelle est-elle ? « toute marchandise s ’y présente comme la somme d’un produit, la part que l’on consomme, et d’un déduit, la part qu’on imagine ».

L’auteur jette ainsi un éclairage sur l’hypercapitalisme qui est un mode destructif d’existence, parce qu’il ne laisse plus de place à ce qui n’est pas rentable. Tout doit être rentable. A ce titre ce capitalisme est chronophage et dévore notre temps. En fait, nous devons non seulement produire et acheter des biens, mais nous devrions même apporter le plus précieux de notre temps, explique Galibert se référant à des exemples comme smartphones et tablettes.

(…)

Galibert utilise ainsi le terme de “chronophages”. La chronophagie étant une condition totalitaire. Puisqu’elle implique l’imagination de chacun. Il explique comment l’économie marchande parvient à soumettre le consommateur à cette iniquité : la marchandise se vide peu à peu pour être remplacée par l’imagination de celui qui l’achète. Il explique. Par exemple, dans un bocal de haricots verts, vous ne voyez ni le verre, ni l’air, ni l’eau. « comment se convaincre que ce bocal de 800g (brut), si manifestement plein de haricots, n’en contient que 365g (net) ? ». Plus la valeur du produit diminue, plus notre engagement imaginaire s’accroît proportionnellement.

Ou autre exemple, la carte bancaire qui « réussit à rendre payant le paiement lui-même, précisément parce qu’elle semble nous en dispenser (…) Lorsque vous achetiez en liquide, vous donniez votre argent en échange de la marchandise. (…) Avec la carte bancaire, l’économie chronophage a introduit une nouveauté radicale : l’idée de faire payer l’acte même de payer. Payer ne suffit plus, il faut payer pour payer. »

Suffit c’est vrai de regarder autour de soi. Ou de se regarder soi-même –qui n’est pas chose facile. Bref, d’avoir l’oeil. Le prix de vente de l’objet de consommation ne baisse pas, tandis que l’objet tire de plus en plus sa valeur d’un travail de l’acheteur. Quand celui-ci choisi de porter un produit de marque par exemple : « L’image de marque est le chronophage qui transforme le produit en marchandise, en déclenchant un travail d’imagination par lequel vous multipliez par deux sa valeur. » ; « Lorsque vous êtes marqué, vous cessez d’être un pan du fond : vous en venez à croire que la marque vous crée. »

Il nomme ça “l’hypertravail”, le temps que consacre le consommateur à imaginer par exemple que le jean griffé étiqueté 100 € a plus de valeur que le même jean, dégriffé, vendu 50 € de moins. « C’est un travail payant déclenché notamment par les phénomènes de publicité et bien plus rentable que le capitalisme dénoncé par Marx ! » disait-il encore.

Du coup Galibert pointe une autre chose : « Il ne vous reste plus qu’à imaginer que ceux que vous faites imaginer vous imaginent. ». Ah ! le « nec plus ultra » de l’apparence … quand votre doigt glisse sur le délicieux écran tactile dernier cri . Du coup ce produit de marque qui procure la plaisance du consommateur peut enfin être commercialisé au prix le plus élevé.

Extrait : « Pourquoi arborer le tee-shirt de votre groupe de musique favori? Pourquoi porter fièrement le sac de votre magasin préféré, voire ces vêtements où la marque figure en lettres immenses? Que gagnez-vous, au fond, à ces achats supplémentaires, et à ces proclamations publiques d’amour? (…) Vous voici homme-sandwich bénévole, homme-sandwich, par amour. En échange de ce double travail que vous donnez et que vous achetez, vous vous accordez à vous-même la possibilité de travailler encore. Autrement dit, l’économie de la chronophagie réussit à faire passer le travail pour la récompense du travail: c’est le premier système de production connu dans lequel vous travaillez pour pouvoir travailler. »

D’où sa « notion de « double travail », qui consiste à faire payer le consommateur deux fois : une première fois pour acquérir le bien, l’instrument « chronophage », une seconde fois pour imaginer et produire le contenu correspondant à sa forme vide. » Le tout étant « générateur de profits faramineux. »

(…)     »

Daniel Dubois

Lire le texte intégral de l’article

==>  Pour écouter l’extrait, cliquez   ici

6 réflexions sur “Effectuez-vous chaque jour DEUX journées de travail?

  1. A reblogué ceci sur simonapolvani et a ajouté:
    Le temps est précieux, on dit toujours. Le temps est notre trésor. L’hypercapitalisme s’approprie notre temps, en nous faisant accomplir un double travail. Intéressant article sur les enjeux pervers de l’hypercapitalisme énoncés par le philosophe Jean-Paul Galibert.

    Aimé par 1 personne

  2. Le concept est très intéressant, quoique je n’ai pas aimé les derniers exemples (peut-être simplement parce que je me sens visée). Je veux dire, j’ai le droit d’arborer le chandail de mon groupe favori tout simplement parce que je les aime, je veux les faire partager au gens et rencontrer d’autres personnes qui l’apprécient. La notion de capitaliste ou d’hypertravail me parait abstrait sur ce point, je vois plus cela comme de la liberté d’expression. J’ai un peu un avis similaire sur le sac de notre magasin favori, même s’il est vrai que la, votre point de vue peut s’appliquer de manière assez propice…

    J'aime

    1. Mais faites donc! vous travaillez pour qui vous voulez, je ne porte aucun jugement
      J’ai même lu que nombre de jeunes qui travaillent pour de grandes marques
      dans les pays du sud économisent parfois plusieurs mois de salaire
      pour arborer le tee shirt de leur marque, comme vous-même.
      Peut-être expriment-ils leur fierté de leur travail
      ou leur égalité avec les jeunes de nos pays.
      On peut savoir tout cela et porter
      le tee shirt. C’est ce qu’ils
      font comme vous,
      librement.

      J'aime

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s