Les chronophages: le livre est paru

COUV-GALIBERT-CHRONOPHAGES-WEB-c56d4Jean-Paul Galibert

LES CHRONOPHAGES

7 principes de l’hypercapitalisme

 

Au travers du prisme marxien du temps de travail considéré comme mesure de la valeur, Jean-Paul Galibert introduit la notion de « double travail », qui consiste à faire payer le consommateur deux fois : une première fois pour acquérir le bien, l’instrument « chronophage », une seconde fois pour imaginer et produire le contenu correspondant à sa forme vide.

Extrait : « Tout contre rien  : telle est la norme de rentabilité de notre système économique. Dans un sens, il vous donne « rien »  : il est l’hypercapitalisme, la promotion de tous les riens, depuis l’imaginaire jusqu’à la destruction. Dans l’autre sens, il vous prend tout  : il est la chronophagie, le premier mode de captation, d’exploitation et de destruction de tous les temps. La règle est simple  : vous imaginez, et les chronophages prospèrent, riches à la fois de votre temps et de votre argent. Le plus rentable des échanges est ainsi instauré  : les chronophages conservent les deux termes de l’échange en vous laissant pour seule satisfaction que les termes sont équivalents, et les images plaisantes.
Nous proposons d’appeler « chronophages » à la fois les objets qui vous prennent du temps, et les entités qui vous prennent votre argent. Le chronophage, c’est celui qui capte le temps que vous passez à imaginer et vous le revend  : il se rencontre comme un objet, qui n’est rien sans un réseau, lui-même contrôlé par un propriétaire. Plus on sacrifie à l’objet, plus le propriétaire bénéficie. Le chronophage est à la fois l’objet sacrificiel immédiat et le bénéficiaire ultime d’une rentabilité sans précédent. Il est ce qui obtient une rentabilité absolue par votre sacrifice absolu, et néanmoins plaisant, par la grâce de votre propre imagination.
 »

Table :
1. « Évidance » de la marchandise
2. Rentabilité du réel
3. Iniquité de l’échange
4. Plaisance du consommateur
5. Hypertravail de l’image
6. Évanescence du virtuel
7. Spécularité du capital

 COUV-GALIBERT-CHRONOPHAGES-WEB-c56d4

Editeur : Éditions Lignes
Prix : 13,00 € (à paraître)
Format : 13 x 19 cm
Nombre de pages : 104 pages
Date de parution : 15 janvier 2014
ISBN : 978-2-35526-126-8
EAN : 9782355261268

Dans une veine inspirée des analyses de Marx et inspirée du Discours de la servitude volontaire de La Boétie, Jean-Paul Galibert poursuit la critique de ce qu’il a proposé de nommer « l’hypercapitalisme » (analyse initiée dans Suicide & Sacrifice, paru en 2012). Ce dernier, dont les différences avec le capitalisme « traditionnel » sont ici détaillées, constitue en effet une véritable « évolution ontologique » – au sens où l’exploitation qu’il opère réclame à présent la participation hyperactive de ses agents.

Le terme de « chronophage » désigne ici aussi bien les objets de la chronophagie (appareils électroniques divers à écrans plats, publicité télévisuelle et sur Internet, économie dématérialisée), que ceux à qui leur commerce profite (notamment les grandes firmes de l’économie dite virtuelle). Le mode d’exploitation hypercapitalistique introduit un rapport renouvelé des individus à leur temps « disponible », le travail imaginaire de ces derniers venant s’ajouter à leur travail réel, sous l’espèce d’un temps de « loisir » revendiqué par eux et générateur de profits faramineux pour les chronophages. L’hyperrentabilité de ce capitalisme nouveau-genre s’établit dans une sphère presque entièrement dévolue à l’imaginaire, ou même à « l’imaginaire de l’imaginaire » ; il s’inscrit en outre sur le mode d’un échange fondamentalement irréciproque.

Ainsi décrit, l’hypercapitalisme dévoile sa vacuité, le « rien » qui lui sert de fondement, et dont la présente crise mondiale fournit une illustration exemplaire. On comprend dès lors que la valorisation du capital, devenue purement imaginaire, indexée sur la seule anticipation de sa valeur à venir, n’ait cure de produire réellement quoi que ce soit. Quand l’imaginaire de l’imaginaire (et l’anticipation de sa valorisation future) conditionne la valeur boursière d’une société commerciale, il devient évident que les biens produits ne sont plus qu’un prétexte à toute valorisation, voire son simple déchet, de la même façon les emplois industriels qui en dépendent.

Que la valeur d’une capitalisation boursière n’entretienne plus de rapport avec la qualité ni avec la quantité des biens produits se vérifie aujourd’hui aisément. Le capitalisme étant devenu purement « spéculaire », c’est même par la preuve donnée de sa capacité à détruire (des emplois, des biens… et même de l’argent) qu’une société commerciale génère de l’hyperprofit.

20 réflexions sur “Les chronophages: le livre est paru

  1. Belle perspective théorique ! Dans l’exploration des raisons dernières de l’absurde, elle semble, à lire cette présentation, s’inscrire en bonne compagnie – entre la « Mobilisation infinie » de Sloterdijk ou « l’avenir du capitalisme » selon Dupuy…

    Aimé par 1 personne

  2. Ce livre de  »Chronophages » me semble des plus intéressant. Je crois que dans tous, plaisirs, images ou quelque soit l’échange, l’être humain se retrouve parfois dans un état de chronophage justement. Bravo pour ce bouquin, félicitations et bonne chance avec les ventes et la distribution.

    J'aime

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s