Les couleurs du rien 2 : TOUTE NEGATION EST UNE DETERMINATION

Dans le réel, c’est Spinoza qui a raison: toute détermination est une négation. Toute définition est comme un trait faisant le tour de la chose. Limite. Frontière. Une chose n’apparaît jamais que sur un fond dont elle s’isole, un reste qu’on nie, un infini premier dont on la détache.

Mais dans le rien, c’est l’inverse: toute négation est une détermination. Car il faut un mot pour nier, et ce mot donne sa couleur, sa saveur, en un mot un certain ton au rien. En effet, la négation est toujours l’absence de ce que l’on s’attendait à trouver. C’est pourquoi toute négation nous renseigne sur l’ordre des possibles dans l’objet qui la subit.

Mieux encore: toute négation est un récit. Car l’ordre des possibles usuels qu’elle suppose s’est vu perturbé par un événement qui demeure à expliquer, comme un rien déterminé qui se produit contre toute attente. Ainsi n’est-il point d’attente sans l’imagination de quelque arrivée. Mais alors le rien est tout plein de ce qui n’est pas encore là. Tout est couleur d’attente.

13 thoughts on “Les couleurs du rien 2 : TOUTE NEGATION EST UNE DETERMINATION

  1. Bon jour,

    Je reste un rien dubitatif. Je préfère le vide, qui lui est en attente de quelque chose. Le rien, n’a pas d’existence « légale », une simple virgule entre le vide et le néant. Il est vrai que je ne suis pas philosophe, simple réflexion. Le seul modèle du rien que j’ai en tête est l’apologie du Rien de Devos.

    Max-Louis

    Like

  2. Je me souviens que pour Jankélévitch, la négation de la négation n’est pas la simple affirmation. Cette approche avait choqué le mathématicien de formation que je suis pour qui moins par moins égale plus, mais sa démonstration était imparable.

    Like

  3. Bonjour, j’ai retrouvé, c’est dans le tome II du “Je ne sais quoi…”, chapitre II “Ambiguïté de l’apparence”, fin du sous-chapitre 9 “Renversement du renversement”.
    “Mais on peut se demander si deux négations successives, la seconde niant la première et venant après elle, restaurent réellement l’affirmation initiale, c’est à dire le statu quo ante. La résultante de la double négation est plutôt une affirmation nouvelle qui se ressent … de son voyage au pays de la négation…”
    Du coup, après cette relecture, j’ai au moins deux nouveaux billets à écrire sur Jankélévitch et la musique (dont un spécifiquement sur Jankélévitch et FAURÉ).

    Like

votre réponse:

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s