Pourquoi marcher en ville?

Pour le plaisir, évidemment. Parce que la marche, pas à pas, transforme la ville en vent. Et que le vent est  ce plaisir de l’horizon qui vient à mon visage pour s’ouvrir, pour couler sur moi de part et d’autre. Sentir couler sur soi l’infini des possibles. Miracle du vent, miracle de la ville dont toutes les trajectoires s’ouvrent en s’offrant. Il y a là comme une mer qu’on fend. Quel que soit le hasard où la liberté de l’itinéraire, tout le reste est trajectoire, en un réel enfin partagé et accordé. Je ne sais si marcher suffit à sauver le réel, mais il le fait sentir, et permet de le croire. Même et surtout s’il n’y a rien, marcher nous tend le monde.

Publicités

22 réflexions sur “Pourquoi marcher en ville?

  1. « Penser en marchant » (ou l’inverse) : un jour, toutes les villes, débarrassées des voitures – puisque telle est la nouvelle idéologie du rouleau-compresseur – ne verront plus que des péripatéticiens (ou péripatéticiennes) se déplacer dans des rues devenues uniquement « piétonnes », pavées à l’ancienne, et serties de boutiques de fringues de luxe et de bars branchés.

    Même un Diogène n’aurait pu y stationner. Vous cherchez quoi ?

    Vive le commerce !

    Aimé par 2 people

    1. Bonsoir, je me sens mieux la nuit en marchant dans la ville. Tout me parle, me regarde autrement. Les arbres, les vitrines, les ombres, les passants, le ciel étoilé, sont là présents, différemment. « Tous les chats sont gris », la nuit. En observant bien, je perçois certaines différences, dans les comportements, la vraie nature des noctambules, quelques traits de tous ceux qui se déplacent… La foule est moins dense, il y a moins d’abri pour se cacher derrière les autres de la meute. C’est une autre vision, une autre vibration, un autre monde parfois, après minuit. Tous nos pas résonnent, martèlent le bitume en musique intérieur, on entend son coeur battre. Marcher la nuit à Paris où ailleurs est très différent,mais toujours apaisant. Les peureux, bien sûr, trouvent cela fou. Mais, ils n’ont aucune poésie, n’éprouvent aucun plaisir, de jour comme de nuit. Ils font semblant d’être, forcés qu’ils sont de marcher. Pourtant, j’apprécie la campagne, plus tranquille que la ville (La Palisse) son silence, ses différences de lumières, d’air, à cause de l’autre respiration, de l’autre comportement reposant, lorsque l’on ne travaille pas. Tout est une question de démarche…

      Aimé par 1 personne

  2. Copié-collé mais mon imprimante est à vide! Donc recopié au stylo pour partager avec ceux d’un petit groupe que je connais et qui se sont imposé de créer sur le vent…Difficile à mes yeux la démarche…plastiquement;
    La nature et la ville:je me surprends souvent à l’évoquer dans le blog. Ex du dernier article:
    https://trainsurtrainghv.com/2017/02/22/marcovaldo-et-le-perce-neige/
    Vais réfléchir »sur le réel enfin partagé et accordé ». Ne sais si j’ai compris;
    Bonne journée.
    huguette GALANTE

    J'aime

  3. Quel beau texte ! J’aime beaucoup l’idée de transformer la ville en vent et de la marche qui nous tend le monde. Merci pour le partage. Kenneth White a inventé la géopoétique en marchant 🙂

    Aimé par 2 people

    1. Je suis une inlassable marcheuse urbaine, même si je choisis surtout les rues écartées du centre. Elles sont une incroyable source d’histoires et de sensations et il ne faut pas croire que marcher là est moins spirituel qu’ailleurs. De jour de nuit, son paysage changeant permet à l’esprit de caracoler et d’imaginer sans cesse, mais aussi de voler au vent sans s’accrocher nulle part . Je ne m’en lasse jamais.

      Aimé par 1 personne

          1. Bonjour, marcher dans la ville, mais pas les yeux tourner vers le sol, plutôt,, vers le haut des façades, admiratif des battisses de tous les styles d’architectures. Tout de même, j’ai une préférence, pour le seizième arrondissement, le quartier d’Auteuil, la rue Mozart par exemple, (il y en a d’autres…). Tous les immeubles construits sur les plans de l’architecte Guimard, ils sont d’un ravissement. Les portes d’entrée, les balcons en fer forgés, sont de tels remparts d’art, exécutés habillement ou fondus dans l’industrie, etc. ( malheureusement les locataires ou propriétaires successifs au XXème siècle, n’ont pas tous apprécié ces trésors d’agencements… Chacun sa vision du confort…C’est comme l’ancienne gare de la Bastille…Depuis cette découverte dans les années 1960, j’apporte ma préférence, pour les immeubles de style Haussmannien,(quel révolution, cela a due être à l’époque…) pierres de taille, brique associés au ciment, à la pierre calcaire, avec là encore, des portes d’entrée ouvrées en fer gorgé, tous ces différents styles de ferronneries décorés des multiples balcons parisiens, bordelais, lyonnais etc., lorsque j’ai la chance de m’évader aussi, le jour, pendant des heures de liberté totale, de respirer au long des Avenues, regarder avec admirations, tous ces multiples travaux de mes yeux, avec en plus la sensibilité de l’ouvrier fabricant. Là, je suis heureux de marcher en plein jour. Je vis avec d’autres ombres vivantes. Fraternité.

            Aimé par 1 personne

  4. « Sentir couler sur soi l’infini des possibles »
    Se donner le droit d’être surpris par un regard croisé, par un détail architectural, par un parfum inconnu. Aimer découvrir le parcours que d’autres ont bâti avant soi. S’émerveiller du talent des artistes qui ont façonné la ville. Se laisser caresser par le vent fripon au cœur des ruelles et en sourire avec l’inconnu qui passe…
    Merci de nous offrir cette balade avec vous !

    J'aime

      1. Soi-même, c’est l’effet inverse recherché, il faut des contraste dans la vie, tout nest pas linéaire, la vie est de paradoxe, cette dualité en permanence qui vient s’y refléter.
        Si vous vivez seul, pour établir un équilibre dans votre vie et éviter de péter un plomb, il vous faudra puiser ce complément à l’extérieur de vous meme, on y echappe pas, c’est ainsi ………… 🙈🙉🙊( que veulent bien dire ces trois singes ???) ……….

        J'aime

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s