Qu’est-ce qui tient toutes les choses?

Prenez  une  côte  turque  déchiquetée  à  souhait,  les  petits  cubes blanchis d’une colonie grecque, comme ces îles que l’on pressent au loin dans la brume et la mer alanguie ;  Comment dire en un mot tout cela ? unité  souterraine,  souveraine  de  toutes  ces  choses écrasées  de  lumière ?
Il  faudrait  déceler  comme  un fluide  qui  relierait toutes les choses, qui aurait avec chacune comme un bord commun, une chose  immense  et  si  plastique  qu’elle  ferait  tout  doucement  le  tour  de chaque  chose. Cette  chose existe et partout  on la voit sans la voir :  c’est l’air, la découverte d’Anaximène.
La  plasticité  a-t-elle  été  entrevue  six  siècles  avant  notre  ère ? Anaximène a-t-il aperçu dans l’air le plus immense, le plus souple, le plus mobile et polymorphe des objets plastiques ? A-t-il pensé l’air comme la plasticité  du  monde ?

3 thoughts on “Qu’est-ce qui tient toutes les choses?

  1. C’est peut-être abuser de la métaphore ou de la correspondance, mais cette plasticité de l’air, qui en effet se laisse si vivement deviner dans l’Egée entre les bords, la mer et le ciel, m’évoque cette “épaisseur du social” dont les sciences humaines traquent la fuyante teneur. Quelque chose qu’on ne voit pas…

    Like

votre réponse:

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s