Bio

J e a n – P a u l   G a l i b e r t

Agrégé et Docteur en philosophie.

 

L I V R E S  :

 

I cronofagi, stampa alternativa, 2015.

Les chronophages, 7 principes de l’hypercapitalisme, Lignes, 2014

Suicidio e sacrificio, stampa alternativa, 2014.

Eloge de la contradiction, Publie.net, 2013.

Suicide et sacrifice, Le mode de destruction hypercapitaliste, Lignes, 2012.

L’idée de ludique, Publie.net, 2009.

Invitations philosophiques à  la pensée du rien, Léo Scheer, 2004.

Socrate, une philosophie du dénuement, L’Harmattan, 1998.

 

A R T I C L E S     e t   C O M M U N I C A T I O N S

 

« Le mode de destruction hypercapitaliste« , à paraître dans Les Zindignés, 2017

« Penser l’actuel » conférence organisée par librairie Planète IO à Rennes, aout 2014, enregistrement en ligne sur Radio Univers

« Hypertravail et chronophagie« , Multitudes n°51, 2012.

« Enrique Dussel, philosophe de la libération », Remue.net, nov.2010.

« Le temps de l’embryon », communication au Muséum National d’Histoire Naturelle,  Paris, le 21 janvier 2010.

« Le bord de la solitude » , in Seuils, thresholds, soglitudes, , Québec, Université de Laval, 2010.

« Naissance de la plasticité », in revue PLASTIR n° 13 (Revue Transdisciplinaire de Plasticité Humaine publiée par l’association Plasticités Sciences Arts), 2009.

« L’art plastique l’espace », in Espaces-Temps.net, 2009.

« Le jeu des temps embryonnaires »  in L’embryon humain à travers l’histoire, éd. Infolio, 2007.

« Un dialogue en palimpseste dans les Méditations » in L’esprit cartésien, Vrin,  2000.

« La condition humaniste » in Le monde des débats, n°9, décembre 1999.

« Métaphysique du lieu: le site cathare« in Le Pays Cathare, 1999 (éditions du Centre de Valorisation du Patrimoine Médiéval).

« Peut-on tuer une pensée? »  Texte mural pour l’exposition permanente de la maison Déodat Rochet, antenne de la Maison des mémoires de l’Aude, à Arques, C.V.P.M/  Centre National d’Etudes Cathares , 1998.

« Malaise dans la réalité. Le point d’écriture de Wittgenstein » in  Revue des Sciences religieuses 72, n°2, p.2O9-222,.Univ. Strasbourg,  1998.

Fondation de la pensée cathare: la métaphysique des deux principes« , Cahiers d’Histoire,  n° 70, 1998.

« Philosophie et hérésie »,  Pays cathare,  1997.

« Descartes entre censure et dialogue« , Pays cathare, 1997.

« Le jeu du mot « populaire » », in Le roman populaire en questions, Presses Universitaires de Limoges, 1997.

« L’hypercapitalisme« , in Politique et PhilosophieActuel Marx n °19Presses universitaires de France, 1996.

« Déontologie de la peinture: Signe, sens et réel dans « La clef des songes » de Magritte«  in Degrés n°88, 1996, Bruxelles.

« Le dialogue du matérialisme et du rationalisme dans les deux premières méditations de Descartes« , communication au  séminaire d’histoire du matérialisme de Paris I, dec 1995.

« Du langage à Dieu: l’éminence chez Descartes » in Revue d’histoire et de philosophie religieuse, n° 3, 1995.

« Pour une économie négative, in  Futur Antérieur, n° 18, 1993/4.

« Le langage n’est pas constitué de signes: les clivages saussuriens en question »  in Linguisticae Investigationes, Paris VII, C.N.R.S., John Benjamins , Amsterdam) 1991, XV, 2.).

 

C H R O N I Q U E S               (compte-rendus de livres parus sur le littéraire.com)

 

Rancière, Figures de l’histoire, PUF, août 2012.

http://www.lelitteraire.com/?p=2701

Citton, renverser l’insoutenable, Seuil, août 2012.

http://lelitterairecom.wordpress.com/2012/09/17/yves-citton-renverser-linsoutenable/

Worms, Soin et politique, PUF, août 2012.

http://mortdelire.wordpress.com/2012/09/10/frederic-worms-soin-et-politique/

Publicités

2 réflexions sur “Bio

  1. Et bien dis donc, quelle bibliographie !!!
    Bravo !
    Descartes, on connait le philosophe, mais le plus dur à vivre pour lui fut sans doute sa passion pour l’astronomie, la pensée de l’héliocentrisme de Copernic qu’il contesta « officiellement » (par sécurité je suppose en voyant les misères que subit Galilée) …
    Cette période est un moment qui vaudrait un livre à lui seul, entre la volonté d’ouvrir le monde sur ses réalités gravitationnelles et l’écrasante église qui noie de son eau bénite toute tentative d’expliquer les choses autrement que par la main de dieu !
    Une époque ou il ne faisait pas bon être un scientifique impartial.

    J'aime

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s