Les choses sont-elles heureuses ?

Les choses, sagement, demeurent où on les pose.

Elles n’ont pas la rage voyageuse.

Convenons même que le plus souvent,

Elles ne font rien du tout.

 

Leur immobilité, leur impassibilité

Est-elle le signe de leur sagesse ?

 

Les grecs pensaient

Que celui qui court partout

Est malheureux où qu’il aille

Car s’il trouvait un endroit agréable,

Il y resterait, immobile et comblé.

 

Ne pensez-vous pas que cela plaide

en faveur du bonheur des choses ?

 

28 réflexions sur “Les choses sont-elles heureuses ?

  1. Les choses… pereclitent.

    Leur silence apparent, leur immobilité feinte dissimulent une attente de tous les instants : le livre demande à être lu, la tasse à être remplie, le verre à devenir rouge, la fleur à être cueillie, le nuage à être filmé, le vent à être capturé avec un filet à papillons (puisqu’on n’en voit quasiment plus).

    La patience des choses est à encenser : finalement, il ne faudrait pas les bousculer. Elles ont le droit de se reposer (la « clause du grand-père leur a déjà été accordée), comme les tombes recouvertes de quelques feuilles mortes. 🙂

    Aimé par 3 personnes

  2. Cela pourrait effectivement confirmer que les choses sont heureuses car comme elles ne bougent pas, c’est qu’elles doivent se trouver bien où on les pose. Mais quand on les déplace…est ce qu’on les rend malheureuses du coup? Où sont elles finalement heureuses partout ?
    Je découvre votre blog avec plaisir. Merci pour ce moment de réflexion. Si une chose pouvait parler…ce serait intéressant d’entendre son point de vue.

    Aimé par 1 personne

  3. Objets inanimés, avez-vous donc une âme, pour goûter votre bonheur ? Peut-être pas, mais cependant vous avez un destin, qui va de votre fabrication à votre destruction. Heureux l’objet qui a eu une vie riche, bercé dans la répétition de gestes familiers et passé entre les mains de plusieurs générations. La théière du thé d’hier et du thé de demain, une main pour tenir l’anse et l’autre pour le couvercle.

    Avec un peu de chance, choses qu’on prend, qu’on pose et qu’on repose, mais qui un jour se cassent, vous ne finirez peut-être pas immobiles dans une décharge, mais dans un circuit de recyclage, et vous connaîtrez une seconde vie (une troisième ? Une quatrième…). De votre décomposition naîtront de nouvelles compositions. Les choses de la nature agissent de même, dans un tourbillon de cycles de vie interconnectés.

    Dans le même temps, des glaciers s’effondrent, l’eau ruisselle dans les rues basses de la ville transformées en rivières, les carcasses métalliques des véhicules incendiés pour fêter dignement Halloween se tordent de douleur.

    Il y a un juste milieu entre rester immobile et courir partout, qui s’appelle voyager, découvrir le monde et aller à la rencontre de l’autre pour se découvrir soi-même, ce qui est la vraie sagesse.

    Celui qui reste immobile n’est pas comblé, il est tout simplement mort. Ce qu’on appelle le repos éternel.

    La vie, elle, n’est pas éternelle. Alors profitez de cette chance qui vous a été donné de vous mouvoir – même s’il ne s’agit que d’un mouvement de réflexion – avant que tout cela meurt et que vous rejoigniez votre dernière demeure q:

    Aimé par 1 personne

      1. Je préfère les imaginer pensantes et heureuses. Je les imagine aussi facétieuses car quand nous les cherchons à une place et qu’elles n’y sont pas, on pourrait croire qu’elles ont bougé pour le plaisir de nous voir chercher.

        J'aime

      1. merci
        il y là un écho déformé des « leçons de choses » de l’école, entendues comme « quelles leçons les choses ont-elles à nous apprendre » de là, on passe vite à « quelles sont leurs « vraies » intentions 🙂

        J'aime

  4. Les choses sagement se posent
    Au bord de notre mémoire en pause
    Elles gardent un parfum ancien de rose
    De tendres baisers ou d’ecchymoses
    Mais toujours elles nous racontent en prose
    Des jours passés, les histoires closes
    Qui laissent des sourires sur nos lèvres roses.

    Aimé par 1 personne

  5. Lu dans « Le je-ne-sais-quoi et le presque-rien », tome 1 La Manière et l’occasion (éditions du Seuil, 1980), page 28 :
    L’être change parce qu’il n’a pas sa densité ontologique maximale et l’ÊTRE PARFAIT est en acte tout ce qu’il peut être et n’a donc AUCUNE RAISON D’ÉVOLUER.
    Est-ce à dire que les choses sont parfaites ?

    J'aime

  6. On peut dire d’elles qu’elles sont une excuse pour ne pas aller au bout. Elles le méritent à un certain égard. Rester tout chose est agréable mais cela ne peut pas être une habitude. Qui s’occupe de moi ? Qui me maintient dans cet état ? Suis-je réduite à cette chose ? L’agréable passé il faut bien faire taire ce type d’excuses et foncer dans le tas les réduire à néant. Il n’y a pas d’immunité.

    J'aime

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s