Echangeriez-vous votre vie ? (Petit test de bonheur)

S’il y avait un lieu où vous pourriez aller pour échanger votre vie

contre celle de tel ou tel autre, vous y rendriez-vous ?

Si vous dites non, vous êtes heureux.

Si vous dites oui, pensez mieux à la vie que vous choisiriez…

Quelques minutes encore…

Mesurez que c’est l’ensemble de nos choix

Qui nous font tenir à notre vie…

Êtes-vous toujours sûr de dire oui ?

Ce petit test est un des plus sûrs moyens de découvrir son bonheur…

28 réflexions sur “Echangeriez-vous votre vie ? (Petit test de bonheur)

  1. Cela me rappelle quand je suis sorti de la salle d’opération et que je me suis réveillé en 1996. J’ai regardé mon ventre et il y avait une poche collée dessus, puis j’ai vu tous les drains sortant de mon ventre, puis la douleur est arrivée comme un vague. Elle m’a submergée complètement et j’ai dis : »Je n’aimerais pas être à ma place ».
    Aujourd’hui je sais que cela m’a permis de comprendre comment je fonctionne vis à vis de la souffrance. Je n’ai pas de limite, la piscine n’a pas de fond. Aussi j’ai décidé le coup de rein pour remonter vers la surface. Le bonheur est aussi une question de choix.
    Aujourd’hui je me sens vraiment heureux. Et je suppose que ma vie et mon bonheur sont réellement d’actualité.
    Je n’aimerai pas être un autre car « Mieux serait insupportable » est vraiment ma vie.
    Allez, je vais marcher dans la forêt de Montmorency, sous le soleil de mars avec mon épouse et mes cannes.
    Un pur moment de plaisir, pourquoi s’en priver ?
    Bon week-end à vous tous.

    J'aime

  2. merci, Cher Auteur…ai pu validé « un Oui »…si grand devant cette ???… l’élixir « du bonheur »….c’est quoi ? où… mais c’est là … en Nous.. ;-))

    J'aime

  3. Réponse pas si facile… cela voudrait il dire que je tiens à ce que je suis… sachant que ce sont mes blessures qui m’ont façonnée… je regarde le bonheur facile des autres… et me rend compte que je n’en veux pas, que je ne suis pas prête à me perdre. Mais en même temps je l’envie… Sombre paradoxe… Ma mère disait ça autrement avec son bon sens blessant: « si ton père été resté en vie, tu ne serais pas devenu ce que tu es aujourd’hui ». Je devrais boire le matin… j’aurais une excuse au moins pour ces mots sans suite.

    J'aime

  4. Effectivement, il serait plus facile de se sentir ou de se croire malheureux. La tentation est là.
    Nos jours, en sont constitués de plein de petits bonheur, si l’on sait les reconnaître ou les accueillir. Cela oui, j’y crois, j’expérimente au quotidien. Quel est la définition du bonheur suprême? je ne sais. Peut-être celle qui est à hauteur de chacun.

    J'aime

  5. Absolument pas !
    J’aurais échangé tout au plus le temps d’une heure, juste pour voir, par simple curiosité. Et savourer encore plus le plaisir de revenir à ma propre vie😀.

    J'aime

  6. C’est une question à laquelle j’ai murement réfléchie, la réponse que j’apporterais spontanément pour ma part serait non, indéniablement.

    En revanche, j’aime énormément votre précision « s’il y avait un lieu où vous pourriez aller pour échanger votre vie » … trois termes fondamentaux : « lieu », « pourriez » et « aller ». ici, nulle baguette magique et instantanéité pour réaliser ce souhait, cela suppose alors un cheminement, possible. Là où se trouve la difficulté, une difficulté libératrice : le temps de cet aller, qui est un temps souvent lancinant où la réflexion peut s’affairer, où le doute peut surgir et torturer, mais où la marche arrière est possible, où le choix peut s’affirmer ! Un pont, entre « oui » et « non ».
    Et si ce « oui » en premier lieu, croyant être réfléchi et catégorique, se transformait en « non » lors de ce cheminement où jaillirait les questions que l’on s’est jamais posé, comme des obstacles à franchir. Comme le dit « hyacinthe46 » « il serait plus facile de se sentir ou de se croire malheureux » même de s’en persuader au point de vouloir changer sa vie (donc de ne plus être soi ?). Et ce cheminement d’ordre introspectif, permettrait, paradoxalement au terme « introspectif », de sortir de la perception que l’on avait de soi pour peut-être mieux se regarder soi… Ainsi favoriser un choix, plus libre, plus juste et l’affirmation de soi.
    Je ne sais pas pourquoi, peut-être parce que je l’ai regardé il y a peu, mais spontanément votre réflexion, à commencer par la première phrase, m’a beaucoup fait penser au film du cinéaste russe Tarkovski « Stalker » : « Stalker, sorte de guide, accompagne un physicien et un ecrivain dans la « zone », vaste no man’s land ou jadis est tombe une meteorite. Ce territoire contient un secret: « la chambre des desirs » exauçant les voeux de ceux qui s’y rendent. »
    Ce qui importe dans le film ce n’est pas le désir des personnages, ou la « zone » elle-même, pourtant tellement irréaliste qu’elle suscite chez le spectateur une impatience énorme, mais bien ce qui se passe entre le point de départ, naissance affirmée du désir, et l’arrivée : le choix définitif (le soi définitif ?). Ici, cette zone, c’est le lieu où l’on pourrait échanger sa vie. Entre « oui » et « non ». La philosophie, le philosophe, comme guide ?

    Merci et bon week end à vous !

    J'aime

  7. la vie n’a pas de prix, et , la vie ne vaut rien.
    donc aucun souci à échanger.
    le bonheur se tire de toute expérience.
    dans le négatif et le positif.
    donc échanger avec n’importe qui n’est pas dérangeant, tout est à vivre et à en tirer quelque chose.
    chacun peut vivre les plus grandes douleurs et les plus grands malheurs , le vivre est juste une question de temps et de statistique …
    nous sommes tous déjà heureux et tous déjà mort …

    J'aime

  8. Arrojar un centavo a la fuente y pedir un millón de dólares no tiene sentido.
    Tampoco tiene sentido arrojar un millón de dólares a la fuente y pedir un centavo.
    La felicidad no tiene sentido, pero es la fuente de la vida.

    J'aime

  9. Si c’était à refaire, je referais le chemin….
    Je serais seulement moins gentil, moins conciliant, moins tolérant. Je serais plus dur, plus intransigeant, plus impitoyable et donc plus en accord avec moi-même !

    J'aime

  10. J’ai réfléchi à votre question et non, je n’échangerai pas ma vie, c’est mienne avec mes choix (bons ou mauvais) et j’aurais trop peur de perdre tout ceux qui m’entourent et que j’aime.

    J'aime

  11. L’herbe est toujours plus verte ailleurs😀 Je ne parlerai pas du bonheur mais mon « oui » est inconditionnel. Cette vie, bien que pas facile, m’a façonnée, et a fait de moi celle que je suis. Maintenant c’est à moi de la faire à mon image

    J'aime

  12. Bonsoir

    OH non! Je n’échangerai rien, car heureuse je suis d’affronter ma vie.
    Chaque pas est une découverte de moi même et m’apporte tellement.
    Que ferai je d’un bonheur sans combat ?
    Depuis ma conception mon chemin est semé d’embûche; J’ai rêvé si souvent d’une vie parfaite et je l’ai atteint grâce à mon choix de vie.
    La route est longue, je tombe, je me relève. Les émotions sont ce qui me permet d’exister, alors je vis, je respire, je suis moi.
    J’ai trouvé mon bonheur, il n’est pas parfait, mais je suis vivante.

    Valérie

    J'aime

  13. « S’il y avait un lieu.. contre tel ou tel autre… » Oui je veux bien changer contre tel ou tel autre mais en restant là où je suis ! Trop facile me répondriez-vous. Pas si facile ! Non je ne veux changer ma vie à aucun prix sauf à combler le manque qui m’a poursuivie toute ma vie… Mais avec ce manque il y a eu plein de pleins … On remplit toujours les vides pour que cicatrisent les plaies. Alors à tout bien réfléchir je me suis faite comme je le souhaitais et tout va bien !

    J'aime

  14. Echanger ma vie, non : elle est le résultat de mes bons ou mauvais choix, de mes expériences bonnes ou mauvaises, de mes épreuves surmontées ou sur lesquelles je me suis effondrée… elle est mienne.
    La changer, oui, car pour moi la vie est mouvement et j’ai encore énormément de bons ou mauvais choix à faire, de bonnes ou mauvaises expériences à vivre, d’épreuves à surmonter ou sur lesquelles m’effondrer lamentablement… Puis me relever pour continuer ainsi!! Tout cela me fait avancer et j’en suis heureuse!

    J'aime

  15. Pourquoi modifier ma vie Mr Galibert, pour en venir à cela, il faudrait que je m’estime malheureuse, ce n’est pas mon cas. Et puis la modifier pour éventuellement que cela soit pire, non merci. Ma grand-mère disait « on sait ce que l’on perd mais pas ce que l’on prend »😉🙂
    Bon début de semaine à vous avec le soleil au dessus de votre tête et dans votre coeur

    J'aime

  16. Je en changerais pas une ligne de ma vie. Chaque seconde, chaque parcelle de mon chemin m’est propre et je les chéris avec tout l’amour que j’ai au fond de moi. Je suis heureuse aujourd’hui et surement demain encore et peut être plus longtemps. Ma vie je l’aime et je la garde.

    J'aime

  17. Non, je n’échangerais pas ma vie, pour rien au monde, car c’est la mienne, même si ça n’a jamais été du gâteau et ça ne le sera jamais, et que des fois j’ai fait des choix pourris de chez pourris, mais, pour rien au monde, jamais , je n’échangerais ma vie : suis-je heureuse ? Heu… je n’en sais rien, je ne dirais pas cela d’ailleurs, même si j’ ESPERE toujours je ne sais quoi, mais je crois que ce test me montre simplement que je suis juste ma meilleure amie et c’est déjà pas si mal voire même peut-être indispensable pour chacun d’entre nous.

    J'aime

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s