Figurerons-nous dans l’histoire ?

Rancière, c’est une voix. Une conscience. Une œuvre trajectoire, toute droite, à partir de cette idée, si simple et si féconde, que le peuple pense. Ce principe est indissolublement politique et esthétique, puisqu’il y va toujours d’un partage du sensible.

Dans « L’inoubliable »  et « Sens et figures de l’histoire », les deux essais d’abord écrits pour une exposition, et aujourd’hui repris pour leur intérêt propre, Rancière questionne ainsi le grand partage qu’effectuent nos images, entre ce qui figure dans l’histoire, et ce qui peine à y figurer. Comment, par delà les conventions de la peinture, les grands de ce monde et le peuple des obscurs figurent-ils dans ces images naissantes de la photographie et du cinéma ? Y a-t-il une objectivité de cet « objectif » qui semble les placer à égalité dans ce partage de la lumière qu’instaure la photographie ? Ou bien l’objectif est-il un agent double, à la fois soumis au photographe qui l’utilise, et au sujet qui commande le cliché ?

Suite de la chronique sur le littéraire.com:                   http://www.lelitteraire.com/?p=2701 

9 réflexions sur “Figurerons-nous dans l’histoire ?

  1. C’est une très bonne question que se pose Rancière, si on arrête l’histoire à l’image et à la photographie.
    Mais j’ai entendu un recteur d’université qu’on manque cruellement d’historiens du présent et ce, depuis que les premiers médias ont été diffusés. Les analystes de Sciences Po font des conférences sans connaître qu’une facette de cette image que l’on nous montre. Notre histoire manque donc d’objectivité et il faut toujours un temps de latence et de réflexion profonde pour pouvoir écrire les premières pages de notre histoire actuelle.

    Certes, l’mage pourra nous montrer une chose, c’est qu’on se tape sur la gueule depuis la nuit des temps et sans fondements, sans bases historiques, l’être humain ne sera pas près de changer!

    Gene

    J'aime

  2. Quand je prends une photo il y a quelque chose qui m’intéresse, puis ceux qui étudient ma photo ont leurs propres interprétations… Un autre angle… Certes, je capture un moment, mais c’est bien le moment photographié que je vois sous un angle…

    J'aime

  3. Très bien dit.

    Depuis que je suis nouveau à votre blog, quel est votre point de vue sur «existence» elle-même?

    Pensez-vous que l’emplacement, la race et la culture font un differnce dans la façon dont on voit la vie?

    bonne chance

    Johan

    J'aime

  4. S’il est une porte sûre par laquelle l’on peut faire une entrée garantie dans l’histoire, c’est bien la photographie. « Entrer dans l’histoire ! » Mais de quelle histoire s’agit-il d’abord ? L’histoire étroite d’une petite vie anonyme qui s’efface quand disparaît le corps qui l’a portée ? L’histoire des hommes dont la grille de lecture est façonnée et gardée par des chercheurs de traces de vie ? L’Histoire du monde à contours fantaisistes et sélectifs conçue par des penseurs soucieux de remplir dans leur présent le vide des temps passés pour tuer l’ennui dans générations futures, sur la base de normes subjectives imposées à la conscience universelle ?
    La photographie, c’est vrai est un témoignage du temps qui ravive le sens du passé, qui nous aide à amortir la chute de notre conscience à travers les dos d’âne de notre mémoire parsemée de points d’amnésie. La photographie, quand nous sommes sous le voile sombre de nos oublis, apporte à notre esprit cette lumière qui nous éclaire et nous ramène à un souvenir de douceur ou de douleur.
    Si la photographie est l’écriture de la lumière, c’est une écriture au passé destinée à accompagner le présent au jour le jour, pour le sujet photographié ou pour le photographe ou pour le consommateur de la photographie.
    Pour moi, la photographie est la négation ou la fuite du futur. parce qu’elle nous maintient dans les liens du passé et donc de l’histoire. Mais quelle histoire ? Là commence le flou…

    J'aime

  5. Comprenez-vous la mot Existentialisme.?
    Peut-être il y a une différente signification parmi nous, mais dans la philosophie cet absence du ‘moi’ nous rend ignorants. La philosophie n’est pas une science exacte, alors on peut changer l’Histoire dans le moment convenu, pas par philosophes sinon par intéresses conventionnelles (prouve être certain les premiers 1500 ans de cette nouvelle époque sont en vrai faux, combien-t-ils de libres on peut éditer dans un seul année.?) ; on y iront plus a croire dans un Dieu mais oui dans un fantôme ou dans le diable, dans un future prochain on y va accréditer une Histoire et avec elle l’Archéologie nous montrera la vérité des faits autans passes de Créationnistes o des bateaux avec des animaux emportes dans un déluge avec des outils nouveaux, avec des machines d’une nouvelle technologie, ou seraient-eux capables nous cacher sa tromperie.? Ce je l’appelle Philosophie.
    Oui, moi j’affirme l’Existence d’un passé pourrait nous être révélé ; je ne parle point d’une «Génération Spontanée» laquelle effondre la Théorie de Darwin, parce ceux voient mauvaise l’Origine de Espèces ne se sont jamais entretenu se regarder entre les cercueils, ou parmi eux s’évitent leu regarder. Je ne veux dire je sois partisan de Darwin mais aussi rien dans sa contre.

    N’imaginez point Jean-Paul je suis fâché aucun respect, non plus peut-être la force m’inspire le langage de Castille, pouvez vous être sûr de supposer je manque de politesse mais c’est pas vrai ; ce fait parte dedans de moi depuis je réside ici dans votre pays la France, celle de tout Droit et je comprends n’est point facile s’habituer à un tel système ou à cette lutte de classes, mais il faut jamais abandonner. Je ne rentre jamais sans toucher aucune porte, mais j’invite rentrer chez moi ; alors je pense ai droit vous critiquer ou à vous adorer. En quant au Système de Middleton (vous m’invitez) bien peut se traiter du poète Milton, parce Middleton jamais a été dans l’Afrique du Sud, il me semble sont des articles ou récites des navigateurs Portugaises volés par les Anglais…. Je pourrais m’expliquer mieux mais avec plus du temps, je veux dire aucun Espagnol, aucun Anglais, aucun Français ont conquis rien de tout ni ont exploré rien de rien, celui connaissant de prés l’Histoire de l’Humanité nous dira ont été des Suédois d’abord, après des Hollandes, des Allemands etc.

    Aujourd’hui on parle d’ontologie, mais si ces personnages en parlant se décryptent eux mêmes comme Racistes ou Antisémites ; Sartre et je ne suis rien de Sartrien, il dit «-Si les hommes peuvent établir le fascisme et les autres peuvent être lâches et sans espoir pour leurs laisser faire.-» Mais il était en vie, alors, il était collaborateur.

    J'aime

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s