L’attaqueur de pizza

Réfléchissez bien : quel est le symbole de cette obésité repue qu’on nous impose ? Quel est le symbole de ce terrible internement à domicile, par lequel nous sommes assignés à notre ordinateur ou à notre télé, toujours assis, toujours immobiles, toujours solitaires face au spectacle qu’on nous impose ?
Oui ! Vous avez trouvé ! C’est la pizza, cette rotondité filandreuse, entre plastique et fromage tiède que chacun est tenue de tenir pour un délice. Mais il y a pire que la pizza, car le restaurant permet des rencontres, le surgelé impose des courses. Il y a le livreur de pizza. Voila l’ennemi absolu car c’est lui, et lui seul, qui vous interdit désormais de sortir de chez vous. C’est lui le cordon ombilical de notre marâtre société, la perfusion qui nous maintient dans l’inertie béate et assistée que nous nommons le bonheur.
La solution est évidente : il faut attaquer les livreurs de pizzas, mais dans les règles de l’art et à armes égales, c’est-à-dire à solex. Le but n’est même pas de les assommer, mais juste de faire tomber la ridicule petite boite, si possible sans les faire tomber eux-mêmes. C’est un nouveau type de duel pour un nouveau type de chevalerie.
Il importe de bien choisir son solex : trop rapide, il permet un dépassement, des queues de poisson trop faciles. Les sportifs les plus accomplis préfèrent les machines plus lentes que celles du livreur, qui imposent à l’assaillant tout un système d’observation et d’embuscade, pour des attaques toujours surprises, puisque la vitesse ne permet pas de deuxième attaque.
Les livreurs ne se plaignent pas de nos actions. Leur métier, plus dangereux en apparence, leur a permis d’être augmentés. Les propriétaires eux-mêmes ne protestent que pour la forme, tant il est vrai que nos attaques ont héroïsé le produit, et plutôt produit une hausse des ventes. La critique est un art difficile.

18 réflexions sur “L’attaqueur de pizza

  1. Alors je trouve ça très très drôle ! Cela dit c’est encore plus convivial dans le Sud de l’Italie la pizza, tout comme la bière en Alsace ! Mais c’est vrai que j’ai toujours eu envie de me faire un livreur de pizza, je ne sais pas pourquoi mais je les déteste ! Surement à cause de la moto… On dirait des mouches ou des moustiques, on a envie de taper dessus tout de suite !

    J'aime

  2. Trop bien dérision quand tu nous tiens ! j’enfourche ma cibyclette pourave direction la mitéproxi ! A plus… suis en retard mais sans regrets…trop bien !

    J'aime

  3. Bon , le livreur je l’ai boudé depuis belle lurette , depuis qu’une voisine , vieille espagnole maintenant décédée , m’offrait généreusement ses pizzas …. mais elle est partie avec sa recette !!! alors je suis toujours preneuse pour une recette d’excellente pâte à pizza que je n’ai jusqu’alors jamais retrouvée , ni réussie à faire …. le livreur est bien loin avec tout ça maintenant , la vieille dame aussi . Et j’ai tant envie de mettre la main à la pâte

    J'aime

  4. Le ordeno a mi teléfono inteligente:
    —Ordéname una pizza extra grande.
    —No reconozco la palabra pizza —me contesta.
    —¿Por qué no la reconoces? —le reprocho.
    —Porque tu esposa removió la palabra pizza de mi diccionario.
    —Quééé? ¡Esto es inconcebible! Voy a divorciarme de mi esposa y a ti te voy a cambiar por otro teléfono que no tenga la opción de borrarle las palabras más importantes.

    J'aime

  5. une autre technique est en cours « contre le livreur de pizzas »…. il voyage avec plusieurs…. carnets d’adresses en poche….
    arrive sur une qui « n’existe pas »… dans ses bras, y’a le « joyau réputé »…voulant être performant pour ne pas offenser « ses prétendants »… s’inquiète… s’active…interroge sur le N°.. à des drôles de passants…ceux-ci le dirigent à un autre endroit où il va à pieds…. et lui piquent tout ce qu’il a dans le coffre….. en attendant….!!!! une pizza royale servie bien chaude et à 0 prix ….. du vu et revu….
    du coup… les pizzas sont plus servies , ici à domicile…. ;-))

    J'aime

  6. Ma la pizza è troppo buona , soprattutto quella che fanno vicino a casa mia, io la mangio alla « capricciosa coi carciofi e la salsiccia !! E poi quando d’inverno alla sera è molto freddo vedertela arrivare a casa fumante….Meraviglia!!! Très très beaux ton … »scritto »

    Bon soir :))

    J'aime

  7. Ah ! Ah ! ah !

    Pauvres livreurs de pizzas !

    Bon , ici le problème est réglé car de toutes façons nous faisons nos propres pizzas avec notre propre pâte à pizza, et il est vrai que nous trouvons cela délicieux et que du coup ça peut nous empêcher de sortir DEHORS, et alors je dis que c’est gentil de vous préoccuper de notre santé.
    Mais ne nous plaignons pas , Monsieur Galibert, car je vous rappelle à quoi pourrait ( va ?) ressembler la commande d’une pizza en 2025 ….

    Standardiste : « Speed Pizza, bonjour. »
    Client : « Bonjour, je souhaite passer une commande. »
    Standardiste : « Puis-je avoir votre NIDN, monsieur ? »
    Client : « Mon numéro d’identification national, oui, un instant, voila, c’est le 6102049998-45-54610. »

    Standardiste : « Merci M. Jacques Lavoie. Donc, votre adresse est bien le 174 avenue de Villiers à Carcassonne, et votre numéro de téléphone le 04 68 69 69 69. Votre numéro de téléphone professionnel à la Société Durand est le 04 72 25 55 41 et votre numéro de téléphone mobile le 06 06 05 05 01. Mais vous appelez d’un autre numéro qui correspond au domicile de Mlle Isabelle Denoix, qui est votre assistante personnelle. Sachant qu’il est 23h30 et que vous êtes en RTT, nous ne pourrons vous livrer au domicile de Mlle Denoix que si vous nous envoyez un XMS à partir de votre portable en précisant le code suivant AZ25/JkPp+88**

    Client : « Bon, je le fais, mais d’où sortez-vous toutes ces informations ? »

    Standardiste : « Nous sommes branchés sur le système Monsieur. »

    Client : (Soupire) « Ah bon ! Alors, je voudrais deux pizzas mexicaines… »

    Standardiste : « Je ne pense pas que ce soit une bonne idée Monsieur. »

    Client : « Comment ça ? »
    Standardiste :  » Votre contrat d’assurance maladie vous interdit un choix aussi dangereux pour votre santé, car selon votre dossier médical, vous souffrez d’hypertension et d’un niveau de cholestérol supérieur aux valeurs contractuelles. Mlle Denoix ayant été médicalement traitée il y a 3 mois pour hémorroïdes, le piment est fortement déconseillé. Si la commande est maintenue la société qui l’assure risque d’appliquer une surprime… »

    Client : « Aïe ! Qu’est-ce que vous me proposez alors ? »
    Standardiste : « Vous pouvez essayer notre pizza allégée au yaourt de soja. Je suis sûre que vous l’adorerez. »

    Client : « Qu’est-ce qui vous fait croire que je vais aimer cette pizza? »

    Standardiste : « Vous avez consulté les ‘Recettes gourmandes au soja’ à la bibliothèque de votre comité d’entreprise la semaine dernière, Monsieur. Mlle Denoix a fait, avant hier, une recherche sur le net, en utilisant le moteur http://www.moogle.fr avec comme mots clés « soja » et « alimentation ». D’où ma suggestion. »

    Client : « Bon d’accord. Donnez-m’en deux, format familial. »

    Standardiste : « Vu que vous êtes actuellement traité par Dipronex LP et que Mle Denoix prend depuis 2 mois du Ziprozac à la dose de 3 comprimés par jour et que la pizza contient selon la législation 150mg de Phénylseptine par 100g de pate, il y a un risque mineur de nausées si vous consommez le modèle familial en moins de 7 minutes 37 secondes. La législation nous interdit donc de vous livrer, sauf autorisation émise par notre service conseil-juridique. Par contre nous avons l’agrément pour vous livrer immédiatement le modèle mini. »

    Client : « Bon, va pour le modèle mini. Je vous donne mon numéro de carte de crédit. »

    Standardiste : « Je suis désolée Monsieur, mais je crains que vous ne soyez obligé de payer en liquide. Votre solde de carte de crédit VISA
    dépasse la limite et vous avez laissé votre carte American express sur votre lieu de travail. C’est ce qu’indique le credicard-satellis-tracer »

    Client : « J’irai chercher du liquide au distributeur avant que le livreur n’arrive. »

    Standardiste : « Ça ne marchera pas non plus monsieur, vous avez dépassé votre plafond de retrait hebdomadaire. »

    Client : « Ce n’est pas vos oignons. Contentez-vous de m’envoyer les pizzas. J’aurai le liquide. Combien de temps ça va prendre ? »

    Standardiste : « Compte tenu des délais liés aux contrôles de qualité, elles seront chez vous dans environ 45 minutes. Si vous êtes pressé, vous pouvez gagner 10 minutes en venant les chercher, mais transporter des pizzas en scooter est pour le moins acrobatique. »

    Client : « Comment diable pouvez-vous savoir que j’ai un scooter ? »

    Standardiste : « Votre Peugeot 408 est en réparation au garage de l’avenir, par contre votre scooter est en bon état puisqu’il a passé le contrôle technique hier et qu’il est actuellement stationné devant le domicile de Mle Denoix. Par ailleurs j’attire votre attention sur les risques liés à votre taux d’alcoolémie. Vous avez, en effet réglé trois cocktails « afroblack » au Tropicalbar il y a 45 minutes. En tenant compte de la composition de ce cocktail et de vos caractéristiques morphologiques, ni vous ni Mlle Denoix n’êtes en état de conduire. Vous risquez donc un retrait de permis immédiat. »

    Client : « @#%/$@&µ£¤?#! »

    Standardiste : « Je vous conseille de rester poli Monsieur. Je vous informe que notre standard est doté d’un système anti-insulte en ligne qui se déclenchera à la deuxième série d’insultes. Je vous informe en outre que le dépôt de plainte est immédiat et automatisé. Or, je vous rappelle que vous avez déjà été condamné en juillet 2006 pour outrage à agent. »

    Client : (Sans voix)

    Standardiste : « Autre chose, Monsieur ? »

    Client : « Non, rien. Ah si, n’oubliez pas les deux litres de Coca gratuit avec les pizzas, conformément à votre pub. »
    Standardiste : « Je suis désolée Monsieur, mais une clause d’exclusion de notre publicité nous interdit de proposer des sodas gratuits aux personnes en surpoids. Mais à titre de dédommagement, je peux vous consentir 15% de remise sur une adhésion flash au contrat Jurishelp, le contrat de protection et d’assistance juridique de Speed assurance. Ce contrat couvre, en particulier, les frais annexes liés au divorce. »
    Client : « Mais, pourquoi au divorce ? »

    Standardiste : « Vu que vous êtes marié à Mme Claire Lavoie née Girard depuis le 15/02/2003 et vu votre présence tardive chez Mlle Denoix, ainsi que l’achat il y a une heure à la pharmacie du Canal d’une boite de 15 préservatifs et d’un flacon de lubrifiant à usage intime, cela pourrait vous être utile. D’ailleurs, je vais faire joindre aux pizzas un bon de 5 euros de réduction pour vos prochains achats de préservatifs valable chez notre filiale, Speed Pharma. Merci d’avoir fait appel à Speed Pizza. »

    J'aime

  8. C’est si bien dit !!!! mais irréversible on ne change pas un vendeur de pizza a domicile d’un clic. Mais commander la pizza, cette rotondité filandreuse, entre plastique et fromage tiède pensez donc pour certain c’est si bon !

    J'aime

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s