2 réflexions sur “Inexistences

  1. Comment philosopher par temps d’inexistence ?

    Oui!
    Je me rappelle avoir été très heureuse de voir votre blog intitulé l’inexistence se transformer en l’existence, c’était si rafraîchissant et aujourd’hui je comprends si bien!
    Notre existence est si vulnérable, fragile, insouciante, innocente, naïve. Il est bien difficile de ne pas tomber dans cette solitude qui nous écrase et nous rappelle l’envie d’inexistence involontaire mais qui nous tiraille face au silence de la nuit.
    Je suis tellement déçue mais dés que le jour se lève, je me rappelle amoureusement mon devoir d’existence et ainsi j’éblouie, mais oh combien ma peine s’élève, ça peu sans doute.
    Pourtant le partage est si bénéfique lorsqu’il est libre de toute pensée.
    J’ai tant de chose à dire mais la déception m’anéantie dans le silence.
    Un passage à vide depuis prés de deux ans…
    Le chemin est long, parfois très difficile. Mais la vie est lumière…

    Bonne soirée Jean Paul

    J'aime

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s