Rancière: Figures de l’histoire

Figurerons-nous dans l’histoire ?

 

Rancière, c’est une voix. Une conscience. Une œuvre trajectoire ,toute droite, à partir de cette idée, si simple et si féconde, que le peuple pense. Ce principe est indissolublement politique et esthétique, puisqu’il y va toujours d’un partage du sensible.

Dans « L’inoubliable » et « Sens et figures de l’histoire », les deux essais d’abord écrits pour une exposition, et aujourd’hui repris pour leur intérêt propre, Rancière questionne ainsi le grand partage qu’effectuent nos images, entre ce qui figure dans l’histoire, et ce qui peine à y figurer. Comment , par delà les conventions de la peinture, les grands de ce monde et le peuple des obscurs figurent-ils dans ces images naissantes de la photographie et du cinéma ? Y a-t-il une objectivité de cet « objectif » qui semble les placer à égalité dans ce partage de la lumière qu’instaure la photographie ? Ou bien l’objectif est-il un agent double, à la fois soumis au photographe qui l’utilise, et au sujet qui commande le cliché ?

Comment ces images neuves construisent-elles le temps ? Sont-elles capture de présents, ou écriture de passés, en vue d’usages à venir ? Quels agencements, quelles mises en scène nous donnent-elles à lire leurs arrières pensées ? Rancière ouvre tranquillement question vertigineuse : « que pense une image ? »

Car si l’image ne peut écrire une histoire sans écrire l’histoire, c’est toute une politique du silence qui s’ouvre, et qu’il faut bien penser. Comment donner à voir et à entendre ceux qui n’ont pas eu de place, qui n’ont jamais eu la parole, ou même ceux que l’on a fait disparaître ? La question cruciale de la visibilité du peuple va donc jusqu’à celle de la représentation de l’holocauste. Car cet impossible est un devoir, que l’art peut assumer. L’art, et lui seul, peut dignement rendre sensible l’inhumain, par l’inhumanité de la beauté. Car il rejoue, dans l’histoire comme dans les images qui l’écrivent, ce grand partage du visible et de l’invisible qui est au fond celui de l’être et du non être.

Jacques Rancière, Figures de l’histoire, PUF, aout 2012, 88 p., 10 €.

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s