CONFINEMENT-SOULEVEMENT

 

Penser le confinement III : CONFINEMENT-SOULEVEMENT

Sans doute, après le confinement, faudra-t-il chercher les causes, et trouver les responsabilités. Car il y aura eu bien trop de morts évitables. Sans doute bien des gestes et décisions, bien des choses et illusions seront-ils à critiquer. Sans doute des responsables, nous seront-t-ils désignés, et sans doute seront-ils haut placés.

Mais j’espère que nous irons bien plus loin :  jusqu’à un président incapable de produire et de distribuer les masques et les tests, maintenant les élections, imposant l’état de siège, appelant à la rescousse la fonction publique qu’il a tant réduite.

Mais j’espère que nous irons bien plus loin: jusqu’à incriminer cette série de présidents auxquels nous avons été soumis depuis que Mitterrand a choisi la rigueur : élus à droite, à gauche ou au centre, mais tous gouvernant à droite, tous liquidateurs du service public,.

Mais j’espère que nous irons plus loin: jusqu’à dénoncer le pouvoir, et même l’existence, de cette caste de propriétaires d’entreprises qui se prennent pour les maîtres du monde, et dont nos représentants ne sont que les représentants.

Mais j’espère que nous irons plus loin: jusqu’à déceler enfin l’intime alliance de la négligence climatique et de l’hypercapitalisme en une seule et même inhumanité, qui consiste à préférer les profits à tout le reste, au point de sacrifier tout le reste aux profits.

Mais j’espère que nous irons plus loin: jusqu’à oser nommer, penser et combattre cet « annihilisme », qui menace tout, et donc également les humains, la nature, et toute la planète, parce qu’il a pour seule règle que « tout ce qui n’est pas hautement rentable doit être détruit », par la fermeture, le licenciement, le suicide, ou la guerre, qui sont tous hautement rentables.

Mais j’espère que nous irons encore plus loin : jusqu’à nous-mêmes. Car découvrons-nous tout cela ? Point du tout ! Nous le savions tous, aussi bien ceux qui fermaient les yeux, que ceux qui protestaient pour la forme, ou ceux qui préféraient crier dans le désert. Tous nous savions, et tous nous avons peu agi, puisque cela n’a pas suffit. Jusqu’à quand accepterons-nous tout, de proche en proche, dans un système qui vise notre mort ?

Ainsi, toutes les responsabilités remontent jusqu’à nous : pourquoi ne nous sommes-nous pas déjà révoltés depuis longtemps, et surtout qu’attendons-nous pour le faire ?

Voici donc la révolte primordiale, que chacun peut faire tout de suite, et tout seul chez lui : décider de ne plus rien accepter.

<Suite à lire prochainement :

Penser le confinement IV : CONFINEMENT – GRAND REFUS>

 

62 thoughts on “CONFINEMENT-SOULEVEMENT

  1. Je partage une partie, mais une partie seulement de ce texte.

    Oui, on peut critiquer l’actuel gouvernement, président en tête, d’avoir maintenu les élections. Ça, c’est une faute. Mais il est risible de l’accuser de n’avoir pas su produire des masques et des tests !!! Ce n’est pas son rôle. Et comme vous le soulignez, tous les gouvernements précédents, qu’ils se disent de droite ou de gauche ont contribué à la situation où nous sommes aujourd’hui, depuis le début des années 2000 puis de la mise en place de la T2A (Tarification À l’Acte à l’hôpital) en 2007.

    Après sur l’inhumanité et l’annihilisme, je suis assez d’accord avec vous.
    Autre sujet de désaccord, quand vous écrivez “Nous le savions tous”. Non, je pense qu’une grande majorité de Français, d’Européens, d’Américains n’étaient absolument pas au courant de ce qui se passait dans leur dos. Il n’est que de voir le niveau des journaux télévisés pour comprendre qu’ils ne pouvaient pas être au courant. Et je ne parle même pas des chaînes de désinformation en continu.

    Bonne journée Jean-Paul.

    Like

      1. Si, il y a des priorités qui relèvent du gouvernement de l’état !
        Du coup, c’est à Maastricht qu’il faut remonter, c’est à ce moment que la France, comme bien d’autres États européens à renoncer à ces priorités au niveau national, pour en confier la responsabilité au niveau européen. C’était vers 1993, sous Mitterrand (?), ma mémoire défaille.
        Et pourtant, je reste persuadé que au niveau mondial, face au duopôle Chine / États-Unis, et à un deuxième Inde / Russie, l’idée de donner à l’Union européenne une place autour de la table mondiale était une bonne idée !
        Après, ce que tout cela est devenu…
        “Nous avons trop laissé décider pour nous” : Pour autant que je sache, la France est encore une démocratie, avec des décideurs qui sont élus via le suffrage universel. Est-ce qu’une partie du problème ne vient pas des plus de 50 % des gens qui ne votent pas, mais qui sont les premiers à critiquer les gouvernements successifs. Comme il était écrit encore il n’y a guère sur ma carte d’électeur : “Voter est un droit, c’est aussi un devoir civique.”
        (P.S. écrit juste avant que d’écouter l’allocution de notre président !) 😉

        Like

    1. Bonjour,
      Je ne suis pas en accord avec vous, mais respect votre vision.
      Notre gouvernement ne semble pas anticiper les événements, il nous l’a plus d’une fois démontré. Il me fait penser à des jeunots, vivant dans le confort et ne connaissant rien à la vie, changeant d’avis comme de chemise…
      Il nous parle de l’après le 11 Mai, commençons par gérer actuellement, convenablement…
      Cordialement

      Liked by 1 person

        1. A l’état actuel, ils décident et gèrent, nous en voyons les résultats…
          Mais en réalité qui est au combat, ceux que l’on ignore d’ordinaire, a qui on demande toujours plus avec moins, les petites gens !
          Et ceux qui bénévolement oeuvre avec leurs minces possibilités afin de venir en aide à ceux qui sont en premières lignes (confection de masques et de surblouses en tissus).

          11 Mai, ok, serions nous plus intelligents que les chinois qui ont mis 77 jours (nos dirigeants ont un souci d’égo), avec des moyens autres, l’avenir nous le dira… Je l’espère !

          Liked by 1 person

  2. Je l’espère aussi. Comme ça fait du bien de vous lire! Il est certain que les applaudissements ne suffiront pas…Chacun doit être acteur du changement. Et c’est une urgence. Il y aurait tant à dire. Je suis pleine de colère. Et la passivité des autres, trop souvent spectateurs du désastre, ne fait que l’accentuer.
    Bien à vous.

    Liked by 2 people

  3. Bonjour Mr Galibert

    Ne plus rien accepter! Bien sur qu’elle bonne idée
    “Je vais y mettre une petite touche d’humour juste une petite par cet exemple : Ma prochaine feuille de paie (si toute fois j’ai encore un boulot après tout cela!) Je vais refuser que mon patron déduise les charges de mon salaire! J’imagine déjà son sourire!”

    Plus sérieusement, je vais vous ressortir ce que je vous ai dit il y a 5 ans. Plus de carte bleue et plus de portable, car avec ça on nous mène par le bout du nez et on nous dirige indirectement mais surement. Notre compte en banque doit juste être assez fourni pour honorer nos factures et rien d’autres.
    Tous nos pas sont criblés à la loupe. Toutes ces facilités du quotidien nous rendent dépendant du système et ils ne savent que trop bien comment nous entourlouper.
    Je ne sais pas vous, mais tous ces milliards qui fusionnent depuis quelques semaines n’a pas l’air de choquer nos dirigeants. Moi ça me coupe le souffle! Comment peut on parler de ces chiffres alors qu’on a de cesse depuis des décennies de nous parler de notre dette ?

    Mais c’est vrai! Je ne suis pas très intelligente! En tout cas dans mon parcours de ne plus rien posséder, je me réjouie chaque jour.
    Bien que je vais encore me faire avoir, car plus de taxe d’habitation bientôt, mais ils ont instauré le prélèvement à la source et bien que je n’ai jamais été imposable, je sens que les choses vont radicalement changer!

    Par ailleurs, c’est mon choix, mon problème, mais je ne me déplace plus pour les votes quels qu’ils soient, je trouve cela abjecte!
    Je pense que lorsque l’on a une passion , une vocation, on n’a pas à être rémunérer. Vivre au frais de la princesse suffit amplement! C’est immoral de se voir attribuer en plus un pactole pour lequel le contribuable à trimer. C’est déjà là un manque de respect pour la population toute entière. Un président, ce n’est pas un roi! Et quand bien même je serais Robin des bois, non mais!!

    Bref! Agir oui mais on va pas tout casser ! La solution se trouve je crois dans notre façon de vivre, chacun d’entre nous doit trouver l’équilibre dans tout cela et ne pas tendre le bâton…

    Mais il y a surement mieux à dire… Moi je fais comme je peux.

    Liked by 1 person

  4. Depuis Pompidou la France n’a pas eu de présidents honnêtes, détournant l’intérêt général au profit du leur. Des pantins qui se servent du peuple au lieu de le servir, pas des hommes d’état. Le virus est une occasion de faire une révolution politique mais également à plus grande échelle une révolution écologique car la vraie leçon est là : la planète va mieux sans nous !

    Liked by 2 people

      1. n’importe quoi !!! qui parle de suicide ? Vous manipulez ma pensée ! J’ai parlé uniquement de révolution politique c’est à dire modifier les institutions du pouvoir, je n’ai pas parlé de prendre les armes ni de “suicide général” vous me choquez !!

        Like

  5. Beau programme et qui nous renvoie à notre responsabilité individuelle, celle d’une goutte d’eau dans l’océan du capitalisme ou d’un postillon envoyé ou reçu involontairement…

    La politique est masquée, il faudrait que la philosophie parle sans voile (comme ici !) et dispose des moyens de se faire entendre : avec Finkielkraut et Bruckner (si on peut les mettre dans une catégorie autre que “polémistes de bas étage”), on est bien mal lotis sur les ondes de France Cuture !

    Nous avons manifesté, et, pour toute réponse,la répression s’est abattue pendant trois ans sur ceux qui réclamaient des moyens pour le service public (hôpitaux, SNCF, etc.) et les voici maintenant portés aux nues (hier soir) par un Président sans complexe, retournant soudain sa veste avec sa doublure sociale cousue à Pâques par sa femme, et entonnant le grand air caché de la Résistance (“les jours heureux”) alors que c’est toute sa politique libérale – la “start-up Nation” et les “premiers de cordée” – qui aboutit pour partie à l’état de dénuement et d’impréparation sanitaire actuel.

    Oui, réfléchir à tout ça. Merci de nous y inviter. 😉

    Liked by 3 people

    1. La duplicité du personnage est entendue.
      mais ce défire de ceux quien tirent les ficelles est une autre affaire, comme vous savez.
      Car il faut faire nous-même ce que la gauche ne fait plus, dépensant son énergie
      à se bloquer elle même, organisation par organisation, et ego par ego.
      J’avoue m’informer ces temps-ci encore moins qu’avant,
      mais seriez vous capable de citer
      cinq ou six mesures que
      la gauche entière
      serait prête
      à proposer?

      Liked by 2 people

  6. Je ne vois pas comment nous ne pourrions réagir autrement que par la lutte : et la lutte, c’est aussi descendre dans la rue, organiser des actions qui désorganisent les instances dominantes et témoignent de notre protestation. Je sais qu’actuellement nous devons rester chez nous, mais pour la suite à venir, je ne vois pas d’autres solutions que de manifester notre mécontentement ! Si tout le monde descendait dans la rue manifester, et bien, les “représentants” de la “caste” dont vous parlez ici, seraient obligés de réagir, du moins, cela ferait peut-être réagir d’autres personnes dans le monde… il faudrait que les gens du monde entier descendent manifester ! Nous serions aussi alors moins pris pour cible, individuellement… La répression pourrait occasionner des blessures, mais comment faire, si ce n’est organiser de nouvelles formes de résistances sociales, qui, indubitablement, doivent s’occuper du “politique”… (c’est-à-dire du collectif). Ce collectif, cette conscience politique dont on nous fait croire qu’elle pourrait s’éteindre aussi facilement que l’on souffle sur une bougie ou qu’on l’étreint entre deux doigts pour en étouffer la flamme. N’en resterait plus qu’un liserai de fumée montante. Et bien non, ne perdons pas notre souffle et notre temps, et ce qui nous tient à coeur ! Soyons noirs et intrépides de colère.

    Liked by 3 people

    1. Je suis bien d’accord avec vous.
      Mais il importe, en même temps, de se demander
      comment faire,
      pour être et rester unis,
      comment agir pour être efficaces sans être violents,
      et surtout quel monde nous voulons,
      et dans quels termes en parler aux autres.
      qu’en pensez-vous?

      Liked by 2 people

      1. bonsoir Monsieur le changement bien sur mais vers quelle la voie? Le peuple est un jouet aux yeux de ces gens là…l’empathie n’existe pas! le pouvoir tout comme les abeilles elles ont une reine et des exécutants …Une révolution ,une de plus pour retrouver des valeurs fondamentales soit:le respect de l’autre et reconnaître enfin que sans le peuple ils ne sont RIEN!

        Liked by 1 person

          1. bonjour.vous pensez que les changements vont se faire seuls?Dénoncer,défiler dans les rues et bien non! le dictateur est là pour empêcher les gens de manifester leurs colères contre les injustices.un programme global? Mais nous sommes dans ce système et depuis des années les dirigeants de quelques bords qu’ils soient sont tous les mêmes…je me sens devenir pourtant Gavroche.

            Liked by 1 person

                  1. pour l’instant c’est du corona dont je me protège(j’ai mes barricades) mais, je pense que tôt ou tard pour que le monde bouge il nous faudra bien trouver une solution ….ensemble !!! et,lol je vous interdis de vous moquer de moi…ah ça ira ça ira…sans lanterne puisque nous avons les yeux ouverts.

                    Liked by 1 person

  7. Et si cette crise majeure faisait le travail que nous collectivement n’avons jamais fait depuis des décennies ?
    Si ce virus faisait prendre conscience à tous ces beaux messieurs en charge des “responsabilités” que l’humain est au centre et que les profits ne servent à rien lorsque l’on est six pieds sous terre. Tous égaux devant la maladie et la souffrance.
    Il me semble qu’un espoir se dessine en ce sens. Le ton employé hier soir avait bien changé en ce sens.
    Notamment la prise de conscience que les “petits” sont indispensables, aides-soignantes, éboueurs, boulangers, infirmières, ouvriers textile, agriculteurs et tous ceux que l’on a maintenu dans la précarité si longtemps.
    Vous parlez de révolte, je parle de solidarité. A quoi sert de hurler dans la rue, en tant que soignante j’ai expérimenté cela et récolté des blessures et des coups. Perdre son énergie ainsi est vain.
    Je me suis révoltée au quotidien dans mon cabinet, me battant pour que mes patients avalent des médicaments de qualité, seule contre tout le système qui veut qu’un médicament soit bon quand il est le moins cher possible, peu importe les approximations de fabrication, la dangerosité des composants, les effets secondaires inconnus et surprenants. J’ai été rappelée à l’ordre par les troupes de Marisol Touraine (de gauche il me semble..), me menaçant de sanctions financières et de déconventionnement si je continuais à défendre mes patients contre ce système inepte…
    J’ai donc lâché prise, désirant poursuivre mon engagement sur le terrain pour mes patients, comme nombre de mes collègues qui avaient subi les mêmes menaces à coup de lettres recommandées. Alors sortir du système quand on aime son travail et que l’on a une famille à nourrir est une utopie réservée aux rêveurs.
    Aujourd’hui on découvre que ce même pouvoir a bradé notre système de santé, nous mettant à la merci de la Chine pour le matériel médical et pour TOUS les médicaments. Si ce pays bloque les livraisons, nous mourrons.
    On découvre qu’il faut relancer les chaines de fabrications de masques, de respirateurs et même de médicaments. Cela donnera du travail et on retrouvera enfin des médicaments de qualité. Quelle chance finalement que ce virus !
    Ceci se situe dans mon domaine mais vos lecteurs ont certainement des exemples identiques dans le leur.
    Alors plutôt que de tout casser, je crois qu’il faut unir nos forces pour tout reconstruire en repartant de zéro.
    Retrouver la qualité et laisser le coût sacro-saint au second plan.
    Economiser des postes inutiles dans les administrations et commissions de tout poil, réduire la classe politique au minimum vital pour la démocratie, pour mettre l’argent dans la production nécessaire à la vie de chacun.
    Mais il y a 60 millions d’opinion dans ce pays, alors il faudra que le chef d’orchestre soit choisi pour son abnégation et conseillé par de “vrais sages” désintéressés et ait une voix qui porte…
    Marie-Christine

    Liked by 2 people

    1. J’entends tout ce que vous dites, avec le plus vif intérêt.
      Je crois que nous devons travailler à une révolte
      pacifique, légale, irrépressible, massive et rigolote,
      capable , comme les particules de Newmann, de passer
      à la fois par tous les chemins possibles et alternatifs.

      Ce qui me rend espoir, c’est de constater l’amateurisme,
      l’impéritie, et globalement l’incompétence qui règne.
      Nous pouvons facilement faire mieux, je crois, si nous savons
      mobiliser et allier tous les talents des bonnes volontés.

      Avec le nombre de morts évitables, qu’il faudra bien avouer,
      comment pourrait-on nous faire taire? surtout après
      nous avoir si longtemps enfermés…
      J’ai bon espoir d’avancées sensibles

      Liked by 4 people

  8. J’espère que nous irons jusqu’à nous demander quelle part des facilités de ce monde nous sommes prêts à abandonner pour dessiner un nouvel équilibre, un autre partage, autrement dit sommes-nous prêts à nous revisiter nous -mêmes? le voulons-nous ? J’y réfléchis pour ma part chaque jour dans ce huis-clos, je travaille sur moi et ce sera long. Et je pense aux enfants et aux jeunes à qui on ne peut laisser porter ce fardeau. A qui on ne peut pas se contenter de dire ” c’est la faute du sytème”.

    Liked by 1 person

  9. Monsieur si vous étiez chef de fil que feriez vous? (ne me dites pas que cela n’est pas votre domaine ce n’est pas possible car tous les philosophes ont pu se pencher là dessus alors j’attends avec impatience de savoir si vous étiez à la place de ceux qui nous dominent ce que vous feriez VOUS?

    Liked by 1 person

    1. Connaissez-vous le roi des zotres Dans la série d’Achille Talon?
      On pourrait penser aussi, dans la même série à Viva Papa,
      au grain de folie et à l’archipel des Sanzunron?
      Ce sont des références politiques cruciales pour moi

      Liked by 2 people

  10. Bonjour. Perso j’ai bien quelques idées qui seraient efficaces si plus l’osaient mais qui restent pour l’instant des pistes de résistances neuves confinées à la marginalité mais bon le roi le dit bien ce qu’il veut c’est que tout le monde aille travailler alors une première piste pour lui ôter tout son pouvoir de décision et le forcer à écouter les besoins du peuple ce serait qu’un max de gens le refusent tous ensemble “travailler ou restez chez vous” qu’il a dit si tout ceux qui peuvent se le permettre (au sens de ça ne va pas contre leurs besoins vitaux et ceux de leur entourage je veux pas entendre chouiner les gens que seul dérangerait pour cela la perte d’une certaine estime d’eux à leur travail qui serait tout ce qu’ils y auraient à perdre) prenaient la seconde option et assumez qu’aujourd’hui on nous a dit “vos vies ou nos profits” alors on a tous choisis nos vies, si des millions le faisaient simplement en restant chez eux à rien glander comme ces “larves de chomeurs parasites sociaux” qu’on leur a tant appris à mépriser mais qui ont peut être bien inventé les résistances passives et pacifiques pour de cette crise se tirer et qu’on ferait surement fort bien d’imiter massivement alors l’autre là il serait bien obligé de nous supplier de revenir bosser pour ses boites merdiques et nos revendications on pourrait les voir entendre en négociations plus démocratiques avec le rapport de force de notre côté. La plus grosse difficulté face à cette idée de grève générale “paresseuse” c’est les pièges qu’on a inculqué dans toutes les têtes…on a dit aux gens “bougez, passez à l’action, travaillez” ils le font…et ça n’a rien changé. Ces anciens modes de luttes les gouvernements et capitalistes les connaissent et savent fort bien les gérer, les luttes des chômeurs militants continuent de les dépasser c’est une piste à creuser donc la lutte par le refus de l’action, des fois c’est efficace regardez les femmes scandinaves leur grève du sexe (une action refusée donc) des années 1970 leur a donné des droits enviés des femmes du monde entier. Et peut être on ferait bien de recommencer quand j’y pense parce que si c’est pour mettre au monde des petits dans un monde pareil…j’aurais presque envie de lancer une grève féministe de la natalité jusqu’à ce que cet endroit redevienne plaisant à naître. De toutes les façons va falloir plus écouter les femmes et les méthodes douces qu’elles prônent…les va t’en guerre liberticides nous ont assez gavés de leurs longs discours virilistes à crever d’ennui totalement dépourvus d’imagination, il est temps de rêver autre chose de changer de ton. Et c’est pareil chez les gens de gauche…que d’hommes brutaux qui ne pensent qu’à “lutter, se battre, toujours la guerre” c’est nécessaire bien sur mais aujourd’hui ça devrait surtout vouloir dire renforcer les solidarités. Qu’on nous laisse un peu prendre le devant de la scène politique et y aller de nos idées après tout cette crise est sanitaire et depuis tant de siècles chez les petites gens se sont les femmes du peuples qui s’occupent de la santé, qui mieux placé qu’elles pour avoir de bonnes idées pour se tirer de là? Laissez leur plus d’endroits où faire entendre leurs voix cessez de faire de toute réunion politique un concours de bites et peut être qu’un peu on avancera messieurs à la sensibilité de gauche. D’autant plus que lutter confinée aux foyers on a des millénaires de pratique à vous en enseigner…mais vous refusez de les apprendre, décidément les hommes sont vraiment trop bêtes c’est le problème aussi si je puis me permettre.
    Il y a aussi de quoi s’inspirer dans les luttes antivalidistes des malades, handicapés et psychiatrisés…tant de gens qui depuis des siècles ont appris à lutter dans des situations où leurs possibilités de déplacements étaient plus que limitées également arrêter de nous mépriser aiderait les luttes bloquées je pense en plus d’être ce qui est juste.
    Il y a aussi de quoi s’inspirer des luttes anticarcérales des prisonniers et soutenir les leurs en ces temps difficiles.
    Ah et autres êtres prisonniers dont les moyens de revendiquer sont inspirants ces temps : puisqu’on nous prend pour des animaux autant faire tout ce qu’eux font pour vivre la meilleure vie possible en captifs puis retrouver la vie libre, comme des oiseaux on ne s’échappera qu’en douceur de la cage mais on y va mon chat approuve l’idée puisqu’on les respectent les autres vies prouvons le écoutons les.
    De même les jeunes NEET c’est article à cet égard est intéressant : https://fr.globalvoices.org/2010/12/12/50967/, ok c’est un peu prétentieux et élitiste comme c’est présenté mais bien que travailleuse (du sexe) aujourd’hui j’ai pratiqué avant ça ce mode de lutte comme chômeuse longue durée volontaire 4 ans durant…efficacité militante infiniment supérieure au mode classique de militantisme de rue que je pratiquais avant. Le gout du jeu, de profiter de la vie lentement, une maitrise du net bien meilleure que celle des dirigeants qui y fait naitre bien des résistances, tout ça sauve des tas de vies, et puis ça sauve la culture aussi qui en a bien besoin ces temps ci, par l’anonymat une grosse part de ce qu’il reste de liberté d’expression aussi, et on sait vivre écolo et avec peu de moyens sans trop se priver aussi (surtout car on a pas eu le choix ça ok mais n’empêche qu’on peut l’apprendre à autrui si il voulait l’entendre).
    Bah tiens d’ailleurs nous aussi les prostituées en plus de vouloir que nos clients soient dépénalisés et de souhaiter recevoir des aides financières en ce moment pour tenir le coup on a des formes de luttes différentes à apporter à qui est ouvert parce qu’un monde d’après sans fantaisies notamment sexuelles, sans strass, paillettes et vêtements stylés colorés à nos gouts et pas le gris dégueu entretien d’embauche partout imposé et bah ça y fait, leur monde d’avant il manque d’humanité, de force, de vie et de beauté, d’amour et de lumière il serait tant de voir tout ça changer.
    Et enfin vous voyez bien le problème de fond de l’éducation à l’autoritarisme

    Like

      1. En bonne enfant de l’âge informatique (quelle expression idiote) j’avais pensé à commencer ça sur un forum (mais c’est pas évident à coder de façon accessible j’ai des amis qui sont sur le coup d’un truc dans cet esprit mais développer cette compétence est long à apprendre) pour démarrer et puis bah de là on partirait pour faire des irl entre gens à qui ça parlerait comme plan (irl ça veut dire se rencontrer dans la vraie vie dans des endroits de rencontre plus classique après s’être connu sur Internet), et de là se faire progressivement un genre de mouvements avec des réus dans les lieux qui voudront bien accueillir ça…en fait j’aurais pensé que ça pouvait exister en petites poches de résistances locales variées qui font de plus en plus de bruit et finissent par devenir une contre culture voir un vrai courant politique de masse mais ça c’est pas gagné. En gros l’idée serait de prendre le droit de répondre à ces aspirations ici et maintenant dans le monde qui est le notre tel qu’il est oui même dans les grosses villes polluée comme la capitale qui n’ont rien de paradis insulaires utopiques chaque fois que l’occasion se présente de s’en rapprocher un peu plus.
        Sinon une île pourquoi pas (j’ai droit de dire en Corse par fierté personnelle ou pas?) mais en fait ces principes beaucoup de gens dans leur quotidien les appliquent déjà ça demande pas grand chose de plus que de vivre mais après en fait je crois que la difficulté n’est pas qu’on ne soit pas sur une ile mais que les gens sont soumis à de la propagande constante qui dit bah tout le contraire de tout ça en gros croissance, productivité, libéralisme, individualisme etc…vous connaissez la chanson j’imagine. Je pense que le problème de fond est qu’on a appris aux gens à mépriser ces modes de vie donc ils ont pas envie de les imiter. Puis le travail mais ça c’est plus un problème de lutte des classes classique. Cependant je pense que combiner ce genre d’idées et la lutte des classes plus classique serait la clé pour faire passer ce genre de principes de la marge des milieux alternatifs à une sorte de début de société autre. Enfin à quelques pistes pour la voir advenir du moins ce qui serait déjà ça. Et que ça peut se faire n’importe où n’importe quand du moment qu’on fait étape par étape et y tend progressivement.

        Like

  11. Je veux dire les gens qui veulent faire de vous un chef et veulent absolument un guide, un papa qui leur dise ce qu’ils doivent faire alors en dernier point d’appui pour ressortir de cette crise avec une démocratie pas diminuée mais grandie je pense que l’inspiration du mouvement anarchiste et anti autoritaire/libertaire a aussi de l’importance pour conclure ce que je pense devoir voir changer pour que nos mouvements sociaux d’émancipation gagnent et le monde change en meilleur.

    Like

votre réponse:

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s