CONFINEMENT – DICTATURE

Il n’y a pas que les corps qui ont été confinés, il y a aussi nos pensées. On dirait que nos esprits critiques, comme tétanisés par l’épouvantail de la mort, se sont laissés glisser du sentiment d’urgence à l’état d’urgence, et de l’état d’urgence jusqu’à un Etat d’exception,  une dictature, mais d’un type nouveau et très étrange : une dictature unanimement acceptée.

Dans l’antiquité, le « dictator » était celui auquel on confie les pleins pouvoirs en cas d’urgence, ou de péril imminent pour la cité, et ce bien sûr seulement pour la durée du péril. Mais quand on voit le sens que ce mot a pris dans l’histoire, on se dit que bien des « dictatores » ont du oublier de rendre le pouvoir…

Pour prendre l’exemple de la France, le pouvoir a clairement violé la loi en proclamant la validité du premier tour des élections. L’approbation de quelques personnes (constitutionalistes, anciens présidents, chefs de partis politiques) a été présentée comme suffisant à enfreindre le code électoral (article L56) prévoit la nullité d’une élection si les deux tours sont séparés de plus de 15 jours.

Le pouvoir a encore violé la loi en autorisant des durées de travail illégales et aberrantes sans vote au parlement.

Car le plus grave est que le pouvoir a violé la constitution en prétendant avoir obtenu les pleins pouvoirs par le vote d’une quinzaine de parlementaires seulement. Et l’on ne peut pas répondre que ce mandat dictatorial est provisoire, et limité aux seules questions sanitaires, car qui pourrait empêcher cet Etat d’exception, s’il sentait monter des mécontentements, de prolonger indéfiniment le confinement ?

On peut espérer que le pouvoir sera rendu au parlement, et les libertés aux citoyens, bref, que nous ne soyons pas encore vraiment entrés en dictature. Mais il faudra vérifier que tous les droits sont bien rendus, et toutes les entorses supprimées, y compris les systèmes d’autorisation préalable et de surveillance de tous.

Quoi qu’il en soit, cette crise aura démontré que la démocratie, loin d’être intangible, n’est qu’une des options possibles pour un pouvoir réel et discrétionnaire, auquel nous continueront à être soumis tant que nous n’imposeront pas définitivement une démocratie plus réelle.

Maintenant, c’est à nous de proclamer l’état d’urgence démocratique.

<Suite à lire prochainement :

Penser le confinement III : CONFINEMENT-SOULEVEMENT>

16 thoughts on “CONFINEMENT – DICTATURE

  1. Votre article me fait penser à l’idée exprimée par Foucault dans Surveiller et punir, lorsqu’il explique la quarantaine comme le moyen le plus efficace pour instaurer la disctature ou l’ordre.

    Liked by 1 person

  2. Cela ressemble aussi beaucoup à la technique du pompier pyromane : se poser en unique solution d’un problème que l’on a soi-même créé ou d’une catastrophe qu’on a laissé se déclencher. Soyons lucide !
    Merci pour ce texte.

    Liked by 2 people

    1. Les fonctionnaires qui exercent leur droit de retrait sont-ils payés?
      Cela pourrait tout changer, car, à la différence de la grève,
      rien ne s’oppose à ce qu’un tel mouvement
      dure assez longtemps pour
      être victorieux

      Liked by 1 person

  3. Bon jour,
    Le visage de la démocratie … n’est qu’un masque … mais en fait qu’importe car j’ai toujours dit et écrit : la démocratie est la récréation avant la dictature.
    Max-louis

    Liked by 1 person

      1. J’ai bien une idée, saugrenue possiblement : Simplement utiliser tous les ingrédients à notre disposition, faire un cocktail avec : un 1/10 ème de démocratie, 1/10 ème de dictature, 1/10 de toutes les monarchies, 1/10 de malthusianisme et smithienne, 1/10 etc … brasser le tout et obtenir une nouvelle de gouvernance, de pouvoir … mais nous ne sommes pas prêt …
        Max-Louis

        Like

          1. Macron aurait dû devenir président il y a vingt ou trente ans … maintenant il fait de la marche forcée … C’est peut-être en ce moment, à préparer, qu’il ne faut pas louper le coche avec le point névralgique du mot : changement, à passer, vraiment … mais garder l’article 2 de la constitution : “gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.”

            Like

votre réponse:

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s