Peut-on être athée ? Peut-on parier contre Pascal ?

Pour être athée, il faut parier que Dieu n’existe pas, mais aussi qu’aucun des dieux n’existe. Les religions les plus répandues sont souvent économiques en dieux : les bouddhistes ont des charrettes de sutras, les juifs ont des tables et des lois, les chrétiens ont des tonnes de croix, les musulmans ont des tas de croissants. Mais au delà, réfléchissez au nombre de dieux régulièrement invoqués par les hommes. Avec cinq mille religions rien qu’en Inde, 10 000 au moins dans le monde, multipliées par le nombre des dieux dans chacune, il doit y avoir  plusieurs millions de dieux. Et dans toute cette multitude de dieux, il n’y en aurait aucun qui existerait ? Même pas Samsung ou Google ? Non, c’est peu probable, et avouez que ce ne serait vraiment pas de chance !

Même si l’existence de chaque dieu est très peu probable, on doit admettre qu’elle reste possible. Or, cette toute petite chance d’existence est à multiplier par le nombre des tirages. Si chaque dieu n’avait qu’une chance sur 10 000 d’exister, sur un million de dieux possibles, nous devrions avoir une centaine de dieux. Si un pour cent des dieux existent, cela fait dix milliers de dieux. Le problème, c’est qu’on ne sait pas lesquels. Le plus probable, c’est qu’ils se trouvent dans des religions différentes. Les dieux, cela doit être une sacrée auberge espagnole ! Quant au grand Dieu unique, il n’a qu’une seule chance d’exister, comme chacun des autres. N’est-ce pas Pascal, au fond, qui a fait le pari le plus étrange ?

Et vous, quel est votre pari?

Publicités

38 réflexions sur “Peut-on être athée ? Peut-on parier contre Pascal ?

  1. Je parie sur l’existence du grand rien du tout. Et ce n’est pas simple. J’envie la croyance et la foi. Se dire qu’après la mort, on rejoint un être aimé, un fils disparu, serait un soulagement pour moi. Croire, c’est plus facile que de penser que nous sombrons dans le néant par la terre ou les flammes, qu’il n’y a plus que le souvenir au cœur, que nous disparaissons corps et âme. Que nous ne sommes que poussière qui retournera à la poussière. Oui, j’envie les croyants.

    Aimé par 1 personne

      1. J émets un gros doute…car ne sachant plus ce qu’ils ont semé…en citant ces derniers
        N auront pas l occasion
        D avoir une autre Vision…
        Par trop d ego…
        Subiront le contre coup des illusions
        Et pour Avenir…
        S il faut Nier la Loi du Talion
        Pour se prendre pour Dieu…
        Perso…j souhaite bonne chance aux Orgeulleux…instruits m su Ignorants à la Foi…

        Tout Orgeuilleux se prend pour Dieu

        J'aime

      2. il est très peu probable quand ces Temps de grande Misère,
        « Intellectuelle et Matérielle »,
        un Croyant puisse envier un Athée,

        vu l’Etat de la Société et de sa « Religion »,
        qui de toute les façons,
        n’a ni pitié ni foi
        qu’en ses droits et devoirs…

        et, puis sa grande liberté l’emmenant à la Ruine
        voir Défaite,
        sans Tabou
        de toute évidence,
        l’Orgueil emmène l’Humanité
        dans le Trou …

        Maintenant on peut prouver qu’avec tous ses Privilèges,
        à quel point pour ses Besoins personnels, et irrationnels
        l’Humain lui-même
        s’accapare le Titre de « Dieu »
        parce qu’en fait juste « Malheureux »…

        Aimé par 1 personne

  2. Il ne me paraît pas pertinent d’appliquer des règles de probabilités à des phénomènes qui n’ont pas été observés une seule fois. Pas nécessaire de parier, faisons comme Laplace et voyons si nous avons avons vraiment besoin de cette hypothèse.

    Aimé par 1 personne

  3. Vous êtes très sympathique sur les probabilités, mais passons, c’est justement pour cela que la position ignostique est plus souhaitable et réfléchie.
    L’argument des probabilités ne tient pas non plus d’un point de vue purement de logique argumentative, à ce jeu-là on peut s’amuser à imaginer la présence de géants invisibles sur notre terre.

    J'aime

  4. Quand j’étais enfant, 98% de mes copains croyaient en l’existence du père Noël. Même en étant très mauvaise en mathématiques, je pouvais en extrapoler une très fort probabilité qu’il existe quelque part. Mais un jour je me suis rendu compte que je n’avais pas besoin qu’il existe, que les valeurs promues autour de lui par mes parents pouvaient m’appartenir sans cela. Mon propre pari est donc de me dire qu’au regard de l’âge de la terre, nous les humains sommes encore des très jeunes enfants qui avons besoin de temps pour évoluer avec la seule « magie » de nos possibilités et de nos apprentissages bienveillants envers autrui. Vous m’accorderez, je l’espère, que c’est un gros pari :).

    Aimé par 1 personne

  5. Bonjour,

    Quand je dis à des gens que Google est le fruit du hasard qu’il n’y a pas un inventeur ou un créateur derrière on me rit au nez en me disant, ce n’est pas possible !
    Par contre quand je dis qu’il y a un créateur pour l’univers avec ses lois bien plus complexes que celles de Google, c’est l’inverse, et les mêmes me disent non, c’est le hasard…

    Aimé par 1 personne

  6. Vous me pardonnerez, j’espère, si je vous dis que je trouve la question complètement loufoque. Je n’ai pas le sentiment de faire un quelconque pari en ne croyant pas aux dieux, aux licornes, au monstre du Loch Ness ou au Père Noël. D’ailleurs je récuse le terme de « athée ». On ne dit pas a-licorne, ou a-monstre-du-loch-ness, ou a-père-noël. Non, comme un adulte qui ne croit pas au Père Noël, je suis tout simplement… NORMAL.
    Vous me direz que je ne fais pas partie de la normalité puisque la majorité des humains sont croyants. Je répondrai que les religions sont très récentes dans l’histoire de l’homo-sapiens qui remonte à plus de 200 000 ans. Elles sont apparues avec les fixations de population du néolithique il y a moins de 15 000 ans. Elles ont alors été très utiles en légitimant par des forces sur-humaines des valeurs et des règles permettant de faire société. Mais nos ancêtres chasseurs-cueilleurs n’étaient pas théistes, ils étaient animistes, ce qui n’est pas tout à fait la même chose. Par anthropomorphisme, ils attribuaient aux animaux, aux arbres, aux rochers, etc. avec lesquels ils avaient eu des histoires, la même volonté et la même conscience qu’à eux-mêmes ; un peu comme certaines personnes aujourd’hui parlent à leur chat, leur chien ou leur plante.
    Quant aux monothéistes, beaucoup plus récents (moins de 3000 ans pour le plus ancien), ils procèdent à mon avis d’une philosophie déterministe de la causalité : tout effet aurait une cause qui serait elle-même l’effet d’une cause supérieure et ainsi de suite jusqu’à la cause finale laquelle n’est rien moins que le dessein du monde. Il fallait alors une entité immanente et omnisciente supérieure, architecte et créatrice du monde. On peut à contrario pense que l’univers n’a pas été créé mais tout simplement est.
    Cette philosophie causale déterministe a influencé jusqu’aux sciences dans le monde occidental. Les nouveaux paradigmes scientifiques de la complexité, du chaos, des structures dissipatives,… abandonnent ce déterminisme causal.

    Aimé par 2 personnes

    1. Vous argumentez clairement et vous appréciez l’humour: bienvenue sur ce blog!
      Je suis d’accord avec tout, à une broutille près: les paradoxes, parfois,
      font jaillir non des merveilles, mais des facettes moins connues,
      des possibles d’une certaine manière, et ils sont si drôles…

      J'aime

      1. C’est le principe de la théorie du chaos : un flux d’énergie, de la complexité, un équilibre instable… et le moindre souffle fait basculer vers une multitude de possibles. 😉

        Aimé par 1 personne

    2. J’aime bien ce que vous écrivez. Si vous dites « l’univers n’a pas été créé mais tout simplement est » Je fais partie de l’univers en tant qu’habitante de la planète Terre, et je « suis » tout simplement. Origine, association d’un ovule et d’un spermatozoïde qui étaient aussi. 🙂 Nous parlons bien souvent de tout cela à la maison au petite déjeuner, nous arrivons dans une impasse quant à cet univers qui est. 🙂 Sans parler d’un nom qui ne devrait pas être nommé qui est le mot : Dieu comme nous le concevons dans notre civilisation judéo-chrétien.

      J'aime

  7. Monsieur @Joseph Fornés a bien résumé ce que nous pensons ici dans notre maison ainsi que @Anne de Louvain-La-Neuve . Un sujet dont nous débattons régulièrement.
    Merci pour ce sujet. 🙂

    J'aime

  8. Chaque civilisation s’est inventée son dieu alors est-ce la preuve de l’inexistence de Dieu, puisque l’homme l’a inventé ?
    Ou alors cette idée et ce besoin « existentiel » a-t-il été suggéré à l’Homme par Dieu lui-même, ce qui serait la preuve de son existence…
    Quoi qu’il en soit, il a laissé à l’Homme, la liberté de croire ou non en lui, et ceci n’est-il pas d’une générosité divine ?

    J'aime

  9. Je crois en la Nature globale notre mère à tous, qui enveloppe notre planète Terre et j’adore, me prosterne, devant l’Univers, ses infinis mystères et beautés que sont les planètes, les étoiles, etc. Les dieux sont crées par les hommes, on voit où cela nous mène !

    J'aime

      1. Pour moi, la Nature n’est pas considérée comme « dieu, » mais comme la réalité qui, a permit que je sois, que nous soyons tous, même si je ne le voudrais pas être dans cet état, mais trop tard, je suis, j’attends… Elle nous permet de vivre, de nous mouvoir, d’apprendre, de chercher à comprendre, de nous émerveiller encore, en découvrant certains côtés de tout ce qu’elle nous cache… C’est cet ensemble gigantesque qui, est l’alpha et l’oméga; l’univers, bien qu’infiniment beau; infiniment grand; infiniment inconnu; soit fascinant ,par sa magnificence, son expansion continuelle, aussi dans son unicité, sa splendeur, bien qu’imparfait tout est sublime, mérite le plus grand respect et attention. Chacun de nous est associé qu’il le veuille ou pas à un astre, tout au long de son existence. Salutations.

        Aimé par 1 personne

  10. Sarcasme blasphématoire de la part de celui que, si mes souvenirs sont bons, la résurgence des discours métaphysiques lassait, ou référence cryptée à « American Gods » ?

    Pari ou plutôt intrication de points d’interrogation et d’exclamation, selon la perspective et le dessein ? La nature s’exclame et fait s’interroger les hommes, dont la science pourtant s’exclame tandis que la nature les interroge…

    Effacer jusqu’au dernier point d’interrogation, telle est-elle la raison des hommes, leur instinct, leur destinée ? Les effacer par leur résolution, par angoisse, par névrose ? En faire abstraction ? Sans ces points, que serait l’Humanité ?

    Huxley s’est-il inspiré du « Varieties of Religious Experiences » de William James ? Certains de ses propos le laissent à penser.

    Régulier ou séculier, le Roman s’exclame, par détournement de l’interrogation, la Voie comme voie de traverse, ou au contraire comme voie exclusive qui obscurcit l’entrelacs de voies qui seul mène à la voie… Et l’ignorance comme strength pour les bornés comme pour ceux qui savent qu’il reste des questions à poser. Signe de faiblesse que la requérir pour être fort ? S’il éclaire, quand le point d’interrogation a-t-il jamais galvanisé ?

    Dans « La création d’Adam », quel était le pari de Michel-Ange ?

    Et puis, néant ou éther ?…

    Aimé par 1 personne

  11. Pour moi les dieux existent tous à partir du moment où on les a pensés.
    On peut créer mille dieux à la minute.
    Et si on considère qu’une pensée donne une existence à un dieu, alors plus il y a d’adhérents à une religion plus le dieu de cette religion existe car plus il est pensé.
    En fait je pense qu’une chose existe à partir du moment où elle a un impact réel et indiscutable sur la société, sur le monde, ou même à plus petite échelle sur l’individu et son entourage.
    Dire que le Dieu juif n’existe pas revient à dire qu’Abraham aurait sacrifié son fils de son propre chef, mais qu’un hasard l’en a empêché, sans quoi Isaac serait mort : sacrée conséquence ! Cette conséquence a pour moi nécessairement une cause, qui est l’existence de Dieu… pour Abraham.
    A titre personnel je crois en un dieu, chrétien ou musulman je ne sais pas (probablement que je suis plus proche de la théologie musulmane mais que je ne parviens pas encore à me défaire de l’éducation catholique que j’ai reçue et intériorisée), tout en ayant conscience qu’il n’existe vraisemblablement pas dans le sens où la plupart des gens l’entendent (grand barbu créateur… mouais), voire qu’il n’existe point du tout.
    J’ai en tout cas la certitude que ‘quelque chose’ existe, que ce soit une Nature unique et consciente, une volonté divine, un destin, un dieu d’amour, de parole et de lumière, une conscience collective, enfin une entité infinie qui soit à la foi extérieure à l’individu mais née de la communauté, donc de la multitude d’individus. Pour moi cette entité ne nous détermine pas, ne nous a pas créés, mais elle existe, et a une certaine influence.
    Parfois, je la sens exister.
    Je sais que c’est sûrement le fruit de mon imagination qui veut, qui a envie de croire, mais dans le fond n’est-ce pas ça avoir la foi ?
    Quelque part, je trouve plus courageux et intéressant d’inventer sa théologie et de se mettre à y croire si cela donne une éthique, une morale, une envie d’aimer et d’aider son prochain, que de craindre un dieu parce qu’on aurait eu une preuve irréfutable de son existence (à ce moment, un tyran est un dieu, un président est un dieu, un parent est un dieu).
    La religion, je ne l’apprend à personne, donne un code social et moral, un devoir.
    Au fond, puisqu’on a tous une morale, on a tous une religion, non ?
    Et donc un ou des dieu(x), que l’on veuille bien l’admettre ou non.
    Peut-être que pour un.e avocat.e athée, le code civil fait office de dieu : inventé par l’humain, sans aucune existence réelle, des simples caractères imprimés sur du papier mais qui par la foi que lui donnent les magistrat.e.s devient une entité extrêmement importante dont on ne peut nier l’existence.
    Probablement que pour un.e trader, l’argent est un dieu auquel il/elle croit dur comme fer.
    En fait, je pense même qu’il faut qu’un dieu n’existe pas pour qu’il puisse exister. Donc tous les dieux existent naturellement puisque l’humain les a créés. A chacun.e de croire à celui ou à ceux qui lui font le plus grand bien.
    La foi donne généralement une morale et des règles sociales à suivre, ce qui est une première bonne chose ; mais aussi, à titre personnel – et je pense que c’est le cas pour tout un chacun, quelque soit son dieu – elle me rassure et me console. Si l’on croit que Dieu nous aime inconditionnellement, on est jamais seul, on est toujours aimé ; c’est une pensée qui me rend très heureuse.
    Je ne partirai certainement pas en croisade pour un lopin de terre ou guerroyer pour imposer mon dieu au reste de l’humanité parce que ça n’aurait aucun sens pour moi : si je crois en ma religion c’est parce que je constate ce qu’elle m’apporte. Il est à chacun de savoir de quel dieu il a besoin pour être heureux et personne ne saurait déterminer à la place de quelqu’un d’autre en quel dieu faut-il qu’il croit. Beaucoup me répondraient d’ailleurs qu’ils se passent parfaitement de dieu : je ne réfute pas cette hypothèse mais je ne crois pas que ça soit le cas. Je pense simplement qu’ielles n’appellent pas « dieu » ce en quoi ils croient, mais on croit tous en quelque chose. Même si on ne croit en rien, on croit « en rien ». Rien peut être un dieu. Je pense donc qu’on ne peut pas être athée, pas parce qu’il serait ridicule de parier l’inexistence de tous les dieux, mais parce que de par notre humanité, on croit nécessairement en quelque chose.
    En résumé, voilà mon pari personnel :
    Peut-être que peu avant ma mort la science aura prouvé qu’il n’existe absolument aucun dieu. Sans doute qu’à ce moment-là mes ami.e.s qui se revendiquent athées se riront de moi, pour avoir pratiqué un culte des années durant « pour rien ». Pas de paradis à espérer. Pas de dieu reconnaissant.
    Mais peu m’en chaudra : si la foi m’a rendue heureuse tout au long de ma vie, je me moque bien qu’il existe absolument ou non un dieu. Il aura existé pour moi.

    Bon je me suis sentie inspirée par votre article et les commentaires et j’ai rédigé tout ça, mais maintenant je me demande si ça n’est pas inintéressant et hors-sujet… était-ce réellement la question ?
    Qu’importe, je poste, je ne force personne à me lire.

    Aimé par 1 personne

  12. Oui je pense qu’il y a autre chose ailleurs et cela par perception..le bien et le mal s’opposent..chacun a donné un nom par les religions inventées par les hommes..Pourquoi serions nous là? Notre univers est immense l’être humain doit-il penser qu’il est le seul dans l’univers?Une ou des puissances célestes nous entourent et personne ne peut s’octroyer le droit qu’il n’y a rien ou tout? Je pense à l’instant zéro bing bang ou hypothèse? J’ai lu de Philippe Tamic un petit livre fort intéressant il se penche sur toutes les théories possibles un guide qui fait réfléchir…Bonne soirée:)

    J'aime

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s