Comment jongler avec le néant? Faut-il esquiver pour exister?

La règle est simple : il n’y a rien. Mais le temps est si long qu’inévitablement se produit, çà ou là, tel ou tel impromptu d’existence, comme quelque irruption incongrue et sitôt résorbée. Bulle, parenthèse que referme, sans trace, le néant. Comment l’espace vide et le néant du temps laisseraient-ils exister une durée ?

A moins que l’existence n’apprenne à esquiver. Imaginons, puisque le temps le rend inévitable, qu’une chose quelconque enfreigne la vacuité de l’espace, et se trouve donc exister quelque part. Comment pourrait-elle éviter de subir aussitôt la prévisible sanction du temps, l’anéantissement ? Par la fuite. Il suffit qu’elle ne soit plus où l’on veut la détruire. L’esquive est le grand art qui rend l’existence possible. Elle est ce double jeu dans l’espace temps, qui joue l’espace contre le temps, et le temps contre l’espace. Puisque chaque destruction se produit en un lieu et un temps précis, il suffit pour y échapper d’éviter l’un ou l’autre, et donc d’être en ce lieu à un autre moment, ou à ce moment dans un autre lieu. Le jeu de l’existence est un drible entre l’espace et le temps. Exister, c’est esquiver.

Chacune des voitures que j’ai croisées aurait fort bien pu m’écraser. Il se trouve simplement que jusqu’ici leurs conducteurs et moi-même avons réussi à éviter que nos trajectoires se croisent au même instant. Ainsi toute trajectoire se faufile entre cent catastrophes, jusqu’à ce que la première qu’elle n’évite point l’achève. Chaque être doit, pour être, jongler avec ses néants.

Publicités

11 réflexions sur “Comment jongler avec le néant? Faut-il esquiver pour exister?

  1. Pour Sartre, dans sa petite brochure « L’Être et le Néant » (Gallimard, 1943, 722 pages), la liberté semble le seul statut (ou la seule statue) qui permette de s’accrocher entre ces deux versants. Une liberté qui « sera » à mesure que l’être pensant la mettra en œuvre comme défi au néant qui serait l’origine du monde.
    La liberté (cherchée et appropriée) apparaîtrait alors ainsi comme le « néon » éclairant une quête existentielle qui ne peut être séparée de l’individu, qui ainsi peut s’éclairer lui-même au travers des nuées en marche vers la couleur sombre du futur et réussira peut-être à « esquiver » ce qui contredirait son espérance de vie.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ce commentaire, si exactement brillant
      Hélas, Je n’ai jamais très bien compris Sartre:
      Il me semble tantôt trop simple pour être si simple,
      tantôt trop compliqué pour être si compliqué.
      En particulier, que nous soyons un néant,
      c’est pour moi une sorte de trou noir
      où je démêle mal la lumière sartrienne
      et l’horreur heideggerienne.

      J'aime

  2. La vie est un miracle
    constitué d’une myriade de miracles élémentaires.
    Elle n’est d’ailleurs possible pour les être doués de conscience
    qu’en occultant une partie du champ accessible à cette conscience
    celle qui correspond précisément à toutes ces catastrophes qui rodent autour de nous.

    [A chaque fois que je croise une voiture je pense à ce que vous dites, en y ajoutant la cause
    … il suffirait d’un déprimé au bout du rouleau qui souhaite ne pas partir seul.
    Et ce monde en produit à foison.]

    J’aime la parole rassurante
    qu’on dit à l’enfant
    « … Ce n’est rien. » (sourire)²

    [merci pour cette rupture de néant]

    J'aime

    1. Comme Descartes: durer, c’est se répéter,
      comme si Dieu devait recréer le monde à chaque instant,
      comme si chaque cellule devait copier quelque code en elle pour former la suivante.
      Et qui dit itératitif, qui dit copie, dit anomalie,
      et toute anomalie dans le rien est immédiatement existence.
      Vous pouvez le vérifier aisément:
      tentez d’exister, où que ce soit, si peu que ce soit,
      (osez n’importe quoi d’infime mais incongru)
      et vous verrez aussitôt tous ceux qui environnent faire des pieds et des mains pour vous remettre derechef dans le droit fil de votre inexistence.

      Aimé par 1 personne

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s