Quel est le sens d’un acte manqué ?

(Appel

à une expérience

collaborative et concrète

pour déborder la psychanalyse)

 

L’ e n j e u  :

Je n’ai rien contre la psychanalyse, au contraire. Mais j’ai parfois le sentiment que les vérités qu’elle découvre n’en empêchent pas d’autres auxquelles on pense moins, voire on résiste plus.

D’où cette expérience collective : je propose un acte manqué personnel, réel, récent, et dont tous mes abonnés ont eu connaissance, à charge pour vous tous de proposer des interprétations à votre guise, aussi diverses que possible.

 

L e   c o n t e x t e  :

Hier, j’ai constaté avec déplaisir que l’onglet « contact », en haut à droite de la page d’accueil de mon site, dépassait de la première ligne, imposant à lui seul une seconde ligne quasi vide.

J’ai voulu, pour gagner de la place, créer une nouvelle page, rassemblant les deux derniers onglets « Bio » et « contact » sous un seul nouvel onglet, intitulé « JP Galibert ».

 

L e s   f a i t s  :

Mais hélas, au lieu de créer une page, j’ai créé un article !

Voila pourquoi tous mes abonnés ont reçu un nouvel article intitulé « JP Galibert » et clairement vide de tout texte.

Quel est, à votre avis, le sens possible de cet acte manqué ?

 

Q u e l q u e s   p i s t e s  :

  1. Vous trouverez, en commentaire à ce vrai faux article « JP Galibert », toute une réflexion sur le blanc, à laquelle j’ai commencé à participer avant d’avoir rétabli mon erreur. J’en remercie les auteurs. Ce sont des habitués que l’on lit avec toujours autant de plaisir, et c’est à eux que je dois l’idée de cette expérience collaborative.
  2. « Jean-Paul Galibert » est le tout premier nom de ce site. Il s’est ensuite appelé « philosophie de l’inexistence », avant de prendre son nom actuel : « Existence ! ».
  3. Je suis l’auteur des « invitations philosophiques à la pensée du rien», livre dans lequel je défends l’idée que tout est rien (Le réel comme le monde, l’être comme le néant). Le rien étant tout ce qui existe sans exister. De cette thèse, il pourrait bien découler que les être humains n’existent pas et donc moi-même je n’existe pas, ou que je sois vide.
  4. Ce blog comporte d’assez nombreux textes sur les couleurs, en particulier le blanc et le noir. Il sont accessibles en entrant ces mots dans la barre de recherche en haut de la page d’accueil.
  5. Lorsque j’enseigne, ou si je sors, je suis toujours habillé tout en noir.
  6. Bien sûr, j’aimerais bien donner mon nom au vide, et peut-être même à tout ce qui n’existe pas, mais il y a sans doute tellement d’autres sens possibles…
  7. Il est fort possible que ces quelques pistes ne soient là que pour vous induire en erreur…
  8. n’hésitez pas à signaler cette expérience à des amis (ou à des ennemis).
  9. Bon courage et bonne perspicacité… Merci d’avance !

26 réflexions sur “Quel est le sens d’un acte manqué ?

  1. C’était un coup à blanc, comme tous les actes manqués : mais la cible était bien là, en plein dans le mille, un trou de mémoire ou un orifice percé au centre du cercle que l’on aperçoit en suivant le « guidon » du fusil dans ce stand de fête foraine. Les claquements alentour sont des mots, ceux qui sortent malgré soi, que l’on se tienne debout ou couché sur un divan.

    Là, il semble que la parole ait libre cours mais la résistance est organisée : un mot est un leurre qui en cache un autre, le train des souvenirs s’approche sans qu’on l’aperçoive, c’est parfois dangereux. La locomotive est noire et crache un panache blanc – c’est un temps disparu sauf dans quelques films anciens ou dans une mémoire latente – les bielles moulinent dans l’huile, c’est harmonieux comme dans une certaine musique d’Honegger.

    Si le passage à niveau n’est pas baissé, alors la catastrophe remplacera le non-dit. Le refoulé peut être sanglant. Le psychanalyste met désormais une blouse blanche et des lunettes jaunes de protection. Les murs de son cabinet sont maculés de rouge, « action painting » projetée par des impatients. Sur leurs mains, des onglets démesurés : tout est devenu digital.

    Aimé par 1 personne

  2. Le message est , il est sage de faire une pause, de ralentir le mouvement comme le fait symboliquement Mercure rétro.
    Avec mercure rétro, tu trouvera la réponse en toi, mais il faut te donner l’espace necessaire dans un non être pour y arriver…
    C’est tout le paradoxe d’avoir autant d’abonnés, en ces temps de ralentissement. ..
    Le vide ou le rien est l’antidote du plein et du trop … à méditer …🙇‍♂️

    J'aime

  3. Peut être aviez vous envie de nous dire quelque chose et pas d attendre que l un de nous vous écrive par l intermédiaire de l onglet contact ?
    Aujourd hui mes actes manqués me disent souvent quelque chose de tres simple, auparavant c était plus difficile à comprendre mais ce n est pas facile de trouver le sens de votre acte manqué il faudrait etre vous même …
    Je lis vos articles avec plaisir et ils m apportent souvent sujet à réflexion personnelle alors merci ! Claudine

    Aimé par 1 personne

  4. C’est tout de même curieux que le blanc signifie le vide ou l’absence. Chez Newton, le blanc « c’est la teinte obtenue en mélangeant la lumière de toutes les couleurs », c’est donc tout sauf une absence de couleur. Dans le tao, celui de Tchouang tseu ou Lie tseu, le vide ou l’absence est plutôt gris comme la vase dans laquelle se cachent les truites.

    Aimé par 1 personne

  5. Bon jour,
    Acte manqué ou lapsus ?
    La page blanche se suffit à elle-même. Elle est la réponse. Mieux elle est question et réponse.
    En fait, il faudrait vous réponse par un commentaire blanc … Qui mieux ne pas vous répondre 🙂
    Max-Louis

    J'aime

  6. Il n’y a pas d’actes manqués, rien que du manque en acte, comme une partie de carte jouée à l’envers dont on tente de remonter le fil, entre les blancs, les rouges et les noirs…

    Aimé par 1 personne

  7. J’hésite … Moins qu’un acte manqué, ne serait-ce pas une habile manipulation pour obtenir à peu de frais de nouveaux commentaires … Non ! À bien y réfléchir ce ne serait pas digne de l’auteur… À moins que… Loin d’un retour aux sources, serait-ce une préparation au deuil… du blog, cela va sans dire !

    J'aime

  8. Je ne pense pas que vous puissiez donner quelques pistes pour déchiffrer votre acte manqué. Ces pistes viennent de votre conscient! Votre consicent n’en veut rien savoir de votre acte manqué.

    Il faut me semble t- il interpreter vos pistes comme des rationalisations destinées à masquer le véritable sens dans un but qui est peut être de jouissance ou de recherche de plaisir.

    De ceci témoigne votre initiative bizarre de faire partager à la fois l’acte manqué et son élucidation.

    Le sens de votre acte manqué est en vous et en vous seul. Nous ne pouvons faire que des projections, c’est à dire vous attribuer du sens qui est en nous. Or nous, c’est nous et vous, c’est vous. A moins qu’il n’y ait quelque part de l’identification ou du fusionnel,

    Pour tenter de faire venir à la conscience le sens de votre acte manqué il n’y a qu’une solution: vous faire associer librement dans des conditions adéquates sur cet acte manqué et sur votre initiative de le rendre public.

    Ce qui doit me semble-t_il être interprêté c’est le tout : acte manqué +initiative de rendre public+ demande de sens et de commentaire.!

    Le sens sortira de ce qui , en vous, à ce sujet, résiste à la prise de conscience, autrement dit, il sortira de l’analyse des résistances. .

    Aimé par 1 personne

    1. Vous me donnez
      fort justement, complètement,
      et je vous en remercie
      les principales conditions
      que met la psychanalyse
      pour l’approche de ce genre de phénomène.
      Je sais je sens que vous avez raison
      et que ma quète, en ce sens, est vaine et impossible, pour ne pas dire louche.
      et pourtant, je ne laisse pas de penser qu’il devrait bien être possible
      de trouver un autre sens, pour soi-même ou pour un autre
      afin de rendre à nos psyché un peu de liberté
      un peu de diversité, c’est à dire au fond
      un peu de surprise.C’est cela :
      j’aimerais que le sens
      surprenne autant
      que l’acte

      J'aime

  9. « EXISTER »-Jean Follain-et passer de la matière-ou le corps-en puissance à la forme-ou âme-en acte,autant qu’il est possible à un être créé,seul Dieu étant acte pur d’être-Aristote développé par saint Thomas d’Aquin puis au siècle dernier par Etienne Gilson.;sinon « On plonge en soi-même et on n’ y trouve que du trouble »-Cardinal Journet: qui conseille « d’aller directement à Dieu’ sans s’encombrer des impedimenta de son Ego « Ce misérable tas de petits secrets »-Malraux-car du même: »Que m’importe ce qui n’importe qu’à moi » ..
    L’occident meurt parce qu’il est devenu auto-érotique comme l’avait déjà vu le Père Florensky en 1945.
    Je garde vos coordonnées et vous enverrai plus tard la liste de mes 15 sites internet,de la théologie à l’économie en passant par la politique et tout le reste,fondés sur le même principe » Intellectus adequatio rei » ou « Rien n’existe en dehors des réalités »-de Gaulle- ou encore plus « La révolte contre la réalité est la métaphysique du mal »-Bernanos-sinon on devient comme Macron et ceux qui marchent sur « Les chemins qui ne mènent nulle part »-Heidegger-.un eunuque..
    Amicalement!

    J'aime

      1. Cher Monsieur,si vous aimez les citations « superbes »,vous pourrez en trouver quelques une pas piquées des hannetons sur un de mes sites:spiritualité,politique,économie.erlande.wordpress.com,sous les titres: »Citations 1″, »Citations 2″, »Citations 3″, »Citations de Bernanos », »Citations de Péguy », »Claudel,la femme et Dieu »,etc.
        En voici encore quelques unes: « Tolérance et apathie sont les dernières vertus des sociétés mourantes »-Aristote; »La justice sans la miséricorde c’est de la cruauté mais la miséricorde sans la justice aboutit à la dissolution »-saint Thomas d’Aquin;du même: »Avoir la foi sans la connaissance c’est avoir la vérité dans une tête vide »; »Les philosophes idéalistes ne sont pas des philosophes mais des anthroposophes »-Jacques Maritain (ou mieux des théosophes); »L’Encyclopédie » de Diderot et allii « Un fatras » dixit le pré-nommé;la révolution? »Vanité » dixit Napoléon;Facebouque: »Vanité » dixit un passant; »Vanité des vanités,tout est vanité et poursuite de vent »-L’Ecclésiaste ou pour les chicos le Qoelet-ou Quolelet;;une personnelle: »Les intellectuels?Des têtes-d’oeu-de-Colomb-à-claques » ou « La république de la femme sans tête des illettrés » ou « Imbéciles et gredins »; »Il est temps que les intellectuels deviennent responsables »-Malraux-pendant les pitreries-et turpitudes-de mai 68;du même: »Le XXi ième siècle sera un siècle de sexe et de sang »;Lacan: »Je Père-sévère »;etc,etc.
        Les plus belles:sur les rapports de l’homme et de la femme: »Le maximum de différences dans le maximum d’identité »-Etienne Gilson; »Plus une femme est femme,plus elle est sainte »-Gertrud von le Fort;de la même: »Quand Dieu est entré dans le coeur d’une mère c’est l’infini qui est entré »;les plus drôles: »Et s’il me plait à moi d’être battue »-Poquelin dit Molière;du même: »Je ne suis pas de deux qui disent: »Ce n’est rien,c’est une femme qui se noie »-moi non plus!
        Amicalement!
        PS:précision métaphysique:il aurait mieux valu écrire: »Quand la matière se compose avec la forme »,toute créature étant composée,seul Dieu Créateur ne l’étant pas car acte pur d’être.

        J'aime

  10. Est-ce bien SPINOZA qui imagine pour justifier le sentiment de liberté, que nous soyons inconscients des choses qui nous déterminent ?

    Acte = manifestation d’un individu dans le réel (pas de lézard ici ?)
    Manqué = qui ferait défaut à la conscience, mais pas à l’identité ?

    Je ne vois pas là où on peut être réticent à l’idée : nous sommes même ce que nous ne maitrisons pas en nous. C’est nous aussi. Cette mégalomanie de la conscience qui voudrait que l’humain soit calculateur et minutieux à chaque seconde et chaque centimètre de son existence, je n’y crois pas.

    Ceci dit pour REPONDRE à la problématique de l’interprétation de l’acte manqué, effectivement, je suppose que d’un rapport phénoménologique, il n’y a toujours pas de place pour la Vérité en tant que donnée absolue et surtout unique, et à l’égard des différents points de vue forcément en présence lors de cette spéculation à caractère identitaire. L’enjeux n’est donc pas, à mon sens, de découvrir une quelconque valeur à nos actes inconsidérés dont on se met à soupçonner le sens, mais justement à s’en créer soi-même de manière adéquate, dans une métaphysique axiologique dont certains ne nieraient pas l’utilité…

    J'aime

Répondre à Rémy Revel Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s