Qu’est-ce que l’infini ?

L’infini n’est pas se qui se prolonge à perte de vue, mais ce dans quoi les limites s’effacent. L’infini, c’est quand tout revient au même.Mais pour revenir au même, il faut l’avoir quitté. Il faut qu’au sein du même, indistinct et continu, des limites se soient formées, et qu’une immensité de formes distinctes ait bourgeonné les unes à partir des autres. Le retour au même suppose donc un infini divergent, proliférant. En ce sens, le labyrinthe des bifurcations et le fond indifférencié sont deux faces, ou deux phases, du même infini. Entre le tout et le rien, entre l’arbre des êtres et le fond du rien, il y a ce jeu, cette inquiète alternance ou cette sublime alliance, que nous nommons l’infini.

Advertisements

24 réflexions sur “Qu’est-ce que l’infini ?

  1. Merci pour ce partage. Cela me fait penser au livre des sables, Borgès évoque un livre infini. Le personnage principal a beau fouiller, il ne retrouve jamais plus la page qu’il a lue. Pourtant, cet infini se déploie dans l’illusoire limite matérialisée par le cadre du livre.

    J'aime

      1. Merci pour cette question fort intéressante. Je ne sais pas si je peux parler de véritable infini, mais si l’on considère cet infini qui nous caractérise en tant qu’être, alors oui, on pourrait l’envisager ainsi dans la mesure où il est propre à chacun. Du coup, cela remettrait-il en cause, l’idée selon laquelle nous sommes réellement des êtres finis dans un univers infini ?

        J'aime

          1. C’est justement ce que je voulais dire. Nous sommes infinis. J’ai lu cette idée d’êtres finis dans un univers infini quelque part et je ne la partage pas. C’était un peu ironique. Remettre aussi en question le concept d’individualité ou d’individuation ne serait-ce que par l’existence de la métamorphose permet d’envisager une multitude d’infinis, ne serait-ce que dans le partage ou la connexion.

            J'aime

              1. Et si le Dieu de Spinoza était le résultat de nous tous ou si nous étions le Dieu de Spinoza ? Comment ne pas être infini lorsque la nécessité de se survivre nous dépasse au point d’inventer Dieu ?

                J'aime

                    1. Excellent ! 🙂 Un selfie suppose une projection narcissique d’une soi idéal maîtrisée, mais l’image de Dieu échappe à notre contrôle. Il ne s’agit pas d’un rapport de soi à soi, mais de l’empreinte de l’autre dans soi.

                      J'aime

                    2. Excellent ! Un selfie suppose une projection narcissique d’un soi idéal maîtrisée, mais l’image de Dieu échappe à notre contrôle car il ne s’agit pas d’un rapport de soi à soi, mais de l’empreinte de l’autre dans soi.

                      J'aime

        1. Bonsoir, l’infini chez les humains, pourrait correspondre aux nombreuses interrogations sans réponses. Les inquiétudes nous encombrent longtemps. Les doutes, les questionnements font mouvoir en nous des complexes qui se confondent à travers les espaces qui nous entourent. Nous n’avons pas tous les degrés de comparaisons aux questions infinies.

          Aimé par 1 personne

            1. Bonsoir, (essai de réponse à Gaïa- question du 8-12 à 9h42) j’étais absent. Je ne me promène pas avec un ordinateur tous les jours. Quand j’interprète: »Nous n’avons pas tous les degrés de comparaison aux questions infinies. » Cela signifie dans mon esprit, qu’ici en Occident, en France, selon notre instruction générale de citoyen, nous avons une perception qui est sans doute différente de celle d’une personne qui appartient à une autre religion, à une autre culture, qui vit sur un autre Continent. (L’infini, n’est pas seulement Dieu ou l’espace incommensurable…) Ailleurs chez certains esprit éveillés, cela doit sans doute correspondre philosophiquement, humainement à tout autre chose. (Je n’ai pas la faculté de lire de telles enquêtes, mais instinctivement, c’est cela que je ressens.) Penser l’infini, est une question de recherches mathématiques et autres, hors la philosophie, aux paramètres impossible pour l’instant à imaginer. (Où en sont les physiciens, les mathématiciens, dans leurs recherches scientifiques? Je n’en sais rien!) Eubole et les autres Satellites, sont très loin de nous renseigner sur ces grandes questions… L’infini pour moi est bien plus qu’une ligne, un espace qui, est en continuelle extension. L’homme, ne peut le visualiser matériellement, ni atteindre par son esprit l’infini… Etc. Même les philosophes, ne sont pas toujours d’accord sur toutes ses représentations ou interprétations. Fraternité.

              J'aime

            2. Bonsoir, j’argumente juste une supposition, elle est pour tous et toutes. Il es libre aux lectrices, aux lecteurs, à Monsieur Galibert à qui j’adresse mes vives remerciements pour son blog instructif, de répondre, de me renseigner. ou pas.
              L’infini peut-être considéré par la multiplicité des êtres humains, des animaux, depuis la création du monde… Ne pourrait-on pas inclure, puisqu’il est impossible de tout les comptabiliser, les êtres humains en plus de leurs existences, leurs caractères, leurs imaginations, leurs découvertes scientifiques, leurs ingénieries multiples, etc. Tout ce qui n’est pas mesurable, tout ce qui est impossible à comptabiliser, ne pourrait-il pas rentrer ou approcher dans le cercle du terme « infini? » Tout cet imbroglio sur l’Univers à vrai dire cela me dépasse. Am sory!

              J'aime

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s