Qui tue par drone ? (Villes mobiles 5)

 

De plus en plus de gens meurent par drone. Qui les a tués ?

Est-ce le pilote, ce gentil papa qui le matin dépose ses enfants à l’école, un bisou sur chaque joue, puis va passer sa journée dans son bureau, face à son ordinateur, tue sans bouger tous ceux qu’on lui dit de tuer, avant d’aller chercher ses enfants à la sortie de l’école ? Ou bien est-ce l’Etat, ces dirigeants qui donnent l’ordre de tuer, puisque sans eux rien ne se serait passé ? Ou bien est-ce le système même couplant le drone à son pilotage, son concepteur, ce système vital devenu instrument de mort ?

Ou bien est-ce le drone comme ville mobile ? car le drone est comme le train, comme le téléphone : il s’étire de ville en ville, comme un lien si rapide, si fatal, qu’on ne sait plus si c’est lui qui bouge, ou le reste qui passe. L’intermédiaire, le lien, est devenu notre monde. Un espace instable fulgurant, et maintenant mortel. Le drone est une ville mobile mortelle.

Publicités

8 réflexions sur “Qui tue par drone ? (Villes mobiles 5)

  1. Le drone, contrairement à l’obus, la bombe puis le missile, vise personnellement un ou plusieurs individus nettement identifiés (par exemple dans une voiture qui se déplace). Celui qui « drive » le drone sait qui il va tuer (contrairement aux pilotes des avions survolant Hiroshima et Nagasaki). Il est donc responsable comme un bourreau (même si depuis son bureau il n’est pas obligé de porter une cagoule).
    Le pilote de drone ne peut dire : « Je ne savais pas » – comme Eichmann lors de son procès à Jérusalem – mais juste : « Je n’ai fait qu’obéir aux ordres ». Il a donc obéi pour tuer un tel ou un tel, il n’avait pas les yeux fermés. Sa responsabilité est d’avoir vu qui il a tué, tout en étant resté à l’abri : dans son bureau et sous couvert de sa conscience « innocente ».
    Le drone est un déplacement dans la ville mobile mais qui va plus vite qu’elle.

    Aimé par 2 people

    1. Bonsoir, Les concepteurs de drones ou de toutes les technologies qui les font ponctionner sont complices, de meurtres, même en exagérant, les techniciens qui les fabriquent… Malheureusement, depuis bien longtemps, les concernés, ne se sentent pas concernés par les suites; de tels reproches ne s’appliquent pas à eux… Et nous dirions la même chose, à leur place. « Il faut nourrir sa famille. »… C’est un sujet bien trop vaste à développer là, en trois ou plusieurs lignes. C’est la même chose pour les fabricants, les marchands d’armes… Il y a tellement de cas ou la complicité indirecte est engagée. Puisque c’est légale, nous pouvons discuter, mais pas condamner…

      J'aime

        1. Les armées devrait être là, pour dissuader de partir en guerre contre n’importe quel pays, de convoiter les territoires ou les richesses des autres Etats. (Mais c’est trop simpliste…) Lorsque l’on rêve de paix, bien sûr qu’un monde sans guerre devrait être une réalité. Là, je rentre dans la critique des religieux intégristes de toutes les religions, qui ont cautionné les guerres, les croisades, les invasions, depuis le début de notre ère, quand elle ne poussent pas aux crimes…. Ce n’est pas une loi, qui est nécessaire, c’est l’invention d’une nouvelle « Convention internationale » qui devrait régir l’interdiction de tout engagement belligérant de part le monde. Mais ça, c’est un doux rêve. L’homme est son pire concurrent. Bonsoir Monsieur Galibert.

          J'aime

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s