APRES LES ATTENTATS. Tous ceux qui aiment sont amis

Quand tous

ceux qui aiment sont visés,

ils comprennent tout à coup qu’ils sont amis :

Ceux qui aiment les caricatures, et ceux qui aiment Dieu

ceux qui aiment les statues, et ceux qui aiment les livres

ceux qui aiment le sport, et ceux qui aiment la musique

ceux qui aiment la liberté, et ceux qui aiment la police

ceux qui aiment l’air pur et ceux qui aiment fumer

ceux qui aiment la paix, et ceux qui aiment la nuit

ceux qui aiment boire, et ceux qui aiment danser

ceux qui aiment l’art, et ceux qui aiment l’ordre

Tous ceux qui aiment sont amis

car ils aiment tous la vie,

tout ce qui se produit

quand chacun fait

ce qu’il aime.

La vie ne

se divise pas.

Ceux qui nous ont visé

ont échoué, car ils nous ont tous unis

par nos différences, par toutes les facettes de notre amitié.

Un peuple où tous sont amis, saura être l’ami de tous les autres peuples

et défendre cette libre humanité que tous les hommes ont en commun.

 

22 réflexions sur “APRES LES ATTENTATS. Tous ceux qui aiment sont amis

    1. Bonsoir, « requiem in peace. » Tous amis pour une journée non pas pour une année ni pour l’éternité. Un instant de fraternité est terminé à la fin du rassemblement. Les marches blanches en silence sans vraiment prendre conscience de l’importance du changement de chacun dans nos comportements c’est cela qui me fait peur et non pas de partager les douleurs. Je n’ai pas foi en nos élans spontanés et dont il ne reste rien à la fin de la journée de l’année sauf si… J’ai foi en l’humanité même si mes craintes de véritables solutions sont établies depuis des décennies. Nous tournons le dos à nos responsabilités. Nous ne voulons pas comprendre qui sont les vrais coupables sur le fond. Ce sont toujours les fusibles qui sautent (là en l’occurrence ce sont des terroristes, des criminels condamnables.) ça fait boum nous nous réveillons nous nous révoltons c’est très bien mais… Dès que l’on entend dans d’autres circonstances: » de l’aide j’ai besoin » nul ne se déplace et tend la main secourable parce que nous ne sommes pas concernés et nous ne nous autorisons pas à prendre vraiment conscience de la réalité pour changer de mentalité nous éloigner de l’intolérance. Il est temps d’ouvrir nos yeux nos cœurs aux autres et de souhaiter nos meilleurs vœux aux malheureux que nous sommes tous au travers de notre arrogance de notre égoïsme journalier. Il est temps de reprendre espoir et enrichir nos esprits d’un désir sérieux de fraternité pas pour une journée mais pour des années. C’est très naïf me direz-vous mais réfléchissez. Je formule mes hommages à toutes les victimes mes remerciements à tous ceux qui œuvrent pour préserver nos libertés et notre mode de vie même si cela doit nous enfermer dans de nouvelles contraintes. J’adresse mes condoléances aux familles des agressés sauvagement. Les grandes questions ne son t pas pourquoi nous sommes agressés et pourquoi nous éprouvons des craintes mais qui sont les personnages qui sont responsables des financements et donneurs d’ordre d’une telle barbarie depuis des décennies? Pourquoi en Europe et ailleurs y a-t-il tant d’exclus au bien être qui peuvent être radicalisés et entraîner vers l’absurde par des Islamistes terroristes fanatiques fabriqués de toute pièce.? Portez-vous un brassard en signe de deuil? Pour ma part j’y ai pensé mais je n’ai vu personne autour de moi en mettre… J’ai allumer des bougies devant ma statue de Boudha en signe de recueillement. Merci d’accepter ma liberté d’expression ou de la critiquer.

      Aimé par 2 people

    1. Les amis ont parfois des ennemis, mais c’est quand il le faut absolument, et ils sont communs.
      On reconnait les ennemis au fait qu’ils détruisent tout le monde.
      C’est pourquoi les amis oublient leurs différences,
      parfois de vieilles haines, pour les
      combattre ensemble.
      Face aux nazis
      il y avait des résistants très différents,
      et souvent même très opposés; mais tous avaient compris
      que le nazisme attaquait l’humanité elle-même, ce qui nous est à tous commun.

      Aimé par 3 people

  1. La barbarie entre fausse conscience et réification
    (Des attentats à Paris et en Ile de France le 13 novembre 2015).

    Ce matin, j’ai regardé ma fille qui est une jeune fille belle à ravir ; j’ai regardé mon fils qui est beau. Tous les deux sont magnifiques ! Tous les deux ont échappé à la tragédie qui nous a bouleversés et déchirés ; qui a déchiré ce beau pays de France où nous aimons vivre car aucun pays n’a su répondre mieux que celui−ci à notre recherche du bonheur et du vivre ensemble. En kabyle, nous disons :’Là où tu trouves ton pain et la joie de vivre, c’est assurément celui−là ton véritable pays !’ Mes enfants aiment ce pays où ils sont nés ; et ils se sentent viscéralement Français et fiers de l’être. Ma fille vie en Amérique, mon fils étudie en Allemagne… C’est le bonheur d’être Français qui leur a donné ce privilège d’être chez eux partout où ils ont envie d’y être libres et sans entraves.
    Ce matin, j’ai encore pleuré après avoir discuté avec eux sur Skype. J’ai pleuré − je l’avoue − de façon égoïste en remerciant Dieu ou le hasard des choses qu’ils aient échappé à ces tueries barbares et pour lesquelles je ne trouve pas de mots pour les qualifier. Psychologue, si je parle de fausse conscience et de réification, seules quelques personnes du métier me comprendront peut−être… La France est comme une belle fleur dont un vent doux secoue doucement les pétales… Nous sommes unis pour protéger cette fleur de bonheur, de joie et de paix… Nous sommes unis pour rire ensemble et pleurer ensemble quand tant de jeunes bourgeons ont été coupés par d’immondes assassins…
    Au nom de quoi ? Au nom de Dieu !!? Laissez−moi pleurer et relever la tête après avoir étanché la soif de mon chagrin devant tant de tendres tiges coupées alors qu’elles venaient à la vie ! Un mot terrible, dont le sens n’existe pas dans d’autres langues, un mot terrible en kabyle signifie ‘la douleur indicible d’une maman ou d’un père qui vient de perdre son enfant’ : nous disons TAHCHITE ! Ma maman me disait toujours : ‘Si Dieu a vu tout le bien que ton père et moi avions fait sur terre, si Dieu est un tant soit peu reconnaissant et magnanime, si Dieu est juste et miséricordieux… je ne lui demande qu’une chose : m’épargner votre TAHCHITE ! Je préfère mourir avant !
    Alors, en pensant à ces mots, je me suis mis à penser aux parents qui ont perdu leurs enfants dans cette terrible tragédie… Ce matin, il y avait des Parisiens qui me regardaient de travers… comme pour m’exprimer leur mécontentement… Comme pour m’accuser de quelque crime que je n’ai pas commis… Pourquoi ? Parce qu’ils croyaient voir en moi un Maghrébin fanatique, un musulman… Tous les Maghrébins ne sont pas des musulmans et encore moins des fanatiques… J’ai été élevé dans une société algérienne LAÏQUE depuis la nuit des temps et bien avant la promulgation de la laïcité dans ce beau pays que j’aime − j’en suis sûr − bien plus que ceux qui se plaisent « à jouer aux Français de souche » (dont, pourtant, les racines sont parfois venues de loin !) et à semer la haine et la discorde. Comme beaucoup d’Algériens, mon grand−père est arrivé en France en 1885 pour la construction du métro… Mon père et mes oncles s’étaient battus contre le nazisme pour défendre la France… Aujourd’hui, j’apprends à mes enfants à continuer de défendre ce pays où ils sont nés et que nous aimons… Je veux dire par là que ce ne sont pas les semeurs de haine et « de regards qui tuent » (l’expression est de jeunes dont j’assure le suivi) qui se soucient du bien−être de la France… L’histoire est encore là pour nous tenir éveillés… La violence se nourrit de tous les extrêmes… Prenons garde à ce beau pays ne replonge pas encore dans le temps des milices. Gardons cette France d’amour et de bonheur. Gardons cette France que mon vieux père appelait, malgré la tragédie de la guerre d’Algérie, « Le pays du bien et du droit » (Tamurt n lxir d laâdel). Et ce n’est qu’ainsi que nous parviendrons à faire face, encore une fois, aux bêtes immondes d’où qu’elles viennent et quel que soit les mauvais desseins qui les animent ! Mes pensées pleines de douleur et de tristesse infinies vont à toutes les victimes des barbares. Mes pensées vont à leurs parents et à leurs proches. Seul l’amour de vivre ensemble et la raison de se comprendre et de s’unir peuvent vaincre toutes les bêtes immondes. Et comme m’a dit ma fille ce matin :’Nous continuerons de rire au « belles terrasses de nos cafés parisiens ! Nous continuerons d’aller aux spectacles car nous aimons la musique et tout ce qui fait de nous un peuple français heureux de vivre et de partager sa joie ! Avec tout cela et contre tout cela, les barbares d’où qu’ils viennent n’y pourront rien ! Notre amour pour ce pays sera plus fort que tout ! Merci papa de nous avoir éduqués avec l’amour et le respect de ce pays où nous sommes nés ! Merci de nous avoir permis d’ouvrir les yeux sur la France : la plus belle fenêtre qui soit ouverte sur le monde ! »

    Allioui, France

    Aimé par 9 people

    1. Y compris eux-mêmes. Ils sont indiscutablement leurs propres ennemis.
      C’est pourquoi 1) ils ne peuvent avoir aucun ami
      (puisque leur propre organisation les fait à la fois tuer et se tuer)
      tandis que 2) tous les amis du monde, quelles que soient les choses
      ou les personnes dont ils sont les amis, deviennent leurs ennemis,
      puisqu’ils veulent tout détruire, jusqu’à eux mêmes.

      Aimé par 1 personne

          1. La majorité des populations désire la paix..ceux qui véhiculent la haine ce sont ceux qui transpirent le fanatisme ..je pense que dernièrement encore la haine est venue d’un seul côté c’est celui des fous…Je ne tends pas ma seconde joue si je prends une gifle et,je fais tout pour l’éviter les victimes ne sont pas les coupables car,c’est avec cet état d’esprit que nous en sommes là…suffit le laxisme!!justice demandée..

            Aimé par 1 personne

  2. Peut-être la véritable amitié est-elle quelque chose de difficile, car universelle, dans la responsabilité et le service, et dépasse tous les clivages. Peut-être seule la fraternité dans la vérité est-elle ce qui désarme. Veillons dans l’amour et la justice

    Aimé par 1 personne

  3. Bonjour, « la fraternité dans la vérité…, » pour la préparer nous devons nous discipliner à changer nos mentalités et ouvrir nos cœurs et nos portes… Mais cela sera-t-il possible? Car c’est cela le plus difficile aujourd’hui… Il est agréable de constater que nous sommes des milliers qui voulons la même chose en nous exprimant, alors n’ayons pas peur de nous parler, de nous critiquer poliment si nous nous égarons dans nos discours… Nous avons tant à apprendre des uns et des autres. Je continue de réfléchir, à désirer ces mélanges d’expressions. Merci à vous toutes et tous, soyons fraternels, en paix au fond de nous-mêmes..

    Aimé par 1 personne

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s