L’autodestruction de la classe dominante (Questions vitales 4)

Personne ne peut bénéficier de son suicide. Il faut donc une autre explication pour la récente vague de suicides chez plus riches, et particulièrement chez les banquiers. Je vois quatre types d’explication :

Le taux de culpabilité : si vous êtes très favorisé, vous pouvez vous sentir coupable ou être coupable. Dans le premier cas, il faut imaginer certains banquiers secrètement minés par un sens moral, et se reprochant chaque jour la plupart de leur décisions de fermeture d’entreprise, de refus de prêts, etc. Je suis d’accord avec vous : c’est peu probable, puisque rien ne les obligeait à choisir ce métier et à y exceller. Dans le second cas, vous avez participé à des pratiques illégales mais rentables, et la justice commence à resserrer son étau autour de vous. C’est le scénario catastrophe des analystes de Wall street : nous serions à la veille d’un nouveau chrash boursier. C’est possible, et même vraisemblable.

Le taux d’absurdité : quel que soit les avantages que vous retirez de votre situation, il faut les diviser par le temps libre que l’on vous laisse. Le trader devient le plus luxueux des hyperexploités, en sorte qu’il peut toujours juger que ses instants de luxe ne donnent plus de sens à son existence frénético-informatique. C’est possible, mais douteux, car il a toujours assez d’argent pour changer de vie.

Le taux de rentabilité, enfin. Les plus grandes banques ont souscrit des assurances vie sur la tête, et à l’insu de leurs employés et dirigeants. En cas de suicide, ou de mort violente, elles touchent dix fois leur mise : on parle de centaines de milliard de dollars. Comment résister à l’appel d’une rentabilité de mille pour cent ? Certaines banques ont-elles eu recours, pour aider le destin, aux services de certains suicideurs ? Nul ne peut l’exclure…

Le taux d’inhumanité. On ne peut pas savoir laquelle des trois explications est la bonne, mais par contre, quelle qu’elle soit, on peut être certain que la raison principale de ces morts est ce qu’elles ont toutes en commun : une profonde inhumanité de notre système. Que l’hypercapitalisme, vous ait fait ruiner des gens, ou frauder massivement, qu’il vous prive complètement du temps de vivre ou qu’il spécule sur votre suicide, au point de le provoquer, il est dans tous les cas inhumain. Il révèle dans tous les cas son principe d’augmentation des profits par la suppression des existences. Dans tous les cas, sa loi devient évidente : l’hypercapitalisme, c’est le profit par votre mort.

Comprenons que l’hypercapitalisme est le premier système à menacer tout le monde, sans exception, de telle ou telle forme de la même mort. Sacrifiez votre vie aux images compulsives ou bien sacrifiez votre vie. Dans tous les cas mourrez. L’hypercapitalisme est le premier système qui se propose de tuer tout le monde.

14 réflexions sur “L’autodestruction de la classe dominante (Questions vitales 4)

  1. « il faut les diviser par le temps libre que l’on vous laisse. » ? ou bien il faut les multiplier par le temps libre qu’on vous laisse. Parce que si vous voulez dire que plus on gagne moins on nous laisse de temps libre, alors c’est le temps libre qu’il faut diviser par ce que l’on gagne pour que cela fasse sens

    Aimé par 1 personne

  2. le problème est que lorsque nous avons ce privilège, cela nous semble si naturel que le temps passe sans que nous en soyons conscients et,quand les aléas de la vie viennent tout bousculer. C’est là seulement que nous réalisons notre chance…souvent trop tard!

    J'aime

  3. Ce n’est pas parce que je Like que je suis d’accord. Je ne savais pas que les banquiers se suicidaient en masse, c’est ce qu’il semble. Il m’a semblé aussi en vous lisant que vous parlez d’un endroit qui est étranger aux banquiers suicidaires. Du coup je me permet d’avancer que vous excluez une hypothèse. L’hypothèse, que vous effleurez malgrè tout, est celle à laquelle j’essaie d’induire dans mes commentaires. Le banquier n’est plus maître chez lui, le treader même à plus de pouvoir qui parvient encore à glisser son index dans les rouages. Il se fait ainsi en son nom, si l’on peut dire, des transactions toxiques auxquelles il n’a pas les moyens de s’opposer et que même il ne constate qu’à postériori. En fait, le banquier ne sert que de prête nom dans un système inhumain de ce que ce ne sont plus des humains qui y prennent les décisions. Ces suicides ont cela d’inquiétant qu’ils nous laissent à penser, je crois l’avoir lu dans vos billets, à un destin très funeste pour l’espèce humaine.

    J'aime

  4. Il y a une dynamique collective qui se soumet à des injonctions dont plus personne ne sait d’où elles viennent. Est-ce une sorte d’inconscient collectif ? une américaine me disait qu’aux états unis, on ne peut pas faire abstraction de sa couleur de peau ou d’origine. Une égyptienne me disait qu’en Égypte, on n’a pas le choix, on est tenu dans son clan ou groupe religieux. J’imagine que pour les banquiers, sortir du jour au lendemain de leur caste doit leur couter très cher, comme ceux qui trahissent les mafieux.

    J'aime

  5. Dehors dans la mesure où c’est un élément étranger à sa compréhension, suscitant un effroi. puis toutes sortes de paranoïa, ou tendances suicidaires. Mais ce dehors, n’est pas un réel spatial . Au sein de notre intériorité il y a des éléments extérieurs, c’est à dire non saisis, forcément. Il me semble , puisque nous sommes sur cette voie, que le spirituel était dans une certaine mesure mieux compris et vécu par les peuples naturels. malgré les apparences de superstitions, ou les naïvetés. Ils étaient plus accrochés à des totems qu’à des possessions de totems. Plus proches de leur filiation que nous le sommes. Leurs liens étant moins coupés, les sociétés se tenaient, et tenaient leurs membres sans que les contraintes soient trop pesantes. ( pas l’age d’or non plus , hein … )

    J'aime

    1. La lutte des classes existe, et les inégalités se creusent? soit.
      Ma question portait sur l’existence de bénéficiaires de l’ordre établi.
      Et, à terme, il n’est plus si sûr qu’il en subsiste encore. De fait,
      ce processus est concomitant avec l’extinction de la classe ouvrière en Europe

      J'aime

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s