Croissance verticale (les questions du bébé 2)

1

Au départ

une cellule est fécondée.

Mais cette cellule se reproduit en quatre heures

2

C’est cela la croissance verticale:

au bout de 8h, il y a 4 cellules

puis

8

16

32

64

128

256

512

1024

2048

au bout de 48h, il y a 4096 cellules

au bout d’une semaine, il y a 4325 milliards de cellules!

 

Tout se passe comme si

pour surmonter l’impossibilité d’un passage

direct

du néant à l’être

l’embryon franchissait à la plus haute vitesse possible

cette zone d’impossibilité.

La croissance verticale

est cette impossibilité

d’une croissance instantanée

C’est de cet impossible là que nous venons.

Nous sommes tous les enfants de l’impossible.

Que diriez-vous, que vivriez vous,

si

à chaque fois

votre interlocuteur

qui qu’il soit, qui qu’elle soit

doublait de taille toutes les quatre heures?

Méfiez vous

de vos nuits d’amour:

demain au réveil, votre partenaire

mesurera huit mètres de haut!

14 réflexions sur “Croissance verticale (les questions du bébé 2)

  1. Pourquoi « impossibilité d’un passage direct du néant à l’être » ? Pourquoi » direct » ? Je ne vois que possibilités de transformation, fidèle au principe de l’énergie. Et de quel néant s’agit-il ? Celle du neutrino sans masse mais qui est détecté pourtant ? Qu’en est-il alors du passage du bouillon élémentaire à bouillon organisé ? Comment à ce compte, à quel moment, et à quelle allure, des particules se sont-elles agrégées passant d’un état « avant » à un état « après » pour former la matière telle que nous la connaissons ? Car tout ce qui existe résulte de l’agencement de 12 particules ou de leur antiparticule. dit Wikipedia (https://fr.wikipedia.org/wiki/Particule_%C3%A9l%C3%A9mentaire#Les_trois_familles_de_particules_.C3.A9l.C3.A9mentaires).
    Quant à dire néant ……..

    J'aime

    1. Parce que ce qui n’existe pas
      1 n’a aucune raison de se mettre à être
      2 doit surmonter son inexistence

      un passage progressif serait plus inconcevable encore qu’un passage soudain,
      car il supposerait quelque mélange de l’être et du néant

      (pour ma part, je ne crois pas trop à cette opposition,
      puisqu’il s’agit de deux formes de rien,
      mais justement:
      l’embryon illustre à la perfection
      ce rien fondamental qui change de forme
      et passe du néant à l’être.

      Je propose de concevoir tous les autres « passages » sur ce mode

      J'aime

  2. Si l’on parle de l’embryon, Il n’arrive pas du néant puisque cette première cellule provient de deux cellules déjà existantes, qui en se transformant en forment une autre, contenant l’être futur tout entier.
    La question est d’où est sortie la première cellule de la première amibe, du carbone de l’hydrogène de l’oxygène, avec quelle énergie et selon quelle volonté, celle du hasard ?

    J'aime

  3. A la question de hier (ou d’avant-hier) : qu’est.ce qu’un bébé ? Ma première idée avait été ‘un miracle’ !🙂
    Puis, j’avais recherché une réponse à peine plus ‘philosophique’, histoire de ne pas arriver comme un cheveux sur la soupe !🙂

    J'aime

  4. Ce qui n’existe pas n’existant pas, n’a rien à « surmonter ». Je ne comprends pas le 2. Tu voulais dire « devrait » ?

    J'aime

  5. On dirait que l’enfant né se dépêche de grandir pour arriver à la taille définie dans laquelle il est tenu de vivre. Cet espace invisible le faisant passer du néant à l’existence n’est pas son tribu. Croissance, entretien, préservation, contrairement à ce qui est souvent dit, nous continuons de croître jusqu’à la mort. Il n’est pas question de squelette, ni d’enveloppe corporelle, mais de cellules se modifiant au fur et à mesure qu’elles se renouvellent avec l’âge. Nous sommes des mutants un peu fatigués dont l’adn calme les changements climatiques et différents modes de vie en nous permettant de nous acclimater au monde. Après tout, la terre ne grandit pas pourtant elle évolue car elle porte en elle la même information. Le néant permet à coup sûr cette liberté évolutive. La cellule incarnée a plus de difficulté. Au bout du compte, s’étendre, laisser la question brûler et dans le feu admirer le carbone s’envoler pour affronter sa réponse : tout n’est que poussière et retourne à la poussière.

    J'aime

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s