« N’exigeons-pas, créons ! » tel est le sens du point d’exclamation dans le nouveau nom du blog: existence!

Mon blog change de nom.

Ce n’est pas la première fois, ni sans raison.

Au commencement, il prit mon nom, pour faciliter le référencement.

Ce n’était pas immodestie, mais plutôt quelque égarement criant son nom dans le désert.

Puis

il se baptisa

« philosophie de l’inexistence »

pour élire le noir sous toutes les couleurs.

L’indignation qui me définit voulait noircir, accuser les traits

d’une métaphysique de ce rien que nous sommes et qui nous entoure.

Mais

le souci, le seul but,

évidemment, était toujours d’exister,

d’atteindre enfin cette existence dont on nous prive.

C’est

pourquoi

il prit le nom d’ « existence »

en choisissant le blanc comme fin de toutes les couleurs

Mais

le temps

sans doute est venu

d’insister sur l’existence

et de dire qu’elle n’est jamais

un fait, mais toujours une exigence.

que tel soit donc le sens du point d’exclamation.

Ce point est en plus, comme un cri :

Oui, l’existence doit

Venir !

Mais

exiger l’existence,

ce n’est pas l’attendre en vain ;

ce n’est même pas la réclamer avec force

ou l’arracher violemment à quelque monopole :

c’est la faire soi-même, dès maintenant,

et l’infliger à tout le reste :

exiger l’existence,

c’

est

créer, faire

son existence

en faisant exister.

Chacun sent

que l’existence est

encore inouie, mais déjà irrépressible :

ce n’est pas seulement le désir d’exister qui persiste

ni même l’exigence d’exister qui insiste,

c’est le droit d’exister

qu’on exige

avec

cette conscience

toujours plus claire que,

même si l’existence nous est due,

nul ne nous la donnera : c’est à nous de la faire,

comme l’artiste crée l’œuvre,

tout seul, et pourtant

si multiple.

Pour

ce faire,

et pour se faire,

Nul pouvoir n’est à prendre

Nulle violence jamais n’est à exercer :

Il suffit d’occuper hardiment la position du temps :

Il suffit de créer du neuf pour que l’ancien vieillisse :

bientôt il sera bon à porter

au musée.

Nous

aurons gagné,

sans le moindre combat,

lorsque chacun rira de ce qui nous écrase

Créons, créons sans cesse :

et périmons par là

ce qui prive

d’être

12 thoughts on “« N’exigeons-pas, créons ! » tel est le sens du point d’exclamation dans le nouveau nom du blog: existence!

  1. A reblogué ceci sur Le Petit Lexique Colonialet a ajouté:
    Ils ont ouvert la porte de ma cellule et je suis sorti. J’ai trouvé un chemin et je l’ai pris. Où aller? J’ai commencé par dire: j enseignerai la marche à ma liberté. Elle s est penchée vers moi, je me suis adossé a elle et je l’ai étayée. Nous sommes alors tombés sur le vieux marchands d oranges, je me suis relevé et j’ai entassé ma liberté sur mon dos, ainsi que l on charge les pays sur les chameaux ou lew camions, et j’ai marché. La terre nous est étroite Mahmoud Darwich Gallimard p 164

    Like

  2. Mais créer quoi, des architectures langagières qui permettraient de libérer des esprits qui ne souhaitent pas l’être ? Et si nous ne souhaitons par l’être, que deviendra-t’il ?

    Like

votre réponse:

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s