Etes-vous libre?

Le début, en son principe, n’eut rien de politique. Il aurait aussi bien pu choisir de tourner toujours à gauche. Mais il fallait bien choisir, et le hasard lui fit prendre à droite.
Voici longtemps déjà que la lassitude d’exister se concentrait pour lui dans l’épineuse question du carrefour: faut-il prendre à gauche ou à droite, continuer tout droit, ou préférer une de ces directions plus torves et insidieuses que certains croisements proposent à nos égarements ?
Il s’était peu à peu persuadé que la pesanteur routinière de son existence, le fait qu’il faisait chaque jour la même chose, tenait précisément à cette illusion de liberté que présente chaque carrefour, en se riant d’avance de nos choix, puisque très vite nos habitudes nous font traverser tous les possibles avec la fulgurante certitude du chien courant à sa pâtée.
Il fallait une règle, simple et constante. Un sens choisi une fois pour toutes à sa vie. Une réponse claire et nette à tous les embarras. Il choisit, quelle que soit la situation, de toujours tourner à droite.
Au début, il fut saisi par un scrupule de principe : ne risquait-il pas de passer toujours par les mêmes points, et de faire inlassablement le tour de son pâté de maison ? Ne risquait-il pas de rentrer dans le premier immeuble, par la première porte à droite, puis dans le premier appartement à droite, puis de faire à l’infini le tour de la première pièce à droite ?
Point du tout ! Car à l’expérience, tourner à droite revient à suivre le mur de droite, qui tourne rarement à droite : dans chaque pièce, suivre le mur de droite revient à tourner à gauche. Cette règle lui faisait faire le tour de chaque appartement, au mépris des convenances, en suivant dans l’ordre chaque mur, au point de revenir à l’entrée par le mur de gauche.
Il avait enfin trouvé le sens de la vie, qui permettait de savoir toujours où aller et pourquoi. Il suivit des murs qu’il n’aurait jamais remarqués, d’autres qu’il n’aurait jamais eu l’idée d’aller voir. Il passait au milieu des scènes de ménage. Il pénétrait en s’excusant dans la chambre des femmes seules. Il aidait les enfants à finir leurs devoirs. Il renvoyait des ballons. Il était fort connu dans le quartier. Il avait ses entrées. Chacun le supposait investi d’une mission peu claire mais essentielle : son dévouement en témoignait. Il n’était compris de personne, mais admiré de beaucoup. Il était d’autant mieux reçu qu’il ne faisait que passer. On lui demandait conseil, on le prenait à témoin. On sentait d’emblée qu’il respecterait scrupuleusement le devoir de réserve de son improbable profession. Cette période fut sans doute la plus belle de sa vie.

16 réflexions sur “Etes-vous libre?

  1. belle histoire en labyrinthe ..en belle réflexion…
    … car il faut du temps… à tourner en rond.. et avancer….pour enfin comprendre qu’il faut s’ aimer en ce qu’on est, ce qu’on vit, où que l’on soit…. à être dans sa plus belle liberté… sa Vie….

    J'aime

  2. La liberté, quelle merveilleuse illusion, quelle sensation délicate… libre face à quoi ? Voici l’essentielle question… Sommes-nous nos maîtres ? Car il s’agit bien de cela. Être libre de mourir, mais dans ce cas contraint de ne pas vivre. Être libre de vivre, mais dans ce cas contraint de mourir. Non, je ne suis pas libre… il n’y a de liberté que dans l’illusion, l’art et l’invention; ailleurs ne reste qu’un déterminisme brutal qui nous explose au visage à la moindre apparition de lucidité.

    J'aime

  3. Libre d’essence
    En énergie, en stances…
    Né dans l’odeur intacte
    D’un regard manuel et Tactile!
    Mes antennes sont en tarses
    Et commettent entorses
    En éjaculat de trésors consciencieux
    Que l’aura entraine vers l’amour.

    Cela frise le frisson au-delà de l’écho!

    Viens petite langue m’emmêler aux mots
    A mon double incarcéré dans la chair

    Commets toi dans le cycle
    A la nécessité sans guide
    Pour être vraiment libre des sens…

    En énergie…

    J'aime

  4. Bonjour
    Je me penchais ce midi sur un fait survenu hier, quand j’ai réalisé que je répondrais à votre question! Du coup en voici un extrait.

    Comment vivre libre? Êtes vous libre?
    Je souhaite être totalement libre, alors mon chemin va se faisant.
    La liberté, c’est la simplicité retrouver.
    Plus on vise le modernisme, plus on se complique et se torture l’esprit, le corps, le cœur. Comment faire comprendre au monde de façon simple qu’il va à sa perte?
    (…)
    Ma liberté est simple , je pense par moi même. Et il devrait en être ainsi pour chacun d’entre nous!
    Mais suis je encore véritablement libre? La société est conditionné pour imposer.
    Nous ne sommes plus totalement libre!
    En revanche, nous pouvons raisonner seuls et prendre des décisions justes pour nous mêmes au détriment certes d’une dépendance financière ou matérielle.
    Mais petit à petit, pas à pas, la volonté, le courage, l’envie peuvent nous permettre de retrouver une vie simple sans artifices d’aucune sorte et nous mener à une liberté choisie.

    Belle Journée

    Valérie

    J'aime

  5. Bonsoir,
    Un bel écrit ou l’imaginaire s’évade entre gauche et droite… ! Et le rappel au titre suggéré un peu plus bas… Ok, ok mais « Êtes-vous libre ? A question fermée réponse ferme : Non !
    Marie ♥

    J'aime

  6. Je crois que si on parle ainsi de liberté c’est qu’elle nous manque, inévitablement, on la cherche, on se rassure…on la titille pour qu’elle grossisse…masturbation sans fin…avec l’espérance de jouir un jour…de cette liberté…

    J'aime

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s