Faut-il craindre le pire?….( Libérez le singulier 2 )

L’ontologie quelconque postule le chaos, parce qu’elle se doit de partir du pire: du doute et de l’inscience face à un réel absolument quelconque, dont on ne sait rien, et dans lequel elle ne peut donc supposer ni existence, ni réalité, ni quelque structure ou forme que ce soit, qui tapie d’avance au fond des choses, nous garantirait d’avance la possibilité de les connaître.

L’ontologie quelconque est un socratisme sans Idées, un cartésianisme sans sujet, un kantisme sans transcendantal, un existentialisme sans existence.

Le rien est ce fond du chaos, où tout est uni, tout est unique, parce que tel est le pire des débuts possibles pour la pensée. Tel est le point de départ inévitable, car si elle se veut nécessaire, c’est à dire valable quoi qu’il y ait, elle doit partir du pire.

16 réflexions sur “Faut-il craindre le pire?….( Libérez le singulier 2 )

  1. Bonjour. Je suis troublée par votre premier paragraphe. En quoi une science d’un réel non quelconque nous garantirait-il donc du pire si on inverse la proposition ? C’est ce que dans mon ignorance, je ne comprends pas. Pouvez vous m’éclairer ?

    J'aime

  2. L’ontologie se doit de discourir de l’être quelconque, du quidam, su sujet, et du prince, qui a pouvoir jusqu’à l’ontocide et l’ontophagie, si aucune règle morale ni équilibre social ne cercle ses comportements habituels, ses rites, ses traditions.

    Le réel ne peut être quelconque, un quidam ne fait pas l’autre, et voir les mêmes choses ne fait pas les mêmes pensées, bien quelles soient générées par des systèmes organiques, physiologiques, très proches, donc en peu de distance. Ce peu est là, prétension aux mouvements des pensées, comparant les donnés, les reçus, les satisfactions ralentissantes, les insatisfactions accélérantes.

    Les médecins se positionnent en joueur des sentiments qu’ils savent distancer, la crainte, la peur, l’angoisse, par une ontologie médicale traitant de début de la maladie, du pas vers la mort. Ils n’hésitent pas à figer chacun par l’oncologie, d’un t affaiblit en c. C pour garder le pouvoir d’énoncer, comme le maître apprend l’alphabet. Et la maîtresse nous distrait de la fin en nous ramenant à l’ontologie philosophique, stimulant nos désirs d’apprendre, de vivre, d’aimer, se satisfaire la chair, sous l’oeil surveillant du maître de chaire, pas toujours bienveillant, par jalousie peut-être, par frustration négative due à l’absence, la perte des possibilités d’être à la place de l’élève.

    Un socratisme sans idées est un socrate qui vient de naître. Le meilleur est en lui, rassuré par les présentes nourritures maternelles et paternelles, jouxtant le pire des possibles, les absences, les vides.

    vide – vie de – plein – plaint

    Yves

    J'aime

    1. Vous détenez une solution qui mérite propagation. Elle seule peut décompresser le mot hypercapitalisme. Hélas, nombreux sont ceux de nous qui voudront en tirer profit argentier. Je ne dis pas financier car le financement peut-être immatériel. C’est vers cette dérive conceptuelle que je veux pousser. Cactus rose plutôt que tulipe noire. Crise en thème.

      J'aime

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s