Etre seul, ou aller ensemble? petite philosophie de la compagnie

Il est des gens, des choses, des moments qui vont de pair. Des lieux, des temps de jonction pure. Des instants persistants côte à côte. Amitié, fraternité. La chemise et la peau, la main et les cheveux. Des solidarités intimes. Des actions accoutumées en un endroit précis. Des gestes à accomplir à tel ou tel moment. Tel est peut-être le but de bien des rites : jouir d’une gémellité, bénir une convenance intime. Ce côtoiement est pur bonheur, car dans ce couple d’êtres, chacun est au bord de l’autre. Présence, chaleur, protection. Je soupçonne même bien des choses d’être, en fait, plusieurs choses en compagnie.

43 réflexions sur “Etre seul, ou aller ensemble? petite philosophie de la compagnie

  1. Oui, c’est vrai. Il y a des gens dont on espére la présence toute la vie et qui n’arrivent qu’au soir tombé.
    « Mais qu’importe … le flacon du moment qu’on a l’ivresse « , dit un dicton qui pourrait à la fois être dans juste mais aussi erroné car « Mieux vaut être seul que mal accompagné » dit un autre de ces proverbes populaires et, ce n’est que lors de nos moments de grande solitude, que nous nous forçons à être « entièrement » d’accord avec cette affirmation.
    Pas pour longtemps toutefois car tout de go nous repartons à la recherche de l’âme soeur.

    Ce qui est certain, c’est que lorsqu’on a rencontré enfin celui ou celle avec qui on sait que l’on.pourra marcher dans la même direction on ne se tient plus de joie.

    C’est aussi ça s’aimer… et dans l’amour il y a toutes les nuances de l’arc en ciel .. de la sympathie à l’amitié, et de l’amour à la passion.

    Je crois que trop souvent, à moins d’être surhumain, nous ne sommes pas toujours « tout à fait » responsables de nos …actes et nous nous laissons facilement guider par notre culture, notre éducation, nos expériences, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, mais toujours avec le secret espoir que l’on ne trébuchera pas deux fois sur la même pierre.

    Je ne crois pas au modèle des deux moitiés d’orange qui essaient de se retrouver à travers toutes les échoppes de fruits du monde.
    Non, les oranges doivent être entières depuis le début mais ce sera le jus qu’elles produisent (permettez moi cette expression triviale) qui confirmera ou non si les deux oranges peuvent produire quelque chose de buvable,

    Acceptable, non seulement pour les deux oranges mais aussi pour toutes les oranges qui les entourent.
    Merci ,Jean-Paul, de nous permettre, non seulement de te lire, mais aussi de te communiquer notre propre façon de penser.
    Un salut très cordial à toutes et à tous.

    Eugène, le belge.

    PS. J’insiste sur « belge » car je suppose que tes lecteurs français trouveront certaines de mes tournures de phrases (un tant soit peu) bizarre.

    J'aime

  2. Bien, c’est bien vrai. Malheureusement ce n’est pas le cas pour moi dans ma relation, on n’y partage rien, sauf notre amour de nos oiseaux… J’aime la photo, l’écriture, la poésie, la littérature… Pour lui c’est le marché et il est connaisseur des montres..

    J'aime

      1. Oui, du moins à mon sens.. en fait, on n’est plus seul quand on rêve d’être en compagnie.. lorsqu’on se réveille on prend conscience du fait que nous sommes toujours seuls.. nous sommes seuls, nous arrivons sur terre avec notre maman, nous suivons un parcours plus ou moins fracassant, avec tout au long de la route des rêves successifs qui d’ailleurs sont bien souvent différents les uns des autres avec le temps qui passe, puis nous partons seuls……
        Bien heureusement, nous ne le sommes pas vraiment, si nous réalisons qu’il y a un être supérieur au dessus de nous qui nous aide et nous tient compagnie du début à la fin…..

        J'aime

  3. L’un pleure et l’autre l’implore
    Tous deux vers les cimes tiers
    Les journées de tous les hiers
    Aux douleurs de passiflore

    Vers qui s’adresser alors?
    Si nul n’écoute les prières
    Aux fenêtres meurtrières
    Des gâchis de corridors…

    J'aime

  4. Il y a sans doute beaucoup plus de combinaisons possibles….après tout, l’orange peut être ravie de son entièreté, et se contenter de savoir quel trésor elle contient, allez savoir….:)

    J'aime

  5. Je ne sais pas vivre seule et je pense que le plus important dans la vie sont les personnes et les rélations d’amitié, d’amour, de solidarité et famille.

    Pardon si je n’écris pas tres bien… je suis étudiante de français…🙂

    J'aime

  6. Seule et bien en ma propre compagnie, un besoin essentiel, pour aller vers l’Autre, après, dans un désir et non pas un besoin… Échange, partage, enrichissement mutuel.
    L’Homme n’est-il pas un être de la relation ?

    J'aime

  7. La compagnie n’est-elle pas l’essence même de l’existence ? A mon sens, un être seul ne peut exister. La relation qui crée la relativité génère l’existence et la conscience.

    J'aime

  8. Bravo Jean-Pierre, il est clair que tu es arrivé à intéresser beaucoup de ceux qui « savent » que l’ÈTRE HUMAIN est seul mais entouré. Je dis toujours que dès le moment où nous sommes mis au monde …le parcours en solitaire commence. L’humain est un être grégaire et vivre seul n’est pas son fort, pour cette raison il recherche un compagnon ou une compagne et même toute une compagnie. On forme des amitiés, des foyers, des sociétés (même secrètes) et on essaie d’échapper à la « solitude » en déménageant à la grande ville.
    Nous avons besoin, semble-t-il de nous étourdir de bruits de toutes sortes, le silence nous fait peur.
    Ce qui est terrible en ces années d’avancement technique c’est que l’internet remplace le contact direct…nous n’avons plus besoin de nous déplacer pour aller voir nos voisins… ils sont tous là à portée de « clavier ».
    Mieux que l’exemple des oranges, cher Jean-Paul, je crois que le symbole des deux anneaux conviendrait mieux à l’interpellation de ton message… les deux anneaux sont uniques et entiers, sinon ils ne seraient pas considérés comme anneaux, n’est ce pas ? mais au moment où on les superposent ils peuvent sembler ne plus former qu’UN SEUL ANNEAU.
    Nous traversons la vie en quête de compréhension, de sympathie, d’amitié et d’amour.. nous le demandons à corps et à cris et même nous l’imposons à ceux qui n’en veulent pas….

    Ma vue peut-être pessimiste n’enlève rien au bonheur de la compagnie.. sans les autres que serions nous … qui lirait nos poèmes, nos écrits, à qui la Marquise de Sévigné aurait-elle envoyé ses lettres. Oui l’être humain est grégaire par instinct et si il ne peut s’adjoindre la compagnie d’autres humains, il cherche son « petit » bonheur dans la présence de ses « mascottes », qui dès lors représentent ceux qu’il ne peut pas …trouver. Le fait de donner des noms ou adjectifs humains à nos chats et à nos chiens, à nos chevaux et à nos ânes, montrent bien la véracité de ce que j’ose avancer.
    Merci, si tu m’as lu jusqu’au bout… grazie a tutti… gracias a todos… merci beaucoup à tous pour compartir leurs pensées avec moi.

    Eugène, le belge

    J'aime

  9. Bonjour,

    Je crois que ce n’est pas le fait d’être accompagné ou pas qui est important. Mais c’est ce qu’on partage. On peut être accompagné et ne rien avoir à partager. Dans ce cas, il vaut mieux être seul.
    Partager des émotions, des avis, des moments, des sourires, des énervements… Ne pas se sentir seul dans la sensualité de l’instants.
    Si l’on ne partage pas, on a l’impression que c’est gâché.
    Sourire à tous…

    J'aime

  10. Bonsoir,

    Nous naissons et nous mourrons seuls. Mais tout au long de nos vies, nous avons besoin de la compagnie d’autrui. Pas uniquement pour fuir la solitude mais pour partager de l’amour, de l’amitié, des instants de bonheur, des fous-rires et mêmes des moments de tristesse. On doit apprendre à prendre autant de plaisir à donner qu’à recevoir des marques d’attention: c’est cela le sens même de la vie. Nous sommes aussi ce que les autres font de nous

    Cordialement🙂

    J'aime

  11. I should like to apologize for responding to your post in English. I’m afraid my French is deplorably rusty and while I may draw some small amount of wrath from your readers for not translating my comment before posting it, I simply do not trust my ability to accurately convey my thoughts vis-à-vis your prose using an internet based translation source. That said, I did not want to completely miss the opportunity to comment as I found your writing to be extraordinarily poignant.

    Although I cannot be sure if the emotional impact of your post is due in part to its brevity, you have certainly captured the essence of relational unity as a conceptual proposition. Your masterful use of the phrase “intimate solidarity” contributes immensely to this feeling. In my opinion, purposefully isolating this phrase invokes a sense of passion while simultaneously providing a binding presence to the surrounding statements. This is absolutely wonderful work and I look forward to reading your future posts with great anticipation.

    J'aime

    1. Si je puis me permettre de traduire : (I hope you don’t mind if I attempt to translate)

      J’aimerais tout d’abord m’excuser de répondre à ton billet en anglais. J’ai bien peur que mon anglais soit déplorablement rouillé et si je vois bien que d’autres commentaires peuvent me reprocher de ne pas traduire mes commentaires avant de les traduire, je n’ai tout simplement pas confiance en ma capacité de traduire correctement mes pensées vis à vous de ta prose, en utilisant un traducteur automatique. Cela étant dit, je ne voulais pas non plus passer à coté de l’occasion de commenter, car je trouve ton écrite extraordinairement poignante.
      Bien que je ne puisse vraiment savoir si l’impact émotionnel de ton billet est du à sa courte taille, tu as certainement réussi à capturer l’essence de l’unicité de la relation en tant que proposition conceptuelle. Ton excellente utilisation de la phrase « solidarités intimes » contribue énormément à cet effet émotionnel. Selon moi, isoler volontairement cette phrase évoque un sens de la passion et dans le même temps établit le lien avec les affirmations voisines. C’est un travail absolument merveilleux et j’attend avec impatience de pouvoir lire tes futurs billets.

      J'aime

  12. Cela dépend, il ya des moments où la solitude est important, sont des moments sacrés, des moments où vous êtes intime avec votre âme, des moments qui descendent dans les profondeurs de l’océan de votre intérieur .. en ces temps, il faut être seul! Il ya d’autres moments, cependant, lorsque la présence de l’autre, l’autre est essentielle, vitale .. sont les moments d’amour, partager un rêve de synergie dans un projet, des moments d’appartenance à se battre pour un idéal des moments de fraternité, de solidarité et de participation. D’autres, ne sont jamais présences purement numériques ou physiques, pour moi ce n’est pas suffisant pour faire quelque chose et dire que je suis avec les autres, j’estime qu’il est nécessaire que parmi nous il ya des affinités électives, émotionnels, comportementaux.

    J'aime

  13. Présence, chaleur, protection. That’s all we need but it’s all we sometimes are unable to give to the others. I don’t understand very well French, but your words are too intellegible in every language you speak: they talks about humanity and being humanity.

    J'aime

  14. Je ne suis qu’un philosophe compte-gouttes, pour ainsi dire, mais … Je pense qu’il nous faut connaitre les deux – la solitude comme la compagnie intime – pour les bien connaitre tous les deux de vrai. C’est le point-contrepoint qui conte, je pense. Et les deux peuvent-ils se rendre à nous en douceur ou en amertume. Enfin, comment connaitre vraiment la couleur « blanc » sans avoir jamais vu « noir » ? et je suis d’accord avec Semplice1 aussi.

    J'aime

  15. Autre point de vue:
    Tom Robbins in « Still Life with Woodpecker’ : Funny how we think of romance as always involving two, when the romance of solitude can be ever so much more delicious and intense.

    J'aime

  16. Si se está en buena compañía el compartir se produce solo. Es necesario estar bien acompañado para Vivir la Vida… sobre todo, acompañado por uno mismo, por la propia soledad.

    J'aime

      1. Votre manière de l’interprété avait un style sortant des sentiers battus , je rajouterais la pensée et l’âme . Penser bien pour combler harmonieusement notre chemin intérieur …..

        J'aime

  17. Michel a fort justement dit que l’on avait besoin du regard de l’autre pour exister. Tout passerait donc par le regard posé sur l’autre. Le regard attention, le regard amour. On peut très bien « aller ensemble » dans le sens de marcher côte à côte, mais sans jamais porter le regard sur l’autre. Dans ce cas vaut-il mieux vivre seul que mal accompagné ?

    J'aime

  18. Je pense que notre être est d’abord commun et je l’ai réalisé à force de solitude. Une orange peut s’accommoder d’être seule, l’humain peut en souffrir. L’idéal est d’avoir une part de bonne compagnie et une part de solitude. L’équilibre, quoi!

    J'aime

  19. Je soupçonne même bien des choses d’être, en fait, plusieurs choses en compagnie.

    C’est cette phrase qui m’intéresse personnellement le plus. Et si l’être n’était que compagnie ? Une infinité de dualité. Une impossibilité de l’unicité. Sans pour autant revenir à la vision platonicienne de l’amour. Mais bien une absolue dualité. Tout est deux. Rien n’est un. La science pourrait finalement confirmer cette vision. Mes connaissances en physique quantique se limitent à quelques résumés de résumés de vulgarisations, mais lorsque l’on pense au chat de Schrödinger, qui est mort ET vivant. Il y a dualité. Les particules seraient en permanences deux, si l’une change d’état, quelle que soit la distance avec sa jumelle, celle-ci change également son état.
    Et que dire du langage binaire qui inonde notre société informatique…

    A moins… a moins que la clé soit le temps. Si chaque être est en fait dualité, alors l’existence de l’unicité n’existe peut être que dans le « moment » unique où la compagnie se forme…

    J'aime

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s