DEONTOLOGIE : l’ontologie du dé

Ma philosophie est comme un dé dont voici les six faces :

Tout est un                             (c’est le principe du RIEN)

Le mal est destruction            (c’est le principe du NEANT)

L’être est utopie                     (c’est le principe de l’ETRE)

Chaque chose est imaginaire  (c’est le principe du MONDE)

Tout  est réel                          (c’est le principe du REEL)

Tout est possible                    (c’est le principe du JEU)

Ce cube se lance à propos de chaque chose comme un dé :

chaque face à son tour peut devenir  le principe de base

et chaque autre suggérer sa propre piste à la pensée.

Toutes sont des questions qui permettent d’explorer

comme autant de facettes,  les possibles d’une chose.

18 réflexions sur “DEONTOLOGIE : l’ontologie du dé

    1. La formule est superbe
      mais je continue à penser l’inverse…
      L’utopie est la rampe de lancement de l’espoir
      Rien de grand ne s’est lancé sans l’idée d’un utopiste,
      sans l’énergie que donne à un groupe
      la fait même d’une utopie

      Aimé par 1 personne

      1. j’ai d’abord eu la même réaction que Jasmins de nuit, mais en lisant ta réponse, je saisis!
        et puis l’utopie c’est aussi la vision d’une réalité idéale.
        un être en devenir et avec l’utopie, l’espoir…
        pas mal du tout!

        J'aime

  1. LE DÉ AU BOUT DU DOIGT

    NOUS PERDONS TANT DE CHOSES…en route. Et tant de mots, tant de noms, propres ou égarés dans notre langue et ses annexes- pour moi l’espagnol et l’occitan que j’entends et lis mais ne saurais utiliser dans une conversation…

    UNE PERTE que certains s’acharnent à combler- journaux intimes lus et relus, dictionnaires et collection de tous ces ouvrages à la mode, qui refont le monde d’avant, ses photos, ses métiers, ses maîtres et ses dictées…Comme si l’on pouvait rejouer, vieillissant, se refaire…d’une jeunesse perdue. Prendre sa revanche…Alors que il n’y a pas de revanche possible, ni souhaitable.

    ON PEUT, par contre, poursuivre sa quête de mots nouveaux, de noms propres ou égarés dans quelques nouvelles conversations, lectures, curiosités, ET CES ÉCRITS que l’on essaie, sans épargner ses forces, les gaspillant certainement, au regard des gens prudents et qui se ferment peu à peu, pour les autres et pour eux-mêmes, sur leurs petits secrets.

    ET POURTANT eux aussi furent ces enfants, saluant les amis, les parents -et parfois, chaque habitant du village qu’il connaissait un à un- et laissant aller sa langue qui peu à peu s’accroissait de mots, de tant de mots qui servaient à dire tout…et n’importe quoi.

    CHEMIN DU TEXTE SE FAISANT, j’ai revu ma rue unique, rencontrée dès que l’on descendait la marche devant la porte d’entrée de notre maison…

    MAIS JE VAIS ROMPRE là le fil, d’un coup de dent de mère, qui portait alors le dé au bout d’un doigt- ne me demandez pas lequel!

    J'aime

  2. Je ne crois pas au hasard, je crois que tout est lié, tout est imbriqué, qu’il y a un rapport entre les évènements. Et quand on comprend justement ces rapports, alors on comprend pourquoi nous en sommes où nous en sommes dans notre vie. L’effet papillon…

    J'aime

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s