CINEMA DU PARADOXE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . le court du temps

Une équipe de jeunes cinéastes vient de fomenter Vélodrome

Un court métrage de 9mn, avec une histoire simple mais diablement paradoxale,

sur les mystères de l’enfance, les temps étranges de l’amnésie et de l’éternité

En voici 36 sens possibles. Vous pouvez choisir, ou en trouver d’autres…

http://www.dailymotion.com/video/xpiu7l_velodrome_shortfilms

  1. Tout est vain.
  2. Vive Sisyphe !
  3. Tel père tel fils.
  4. Le destin balbutie.
  5. Vélodrome d’hiver.
  6. Le temps est une roue.
  7. L’éternel est un retour.
  8. Toute image est carnage.
  9. Il n’y a pas de belle ville.
  10. Ecrire condamne à revivre.
  11. Tout pouvoir est mortifère.
  12. La vie dure un quart d’heure.
  13. Chaque maison est sans issue.
  14. Sans les femmes, pas d’avenir.
  15. Il n’est jamais l’heure de goûter.
  16. Les portables ont pris le pouvoir.
  17. Nul ne peut rien pour quiconque.
  18. La plus haute vitesse est immobile.
  19. Revivre, tel est le souhait des morts.
  20. Sans Dieu, tous les paris sont perdants.
  21. Sans la mémoire, le temps serait cyclique.
  22. Entre jeunes et vieux, c’est la lutte à mort.
  23. Les grands événements inversent le temps.
  24. Le temps est un enfant qui joue au tric-trac.
  25. L’homme et l’enfant sont la même personne.
  26. Les immeubles triangulaires sont diaboliques.
  27. Les reflets multiplient les êtres sans nécessité.
  28. Il y a une seule histoire pour tous les hommes.
  29. La mémoire de l’objet tue la mémoire du sujet.
  30. Une organisation secrète punit les gens moraux.
  31. Le téléphone est œdipien, et l’amnésie, infantile.
  32. Naissance, mort: toutes les portes sont définitives.
  33. Les deux roues ont décidé d’attaquer les humains.
  34. Jamais la flèche en plein vol n’arrivera jusqu’à la cible.
  35. Une secte d’amnésiques recrute en organisant des accidents.
  36. Une simple panne de machine à café peut déclencher des désastres.

18 réflexions sur “CINEMA DU PARADOXE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . le court du temps

  1. Pour ma part ce serait le 21 : « Sans la mémoire, le temps serait cyclique. ».

    Par contre je n’ai pas compris pourquoi il est de nouveau 15h15 lorsque le petit garçon revient la deuxième fois. C’est voulu ?

    J'aime

  2. Si ce n’était le #21 « Sans la mémoire, le temps serait cyclique », je choisirais plutôt le #15.
    Je ne pense pas qu’il y ait trop matière à de réflexion, même si le twist final est bien vu.
    Un mix entre Nolan et Svankmajer?

    J'aime

  3. «Points de fuite et angle de vue.» Essayer de trouver la vérité de cette histoire dans notre réalité c’est comme tenter de faire entrer un immeuble dans une valise. Nous pourrions passer des heures à trouver mille explications et créer mille histoires et ces vérités flotteraient dans un lieu abstrait qui n’est pas moins réel. C’est le point de fuite humain et parfois multiples pour une même scène.

    Les deux séquences qui se répètent sont marqué par une différence. La vision de l’enfant dans la première, là où naît une histoire et la vision de l’homme dans la deuxième, là où naît une seconde histoire. Sans ce détail, nous sommes devant deux scènes quasi identiques.

    D’une certaine façon, l’objet ou l’évènement est statique c’est le regard qui est en mouvement. Du moins c’est mon point de vue artistique qui n’est pas non plus une vérité.

    J'aime

  4. «Points de fuite et angle de vue.» Essayer de trouver la vérité de cette histoire dans notre réalité c’est comme tenter de faire entrer un immeuble dans une valise. Nous pourrions passer des heures à trouver mille explications et créer mille histoires et ces vérités flotteraient dans un lieu abstrait qui n’est pas moins réel. C’est le point de fuite humain et parfois multiples pour une même scène.

    Les deux séquences qui se répètent sont marqué par une différence. La vision de l’enfant dans la première, là où naît une histoire et la vision de l’homme dans la deuxième, là où naît une seconde histoire. Sans ce détail, nous sommes devant deux scènes quasi identiques.

    D’une certaine façon, l’objet ou l’évènement est statique c’est le regard qui est en mouvement. Du moins c’est mon point de vue artistique qui n’est pas non plus une vérité.

    J'aime

  5. Au pays des montres molles de Dali, les tiroirs de la mémoire s’ouvrent parfois, s’entrouvrent, se ferment … … … Les mystères de l’instant dans l’espace / temps ???

    J'aime

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s