Il n’y a plus que du temps … 4… La réduction capitaliste

La réduction capitaliste s’empare du temps spatial et  alangui des campagnes, pour le concentrer en un temps urbain, vif, réactif, cumulatif. Elle répond à l’espace des disettes par l’industrie du temps. L’âme de l’usine, c’est l’horloge. Elle remplace l’espace de l’agriculture vivrière par le temps du calcul spéculatif. Son cœur est la définition de l’être humain comme temps de travail ponctionnable. Aux cycles des jours et des saisons du vivant, elle oppose la flèche du progrès, tel qu’elle se l’imagine : le temps de chaque homme peut s’acheter, et donc s’entasser en Capital. Un nouveau monde s’instaure, gouverné par la puissance du temps humain accumulé, accaparé, tout entier détenu par quelques mains avides, où chaque existence finit par figurer comme de la menue monnaie. 

3 réflexions sur “Il n’y a plus que du temps … 4… La réduction capitaliste

  1. Après le millénaire médiéval, c’est bien la victoire du beffroi sur le clocher qui s’est opérée, dans une lutte pour deux temps antagonistes : celui des offices contre celui du marché (devenu aujourd’hui celui du Marché). Et si une des voies possibles au dépassement capitaliste passerait par le rejet de « son » temps ? comme ce système rejeta purement en son temps le calendrier journalier et hebdomadaire de l’Eglise..
    Il faut lire l’analyse géni-ale de Thompson ravivée par les éditions La Fabrique :  » Temps, discipline du travail et capitalisme industriel  »

    Comme l’Etat ou la monnaie, le temps du capital n’est finalement « qu’un » pacte commun – croyance et confiance collectives.
    A nous de réinventer le temps! Afin de profiter du Temps, bannissons le temps du profit, du surplus! Ne travaillons que pour ce qui est nécessaire! Et bénissons ce temps de non-travail gagné afin de construire Le Politique! la réalisation de l’homme par l’homme ! Démocratie directe! Autogestion!
    Mais pas par matérialisme historique, bien éloigné de luttes présentes. Alors comment ? Plus concrètement. La semaine de 16 heures déjà (4X4), pour bien commencer..
    Il y a l’anthropologie pour nous rappeler que le temps d’une journée est assez vaste pour nous laisser le temps de ne pas travailler (Marshall Sahlins, « Age de pierre, âge d’abondance ? »)

    J'aime

    1. J’adore le jeu de mot 4×4!
      Quant au temps, j’apporte une brique initiale:
      le temps, c’est nous
      parce qu’il n’est rien d’autre que la durée de nos vies,
      et parce que sans nous, il ne passe décidément pas.
      Nous devons l’aider, ou mieux, le devenir!

      J'aime

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s