Peut-on rire jusqu’à ce qu’une chose n’existe plus ?

Nul ne sait si la stratégie est efficace, mais ce qui est sûr, c’est que c’est une stratégie ludique, et quelle ne tue personne. L’action la moins efficace sera la plus efficace, chaque fois qu’elle sera la seule, ou la dernière des actions possibles. Je pense à ces ouvriers grévistes de l’ex Union Soviétique qui, à l’époque de Gorbatchev, accueillaient un ministre chargé de les convaincre de reprendre le travail, et qui, pour l’empêcher de parler sans être réprimés, s’étaient entendu pour tous applaudir. A tout rompre. Sans s’arrêter. Le ministre, d’abord ravi, a fini par comprendre que les applaudissements ne cesseraient pas, et qu’il ne pourrait pas parler. Il a été obligé de partir, sous les applaudissements, qui n’avaient pas cessé. Stratégie amusante, mais terriblement sérieuse. Peut-être la seule stratégie possible, et finalement fort efficace. Le propre d’une stratégie ludique est d’être imparable.

Il y a quelque chose de festif, mais aussi de tragique, quand un groupe, un peuple en est réduit à utiliser des stratégies ludiques. Il y a quelque chose de dramatique dans cette manière d’exprimer la fête. L’action ludique est la dernière possibilité pour celui qui n’a jamais la parole, ni plus aucune possibilité d’action.

28 réflexions sur “Peut-on rire jusqu’à ce qu’une chose n’existe plus ?

  1. Deux états peuvent parfaitement être en coexistence. Cette idée nous éloigne avec joie des petites boîtes noirs et blanches que nous forgeons sans cesse. Il est intéressant de ma part de faire une analogie avec le Québec. Ici, l’humour est roi, les humoristes sont partout, partout et pourtant, nous n’avons jamais été aussi près de l’assimilation selon moi.

    Merci pour la cogitation dominicale.

    J'aime

  2. Parler de la démocratie ne me fait plus rire , Comme la perte d’un ami aujourd’hui ! en tirer l’essence, l’essentiel .. Je compte sur vous philosophes pour m’indiquer la voie, car celle que j’ai entendu n’était pas festive, même si de la salle ( ou de la sale défaite) des fêtes elyséennes ( Elise et moi; Elise c’est ma soeur, elle existe , donc je ris !!) Agitée du bocal, est-ce ma seule action? Suis-je exonérée si j’alterne entre le ris de veau et les larmes de crocodile, le doute, la raison , la folie, la T.VA, le T.G.V, les saints patrons d’ici outre rhin, une amie chère se meurt d’une greffe que la sécurité de notre pays ne lui offre plus.Liberté, Egalité, Fraternité. Paix .PL et F ..entre nous J.P.G t’ycrois encore ?????

    J'aime

  3. Le rire n’est-il pas le propre de l’homme …?

    Jouer jusqu’à en faire tomber les tyrans, comme dans toute forme de « théâtre vrai », appartient à la même source ludique et toujours à recommencer.

    Ca me fait penser à ce texte de Brecht sur Karl Valentin* (satyriste allemand de la 1ere moitié du XXè siècle) où il nous propose l’idée (concept?) de « l’insuffisance de toute chose »(y compris de nous mêmes)… « Ce type est une blague sanglante » dit-il aussi sur KV…

    Le rire y est sans commune mesure… et quoi de plus bête qu’un rire commun, bienveillant – en théâtre pour le moins.

    * In « Ecrits sur le théâtre 1 » (texte de 1922), Bertolt Brecht (Editions l’Arche)

    J'aime

  4. « Les cyniques osent une sagesse jubilatoire, un gai savoir où la dérision, le délire, le rire et l’ironie ont leur place. C’est aussi une façon de mettre en scène une subversion radicale »

    « Le choix des vrais cyniques » votre parallèle est frappant ! Tout comme votre billet. Comme quoi un sujet à première vue léger -le rire- peut révéler une force philosophique et subversive.

    Je pense que votre réflexion peut avoir une importance capitale à l’heure actuelle…
    « La langue est simplement fasciste » disait Roland Barthes. Tous perdus dans un dédale de belles paroles où se confondent Idées et réalités, et il suffit de relire « langage et pouvoir symbolique » de Bourdieu pour comprendre… Le langage ne suffit plus pour affirmer des idées (inverses à une idéologie dominante, j’entends), alors l’action ludique, comme le défendaient les cyniques au IVème siècle avant JC, a parfaitement sa place (malheureusement ?) au XXI.

    J'aime

  5. Cet exemple gorbatchevien m’apparaît comme une sorte de zèle tragicomique permettant d’inverser les valeurs un peu comme celui qui joue du sentiment de pitié pour prendre l’ascendant sur celui a qui il la demande. En effet, ces ouvriers refusent de reprendre le travail, applaudissent leur maître venu les sermonner, les commander… et immobilisent ainsi toute action en répression à leur encontre. S’ils n’avaient pas agit de la sorte, ils auraient été dans l’obligation de reprendre le travail sous la contrainte et n’auraient certainement pas applaudi avec autant de diligence.

    Peut-on rire jusqu’à ce qu’une chose n’existe plus ?

    Mourir de rire ou bien rire de la mort me semble être un début de réponse approprié. Le rire est certainement une arme capable d’anéantir ou du moins de nous faire oublier la gravité de l’existence.

    Aussi empressons-nous…

    J'aime

      1. Hors de tout clivage, c’est directement l’ensemble de la junte politique (mondiale) qu’il faudrait aujourd’hui applaudir, car plus qu’hier, ils monologuent et répriment violemment… Se sentent ils encore réellement citoyens où ont ils conscience de leur despotisme?… Les enfants de Lucie traverseraient ils une crise existentielle?

        J'aime

  6. Notre grand humoriste québécois, Yvon Deschamps, depuis 40 ans, nous fait rire de nos préjugés et d`une certaine étroitesse d`esprit. Il a plus fait pour changer nos attitudes que tous nos bien pensants réunis.
    Comme le disait le slogan d`un de nos défunts magazine satirique, Crocs, «c`est pas parce que c`est drôle qu`on rit».

    J'aime

      1. Parce qu’il est assez peu probable que les ouvriers aient fait autre chose qu’applaudir. Les entendez-vous rire ? Qu’ils le fassent et leur stratégie se meurt. D’ailleurs au rire vous préférez l’action ludique qui est une chose qui ne se confond pas avec la première.
        Ou, du moins, nous pouvons rire aujourd’hui de ce ministre s’en allant tout penaud et sourire de ces ouvriers stratèges et hardis. Mais ce n’est jamais qu’a posteriori, dans le retrait, qu’on rira ici. Et dans le retrait cette chose dont nous rions n’existe déjà plus sinon dans notre rire présent…

        J'aime

    1. Bon commentaire, Jo, j’avais aussi du mal à raccrocher le titre du post au sujet, bien que percutant.

      Cela dit, qu’importe ce genre d’action en France, la prochaine élection verra son président élu par une poignée de ses citoyens. Le discrédit de cette élection, marqué par l’abstention ou le vote blanc, signes de protestation face à l’action politique, semblant immuable qu’importe le gouvernant, si ce n’est dans quelques détails, ne seront point entendus, car il n’est toujours pas prévu de seuil de participation pour valider un vote.

      J’admire l’élection dans le manga HUNTERXHUNTER, où quasiment tous sont tenus de participer pour valider l’élection, ainsi qu’un concept de majorité qui a donné lieu non pas à une élection en deux tours, mais en une dizaine, avec élimination de deux à cinq candidats au fur et à mesure. De même, les débats entre candidats étaient obligatoires …

      J'aime

      1. Merci à vous d’avoir proposé cet excellent sujet. Cette stratégie pour se sortir de l’impasse relève plus de l’intelligence humaine que de l’instinct animal. Vive la ré…non…l’évolution !

        J'aime

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s