Etes vous heureux d’avoir votre âge?

Etes vous heureux d’avoir votre âge, ou préfèreriez vous en avoir un autre? Mais préférer un autre âge que le sien, n’est-ce pas déjà s’avouer malheureux? L’idéal, pour être heureux, serait sans doute de cesser de désirer avoir un autre âge que le sien. Mais comment être heureux de son âge ? Comment éviter que les plus jeunes ne pensent avec impatience à l’âge qui leur permettra enfin tel ou tel plaisir, que les plus vieux ne regrettent celui qui les leur permettait, et que les médians ne cumulent les impatiences et les regrets ?

Il suffirait pourtant d’une question pour nous libérer une bonne fois de tous ces malheurs : « Si quelque dieu vous le proposait, quel âge choisiriez-vous d’avoir toute votre vie durant ? ». On se convaincra vite qu’il n’est aucun âge dont les plaisirs soient tels que nous puissions renoncer allègrement à tous les plaisirs des autres. Qui choisira d’être à jamais un enfant ? Qui voudra d’une maturité, immédiate et définitive, où l’on stationnerait, sans avoir vécu de jeunesse, ni devoir vivre de vieillesse ? Beaucoup sans doute éliraient la jeunesse éternelle, mais que vaudrait un état sans souvenir ni avenir ?

L’idéal semble donc de parcourir tous les âges, ce qui est précisément notre condition. On voit bien que tout âge est celui d’être heureux.  

Advertisements

27 réflexions sur “Etes vous heureux d’avoir votre âge?

  1. Le bonheur ne consiste parfois que dans un désir et non pas dans la possession effective d’un état. Désirer, c’est s’offrir la possibilité d’aimer. Aimer est en soi un acte de bonheur, non? Vous parliez dans l’un de vos précédents billets de la question du choix, on peut fort bien choisir au delà des restrictions matérielles et malgré le temps qui passe de toujours garder en soi la curiosité d’un enfant, la révolte de l’adolescent, comme on peut faire le choix de se résigner et de laisser la rivière suivre son cours.

    J'aime

      1. D’accepter l’âge physique que l’on a car parfois l’âge psychologique du aux évènements nous font peut-être vieillir plus vite mais dans une belle maturité

        J'aime

  2. l’idéal serait de ne pas avoir d’âge officiel. Dites votre âge à quelqu’un qui ne vous a jamais vu,il ou elle en sera influencé et vous percevra selon votre âge et non sur ce que vous êtes réellement. L’âgel est un conditionnement, une invention de bureaucrate,un accélérateur de temps, chaque anniversaire étant une « borne ». Je ne suis ni n’ai jamas été heureuse ou malheureuse d’avoir mon âge, ni même posé la question, mais je me suis toujours demandé comment serait le monde sans cette notion d’âge,d’anniversaires,de dates fixes et non choisies, ou chaque être serait perçu, jugé selon ce qu’il est, selon son apparence, selon ce qu’il est capable de faire ou ne pas faire.

    J'aime

  3. Si l’arbitre décide de l’âge auquel nous naissons, c’est bien l’arbitraire qui ordonne celui auquel nous mourrons. Y a t il condition à déterminer ces âges qui viennent et qui font trois petits tours, trois petits morts et puis s’en vont ? Si oui, laquelle ?
    Penser vivre des âges (et non pas un, puis un, puis un…). Panser l’ivre présage

    J'aime

  4. Et accepterait-on de s’arrêter à un âge certain, de ne pas laisser le hasard et la nécessité nous commander l’âge de notre mort ? Peut être..à condition de le vivre, d’aller jusqu’au moment où. Donc, de le vivre au hasard de la vie puis de faire un choix de cesser de vivre. Prendre le dernier âge comme il est ?
    je m’écarte du sujet ? L’âge est bien celui d’en vivre ou pas ?

    J'aime

  5. L’âge est avant tout une marque chronologique. Pour ce qui est de la notion du bonheur ou des aspirations de chacun que l’on projette vis à vis d’un âge, cela reste très personnelle suivant ses propres représentations et impatiences. J’observe également que souvent en vieillissant on n’a pas l’impression d’avoir autant vieilli dans sa tête alors que notre âge réel nous ramène a ce décalage entre ressenti et représentation sociale de l’âge. Les conditions physiques, sociales et sanitaires aujourd’hui nous permettent de vieillir dans de meilleurs conditions, c’est pourquoi la pression social de la performance induit cette peur de la vieillesse. Finalement entre envie d’être grand et peur de vieillir, il y a cette engouement de la vie et cette peur de la mort…l’âge ne fait que nous rappeler ce temps qui passe… hier j’ai 40 ans qu’est ce que cela veut dire finalement… je suis à la moitié de ma vie ? est ce que je suis heureuse ? ai je trouver le bonheur ? et quel âge voudrais je avoir ? le mien me va bien….

    J'aime

  6. Ceci est un choix simple et très facile à faire pour moi : Dans le ventre de ma mère. Là où je ne savais même pas que je viendrais au monde ni même que je m’éteindrais un jour. Là où j’ignorais la souffrance réelle bercé par les eaux maternelles. Là j’étais heureuse peut-être même sans le savoir…mais aujourd’hui je sais que ma vie n’a pas été des plus douce et je regarde en avant en me disant qu’un jour tout ça finira bien par se terminer…patiente…

    J'aime

  7. Pour ma part, j’ai du mal à considérer l’âge indépendamment de tout autre paramètre, ma question ayant plutôt toujours été : que faire qui ait du sens pour moi à l’âge que j’ai ?
    Ce qui n’a rien à voir avec : qu’est-on censé faire à tel âge dans notre société pour que je le fasse (passer son permis de conduire à 18 ans en étant un exemple typique)?

    Avoir le sentiment d’avoir pu plus ou moins faire à chaque âge de sa vie ce qui nous tenait vraiment à coeur me semble la seule façon de ne regretter aucun âge et d’aimer celui que l’on vit.

    Néanmoins, avoir l’impression d’avoir déserté certains âges de sa vie pour telle ou telle raison, parfois même inconsciente sur le moment, peut aussi donner l’envie d’intensifier la teneur et la qualité des âges suivants, sorte de saine revanche, de compensation salvatrice…

    J'aime

  8. L’histoire, la naissance, l’espoir, l’indépendance
    L’argent, les droits, les sentiments, les dents,
    l’amour, le sexe, le goût de tout
    les saveurs, les mots, les peurs, le porno
    Tout n’est qu’une question d’âge…

    C’est une formule répétée, une ligne à deux extrémités. C’est un livre terminé, un nombre de pages limité, que nous continuons d’écrire chaque jour – avec un sentiment étrange, de n’être qu’une brèche entre un passé et un futur – et d’admirer.

    Tout n’est qu’une question d’âge. Il donne une légitimité de parler, d’affirmer ses idées. L’âge crédibilise nos analyses.
    L’âge, ce badge du FBI, permet la naissance du pouvoir, un certain droit de passage.
    L’âge sert à la fois d’excuse et de solution.

    Comme vous le dites, pourquoi choisir ? « l’idéal est de parcourir tous les âges » . Et de toute façon le choix n’existe pas, cet idéal non plus, pourquoi s’encombrer de désirs impossibles, autant « choisir » la vie.

    Je me permets de demander votre permission pour faire partager deux de vos textes sur mon site, que je trouve très intéressants : celui-là donc et « créer serait devenir style ».

    J'aime

    1. Nous n’avons pas le choix, c’est bien vrai;
      mais c’est un réconfort de comprendre
      que notre lot est précisément
      ce que nous aurions choisi
      si nous l’avions eu.
      Quant au partage
      n’hésitez pas
      c’est un
      plaisir

      J'aime

  9. Déjà quel age que j’ai ?j’ai un bel ages et a tout les ages ont peut être heureux si dieu le veut et tout les ages sont beau et fascinant je le crois mais tout dépend comment on vit son age

    J'aime

  10. Je suis bien dans mon âge, j’ai vécu et j’ai des souvenirs, je sais chérir les plus beaux, jeter un voile sur les mauvais. J’ai les plaisirs de mon âge, le bonheur de vivre avec enfants et petits enfants, pas tous les miens comme dans beaucoup de famille mais que j’aime sans compter et qui me le rendent bien. J’ai encore des projets d’avenir. Je sais vivre et goûter chaque journée en ayant conscience que tout peut-être remis en question du jour au lendemain. C’est cette conscience qui fait que certainement je ne prendrai pas mon plaisir dans des jeux dangereux. Je voudrais rester à mon âge, car la maladie et là qui apporte une précoce vieillesse, mais aujourd’hui me suffit, demain…nous verrons plus tard. Là aussi, il faut savoir jeter un voile sur un avenir qui butte toujours sur la même fin.

    J'aime

  11. Personne ne préférerait avoir un autre âge? Bizarre, ça! Personne ne doit avoir passé la quarantaine, alors. Eh bien, moi qui ai atteint la soixantaine, je sais exactement quel âge j’aimerais avoir: 25 ans. Voilà! Aussi simple que ça. Les capacités physiques et intellectuelles à leur meilleur, la possibilité de concrétiser mes rêves, des projets d’avenir, possibilité de vivre le grand amour, de rencontrer des tas d’amis, de pratiquer tous les sports qui me tentent, de vivre à fond, quoi! Tout ça avec un passé, quand même: celui de mon enfance et de mon adolescence. Et surtout, du temps devant moi. Ou du moins, l’impression d’en avoir. Oh, bien sûr, on peut être malheureux à 25 ans. Mais on sait au moins qu’on a le temps de s’en remettre.
    Comme vous voyez, je ne suis pas heureuse d’avoir mon âge. Car les « plaisirs de mon âge » sont trop limités pour mes désirs.

    J'aime

    1. Sans doute, mais accepter la vieillesse n’est pas simple. On se réveille en ayant souvent mal quelque part, on est limité dans ce qu’on veut faire. Il faut chosir et accepter. Ce que j’essaie de faire à mon âge très avancé, 77 ans. Je ne regrette pas ma vie mais d’être devenue un être limité.

      J'aime

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s