LE LUDICIEN

Nous proposons au philosophe de se faire ludicien. Le mot s’impose : si physique donne physicien, ludique doit donner ludicien. Mais il a un petit air de Lucifer, un côté ludique et un côté chien. Il fait du philosophe le voisin du musicien, comme si la muse tissait le jeu des concepts au point d’obtenir un morceau de musique, une sorte de prélude. Il y a là comme un côté luciole, un petit peu lutin. C’est tout léger, et pourtant pas complètement frivole, car c’est très lumineux. On est voisin du magicien, mais en plus petit, en plus modeste ; minuscule, mais provoquant, provocateur, expérimental : on est au grain de sel, au grain de sable. On jette un dé, dont on déploie les conséquences.

extrait de: Jean Paul Galibert, L’idée de ludique, livre numérique en consultation partielle et vente sur Publie.net:

http://www.publie.net/fr/list/auteur-11198-jean-paul-galibert/page/1/date

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s