Word is World. Chaque mot est un monde.

Pouvons-nous parler sans tenter de faire passer notre récit pour un récit commun, dans une inquiétude perpétuelle et fondée de ne point avoir existé ?
L’image n’est plus seulement ce que mes mots me donnent à voir, mais une sorte de pacte sur le visible et sa valeur commune, qui me donne place dans le récit. Etre, dans le monde, c’est être imaginé.

Illusion, sans doute, mais partagée, confirmée, et donc thésaurisable. Tout ce que l’on a cru, s’accumule, trace à trace, dans chaque facette du discours. Et cela s’installe dans le moindre mot, faisant de chacun un petit miroir où se reflète, de proche en proche, le monde en son entier.

(Extraits de : Jean-Paul Galibert, Invitations philosophiques à la pensée du rien, Léo Scheer, 2004).

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s