Le métaphysique

Nous parlons de métaphysique pour désigner ce qui provoque en nous le sentiment du rien : il y a des lieux métaphysiques, des instants, des expériences métaphysiques. Fumer une cigarette, parfois. Se relever la nuit. Tenter d’imaginer concrètement comment on meurt de faim. Regarder le flot des voitures depuis un pont d’autoroute. Suivre une ambulance. S’ennuyer. Revenir sur un lieu d’enfance. Regarder les autres sans les écouter, ou couper le son de la télévision. Entrer dans une salle d’accouchement, ou dans un bloc opératoire. Regarder la mer en face, ou le ciel étoilé. Sortir d’un cinéma. Manger après une longue marche. Prendre un objet au hasard et le scruter dans ses moindres détails. Aller au travail très tôt, alors que tant d’autres dorment encore.

(Extraits de : Jean-Paul Galibert, Invitations philosophiques à la pensée du rien, Léo Scheer, 2004).

2 réflexions sur “Le métaphysique

  1. Traduction : Nostalgie m’effroie. Cette métaphysique là m’émeut. (« sans haine ni T » justifie l’absence de « nt » à la fin de « m’effroie », puisque qu’il n’est pas conjugué avec « nos tas d’ailes giflées » mais « nostalgie ». Vous aurez compris, je pense, le néologisme « m’effroie »… Cordialement

    J'aime

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s