La caresse

La caresse est l’invention patiente, modeste, pleine de tact et de retours, d’un espace commun, à la lisière des corps, à l’orée des peaux. Aucun ne peut prendre la place de l’autre. Aucun ne peut ouvrir quelque porte secrète et tout montrer, ou tout dire, ou encore tout comprendre et partager. La solitude est incessible, inaliénable, incommunicable. Mais, précisément parce que l’autre restera toujours en face de moi, étranger, comme un dehors inaccessible, chacun de nous peut devenir pour l’autre comme un infini à longer. Chacun peut se présenter à l’autre comme un bord, une niche, un coin où vivre, comme une épaule connue où l’on pose sa tête.

Extrait de « le bord de la solitude », conférence de 2009, en ligne le site des « Conserveries Mémorielles »

votre réponse:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s